Avertir le modérateur

06/04/2008

La fin des contrôles au faciès

Vendredi dernier, un jeune homme de 29 ans pourchassé par la police a été retrouvé mort après une chute dans la Marne.
Avant même que les résultats de l’enquête confiée à 'inspection générale des services (IGS) ne soit connus, les autorités policières affirment précipitamment, que le jeune homme se serait jeté à l’eau alors qu’aucun témoignage ne le confirme.
On peut se demander ce que craint le gouvernement...

Ce nouveau drame est hélas l’une des conséquences directes des quotas d’expulsion instaurés par le président de la République et mis en place d’une main de fer par M. Brice Hortefeux.

Le gouvernement devrait maintenant renoncer à ces quotas d’êtres humains qui conduisent les policiers à multiplier les contrôles au faciès afin de parvenir au chiffre fatidique de 26 000 expulsions, fixé par le président de la République pour l’année 2008.
La pression sur les préfets, les policiers et les gendarmes pour qu’ils atteignent des objectifs chiffrés ne peut qu’aboutir à la multiplication des contrôles au faciès.
Alors que les études sérieuses montrent par exemple que plus des 4/5ème des noirs de France sont français (Etude TNS-Sofrès pour le Cran) les contrôles au faciès renforcent les stéréotypes noir = étranger.

La démocratie n’est jamais forte lorsque votre apparence vous désigne comme suspect.

Les contrôles au faciès écornent le principe d’égalité de tous dans nos rapports avec la police mais ces contrôles ont des conséquences tragiques sur la paix civile.
La plupart des émeutes impliquant des minorités ont pour origine des rapports tendus entre ces publics et la police.

Les contrôles au faciès perturbent la vie des personnes d’apparence noire, arabo-maghrébine, asiatique etc. qui sont l’objet du zèle des policiers pour atteindre leurs quotas. Les dérapages sont certes le fait d’une minorité de policiers, mais la multiplication de ces contrôles policiers basés sur l’apparence entraîne par réaction, une exaspération et une suspicion qui rejaillit sur la police toute entière.

Ce n’est pas un hasard si les émeutes de l’automne 2005 et les derniers évènements de Villiers-le-Bel ont directement impliqué des forces de police.

De nouveaux drames sont hélas à prévoir. Mais ils peuvent être évités.

Pour ce faire, il nous faut collectivement dénoncer la pratique illégale des contrôles de police qui ne se fondent pas sur des actes délictueux ou sur une réquisition de la Justice.

Il nous faut demander l’arrêt immédiat des contrôles au faciès.
Il nous faut demander au gouvernement d’informer sans délai nos concitoyens sur les chiffres de ces contrôles qui semblent être en augmentation constante.

10:06 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Contrôles au faciès, politique du chiffre, quotas, quotas d'expulsion | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu