Avertir le modérateur

04/02/2011

Les sénateurs en ont !

Le Sénat a rejeté hier, par 182 voix contre 156, l'extension de la déchéance de nationalité aux meurtriers de représentants de l'autorité de l'Etat, lors de l’examen du projet de loi sur l'immigration.

Sénat (Crédits photo AFP).jpg

Cette extension de la déchéance de la nationalité aux "personnes qui, dans un délai de 10 ans suivant leur accession à la nationalité" seront condamnées pour meurtre ou violences contre une personne "dépositaire de l'autorité publique" répondait au vœu exprimé par le président Nicolas Sarkozy lors de son discours sécuritaire de Grenoble cet été.

Cette extension de la déchéance de la nationalité, introduite, en septembre dernier, dans le projet de loi sur l'immigration préparé par l’ancien ministre de l’immigration de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, Eric Besson. Ce projet de loi sur l'immigration, (le cinquième depuis 2003) avait été adopté en première lecture par l'Assemblée.

J’ai dit sur ce Blog que ce n’est évidemment pas à l’intention des délinquants qui tirent sur la police que cette disposition a été brandie. Si la peur de la prison ne dissuade pas un voyou d’assassiner un policier, la déchéance de la nationalité le pourrait-elle ? Non, c’est en direction des électeurs d'extrême-droite, de ceux qui veulent croire à l’existence de sous-citoyens, de ceux pour qui l'inégalité doit être la norme dans notre pays, que ces mesures sont agitées.

J’avais demandé aux parlementaires y compris de la majorité de refuser la course folle dans laquelle notre pays est entraîné, et de refuser cette loi d’extrême-droite.

Doit-on, pour se faire réélire, brader les valeurs de tout un pays ? Doit-on, pour cela, se placer hors du cadre républicain et créer plusieurs catégories de Français ? La réponse est non !

Le Sénat s’est comporté comme l’honneur de la République.
Mesdames et Messieurs les députés, puissiez-vous en prendre de la graine.

22/09/2008

L’Afghanistan s'invite au Parlement

C’est aujourd’hui que les députés et sénateurs français se prononceront sur le prolongement ou non de la mission des soldats français en Afghanistan.

C’est la révision constitutionnelle adoptée en Congrès le 21 juillet 2008 qui oblige le Parlement à confirmer par un vote les engagements militaires français à l’étranger.
Ce vote intervient au lendemain de la publication par un journal canadien d’une note qui pointe une impréparation des troupes françaises lors de l’embuscade du 18 août dernier qui a coûté la vie à 10 de nos soldats. La note non validée officiellement mais attribuée à un officier de l’Otan, indique un « manque d’équipement des militaires français ».

Les militaires français étaient-ils réellement sous-équipés ? Rien n’est confirmé pour l’instant par les autorités militaires françaises, mais la question devient d’autant plus légitime que le Gouvernement devrait proposer l’envoi de nouvelles troupes.

Et d’aucuns de supputer que si de nouvelles troupes sont nécessaires aujourd’hui, c’est peut-être qu’elles manquaient hier et singulièrement le 18 août.

On connaît la position des parlementaires de droite sur le prolongement de la présence militaire française en Afghanistan.: Ce sera « oui »

Les parlementaires socialistes devraient adopter ce matin une position sur ce prolongement.

Souhaitons que le PS adopte une position claire car en matière militaire, un ni-ni est souvent plus dangereux qu’une position tranchée.

08:40 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afghanistan, troupes françaises, députés, sénateurs, parlement | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu