Avertir le modérateur

14/11/2013

L’image de la France écornée par les attaques racistes contre Taubira

Les belles âmes qui détestent la France en disant l’aimer; ceux qui voient dans les militants de l’égalité qui pourtant se battent pour une France à la hauteur de ses valeurs, des ennemis de la France, ceux-là sont aujourd’hui à l’origine de la plus importante dégradation d’image que notre pays a connu depuis des années.

On le sait ce qui a contribué à l’image de notre pays s’est coagulé tout au long des siècles, depuis les philosophes des lumières, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen en passant par la kyrielle de luttes pour les droits humains qui a rythmé l’histoire de notre pays.

J’ai toujours été frappé par le respect que notre pays suscitait à l’étranger lorsque l’on déclarait que l’on était Français
Or depuis quelques temps, à l’étranger, un je-ne-sais-quoi d’imperceptible se produit. En évoquant notre pays, on parle plutôt des ignobles attaques racistes contre un membre du gouvernement que de la France de tel ou tel grand homme.
La minorité raciste, la minorité haineuse qui prétend défendre la France est-elle consciente du du tort qu’elle fait à notre pays ?
Le symbole qu’envoie à l’étranger la montée du populisme associée aux insultes racistes envers la ministre de la Justice étonne. On peine à écrire ministre de la Justice, tant on a tendance à passer au second plan oublié le ministère régalien qu’occupe Mme Christiane Taubira, sauf à l’étranger.
Pendant que depuis des mois d’aucuns essaient à tout prix de réduire garde des Sceaux à sa couleur de peau, à l’étranger, c’est par sa fonction qu’elle est d’abord désignée.

Mme Taubira est brillante, énergique, cultivée, ceux qui la caricaturent savent bien qu’ils ne soutiendraient pas la comparaison. C’est certainement l’une des motivations des haineux.
 

Il en faudra du temps pour que la France fasse oublier cet épisode honteux. Mais l’histoire retiendra sans doute le courage héroïque de cette garde des Sceaux devenue l’emblème d’une foule grandissante de républicains et de vrais défenseurs de la France et de ses valeurs.

Pendant que les intolérants écornent l’image de la France, ils grandissent la ministre de la Justice à leurs corps défendant… haineux, antirépublicains et mauvais stratèges, cela fait beaucoup!

08:10 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : taubira, france, république, républicains, image de la france | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/05/2012

Fin des tribunaux pour mineurs récidivistes: mauvais message

ll n’est jamais simple de juger un enfant. Les sociétés démocratiques éprouvent toujours gêne et difficulté compréhensibles à légiférer sur l’exception. Et c’est bien d’exception qu’il s’agit lorsque l’on juge un mineur qui a commis un délit majeur.

Par la voix de la garde des sceaux, le gouvernement annonce son intention de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs.
Disons-le tout de go, ces "tribunaux correctionnels pour mineurs"que le gouvernement entend supprimer sont réservés aux grands mineurs (16-18 ans) récidivistes et commettant des actes graves, susceptibles d’être punis d’une peine de plus de 3 ans de prison.
Pour le dire encore plus clairement, il s’agit des petits caïds qui sèment la terreur dans les quartiers. Les quartiers crient et nous ne pouvons pas refuser d'entendre leur cri.

La justice.jpgLa création de ces tribunaux vise à répondre à un phénomène quetous les spécialistes constatent : la prolifération de ces adolescents que ces mêmes spécialistes décrivent comme « lisses de valeurs ».

La loi du 10 août 2011 créant ces tribunaux est entrée application il y a à peine 4 mois.
Il eut été judicieux d’attendre de pouvoir en tirer un bilan avant d’annoncer une suppression qui apparait dogmatique et peu pragmatique.

Sur la question des formes nouvelles de violence, notre société gagnerait à ce que les spécialistes de ces questions soient associés aux réflexions et que leurs voix soient entendues sur la durée.

Je me souviens de cette correspondante de la défenseure des enfants rencontrée il y a peu. Elle a longtemps hanté la maison de justice et du droit d’Aubervilliers et accompagne les jeunes en infraction mais aussi leurs familles désemparées qu’elle aide par l’accès parental au droit.

Il suffit de l’écouter parler à la fois des enfants délinquants et des familles pour refuser que par calculs politiques, certaains entretiennent ce système pervers qui déresponsabilise les grands adolescents récidivistes auteurs d’actes graves.

La fin et ce, sans évaluation, des tribunaux pour mineurs de 16-18 ans récidivistes et auteurs de faits graves est un mauvais message envoyé aux commerçants exaspéréspar les agressions, aux citoyens excédés par les violences répétées, aux familles de ces adolescents et même à ces adolescents délinquants eux-mêmes.

10/05/2012

Un si discret souvenir de l'esclavage

C’est le 10 mai 2001 que la loi dite « Taubira », du nom de la députée de Guyane Christiane Taubira, qui en a été à l’origine, a été adoptée. Par cette loi, essentielle dans notre Histoire collective, la République française a reconnu que la traite et l’esclavage « constituent un crime contre l’humanité ». La République a ordonné que manuels scolaire fassent à ces évènements « la place conséquente qu’ils méritent » et qu’une date commémorative soit officiellement proclamée partout en France.

Depuis 2006, à l’initiative de Jacques Chirac, c’est le 10 mai, en hommage à cette avancée historique incontestable, qui s’est déroulée au Parlement, que la France honore le souvenir des esclaves et commémore l’abolition de l’esclavage.
Certaines associations auraient voulu que la commémoration se déroule le 23 mai. En référence au 23 mai 1998, et à la marche organisée à Paris pour le 150èmeanniversaire de la commémoration de l’esclavage. Cette marche avait rassemblé près de 40 000 personnes sur le pavé parisien. C’était un défilé d’une ampleur inattendue et à n’en pas douter, un évènement important dans notre Histoire.

esclaves,esclavage,abolition,commémoration,chirac,président de la république,10 mai,taubira,souvenir,citoyensE
ntre ces deux dates, je préfère le 10 mai, parce que la traite négrière et l’esclavage appartiennent à l’histoire commune de tous les Français sans distinction. Cette histoire a été vécue, ensemble, des deux côtés de la barrière : le côté du bourreau et le côté de l’esclave. Nous devons comprendre l’histoire de l’esclavage ensemble, la conjurer ensemble, pour que nous puissions, un jour, devenir réellement égaux.

La République a besoin que tous les Français, et non pas seulement les Noirs, se souviennent et se recueillent ensemble à la mémoire des dizaines de millions de victimes de ces crimes chaque 10 mai.

Le 10 mai est une excellente date pour se souvenir des esclaves, de l’esclavage et de son abolition, car cette date fait référence à l’action d’une députée, dans l’enceinte de l’Assemblée nationale. Que cette députée soit noire ou blanche, guyanaise, antillaise ou bretonne n’est qu’un détail. Cette députée a œuvré pour le rapprochement et la réconciliation des Français. Elle a œuvré pour que ces évènements cessent d’être oubliés et pour réaffirmer que l’esclavage n’est pas seulement un crime contre les Noirs, mais un crime contre l’humanité.

Il est grand temps que cesse le rituel compassé qui montre chaque année, d'un côté un discours officiel de circonstance, en présence (les bonnes années !) du président de la République, devant une stèle, et de l'autre, des manifestations associatives, puis plus rien !

Je rêve d’un 10 mai avec une grande manifestation populaire qui associerait les officiels et tous les citoyens...ensemble !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu