Avertir le modérateur

15/11/2010

Fin du ministère de l’identité nationale? Un leurre !

Le ministère de l’identité nationale vient de disparaître. C’était un ministère inutile, un produit d'appel pour séduire l'extrême-droite.
Nous en avons vu les conséquences avec le débat sur l’identité nationale dont la première conséquence a été la libération d’une parole intolérante voire d'une parole raciste.

Comment ne pas s’étonner, que l’ancien titulaire du poste demeure au gouvernement, alors que Rama Yade et les autres symboles de la diversité en ont été exclus ? C'est bien sûr lourd de sens.

Brice Hortefeux.jpgNous sommes face à un gouvernement de la fermeture et la campagne présidentielle du futur candidat Nicolas Sarkozy, ne passera pas par la diversité cette fois-ci. Au moins les choses sont-elles claires.

Comment ne pas s’étonner également du maintien de Brice Hortefeux au gouvernement, alors qu’il a été condamné en première instance (il a fait appel) pour injure envers un groupe de personnes à raison de leur origine ?
Depuis cette condamnation je n'ai pas le souvenir que M. Hortefeux ait pris une quelconque initiative contre le racisme ou les discriminations.
Non seulement il est maintenu, mais c’est à lui qu’échoit le ministère de l’immigration !

Ne nous réjouissons donc pas de la disparition du ministère de l’identité nationale. L’ancien ministère est simplement requalifié.

Oui, la prétendue fin de ce ministère est un leurre, un leurre grossier.

10:10 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hortefeux, immigration, identité nationale, sarkozy, rama yade, condamnation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/09/2010

Les français disent "non" à la stigmatisation de groupes de population

Beaucoup plus de 100 000 personnes ont participé à la manifestation « Non à la politique du pilori » samedi dernier.

Il est heureux que de très nombreux français refusent que les plus hautes autorités de l’Etat stigmatisent des groupes de population et véhiculent des préjugés et des clichés aux relents racistes.

Manifestation du 4 septembre 2010 (Crédits photo AFP).jpgPlus de 50 000 personnes à Paris ainsi que des dizaines de milliers d’autres ont marché dans les rues de différentes villes de France ainsi que devant les ambassades françaises un peu partout dans le monde, pour afficher leur opposition à la stigmatisation des Roms, des gens du voyage et des « français d’origine étrangère ».

De nombreuses personnalités ont défilé avec des associations, des  syndicats et des partis politiques pour dire non aux amalgames entre immigration et insécurité ainsi qu’à l’instauration des sous-citoyens que créera le projet de déchéance de la nationalité du gouvernement.

Il faut se satisfaire de cette mobilisation citoyenne. Le président de la République Nicolas Sarkozy serait bien inspiré de tenir compte de cet avertissement.
Nicolas Sarkozy devrait prendre garde à la coalition des mécontents.

P.S: MM. Brice Hortefeux le ministre de l'intérieur et Eric Besson le ministre de l'immigration, tentent de minimiser l'importance de la mobilisation de samedi: qu'ils parviennent d'abord à faire descendre autant de personnes dans les rues pour soutenir leur politique et on en reparlera..

08:55 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manifestation, 4 septembre 2010, politique du pilori, hortefeux, besson | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/07/2010

La crise a accentué les discriminations raciales

Hier et mis en ligne jeudi 8 juillet 2010, la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI), un organe du Conseil de l'Europe, souligne dans son rapport 2009 que la crise économique a aiguisé les discriminations raciales en Europe.

L’ECRI, constate que la crise économique, "un facteur d'une importance considérable" a "intensifié" les formes contemporaines de racisme et de discriminations fondées sur la "race", la couleur, la langue, la religion, la nationalité ou l'origine nationale ou ethnique.

L’importante augmentation des actes racistes et intolérants en France est inquiétante, mais l’atonie du gouvernement face à cette augmentation est encore plus préoccupante.

Brice Hortefeux.jpgComment ne pas rappeler que Brice Hortefeux s’est engagé le 9 mars 2010 à créer un Observatoire national du racisme. A ce jour cet engagement est resté lettre morte.

Au cours des vingt dernières années, plusieurs observatoires ont été créés mais qu’il n’existe pas d’observatoire du racisme en France.

Pourquoi le gouvernement ne comble-t-il pas cette lacune, afin de lutter efficacement contre le racisme, sous toutes ses formes, et quelles que soient les populations concernées ?

L’observatoire national du racisme permettrait de donner une vue d’ensemble de tous les phénomènes sociaux liés au racisme, sans aucune lacune : la discrimination, bien sûr, mais aussi l’agression et la stigmatisation.

L’observatoire national du racisme constituerait un instrument indispensable pour les politiques publiques en matière de lutte contre le racisme et matérialiserait l’éventuelle volonté du gouvernement de lutter fortement contre le racisme.

10:59 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise, discriminations raciales, ecri, hortefeux | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/06/2010

La transparence sur les modalités financières des missions gouvernementales est indispensable

Une polémique est née à la suite des révélations du Canard enchaîné sur le salaire de 9.500 euros nets par mois attribué à Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate et ex-ministre du Logement, dans le cadre de la mission sur les conséquences sociales de la mondialisation qui lui a été confiée.

Une mission du gouvernement m’ayant également été confiée, je comprends les questions qui me sont posées depuis ce matin, sur les conditions financières de cette mission.

La transparente la plus élémentaire est nécessaire lorsqu’une mission vous est confiée.
Je suis favorable à ce qu’une liste de toutes les personnes ayant reçu une mission du gouvernement, soit rendue publique de même que les moyens mis à leur disposition ainsi que les modalités financières de ces missions.

Le Ministre de l’intérieur, de l'outre-mer et des Collectivités territoriales M. Brice Hortefeux et le Ministre des affaires étrangères et européennes M. Bernard Kouchner m’ont confié conjointement, le 23 octobre dernier, une mission sur les moyens de lutter efficacement contre le racisme et le communautarisme.
Cette mission a duré 4 mois et quelques semaines. Je n’ai perçu aucun salaire ni aucune indemnité pour cette mission.

Une somme de 10 000 Euros a été allouée au CRAN par le Ministère l’intérieur de l'outre-mer et des Collectivités territoriales pour l’année 2009 et on peut en toute rigueur, relier cette somme à la mission, puisqu’elle a de fait et en totalité servi à l’organisation de la mission confiée par le gouvernement.
Des locaux dépendant du Ministère de l’intérieur ont été mis à la disposition de l’équipe qui a mené la mission. Ces locaux ont en particulier été utilisés pour les auditions de personnalités.
Un rapport de 129 pages a été publié à la suite de cette mission. Le rapport qui comportait 50 mesures a été remis au Ministres Brice Hortefeux et Bernard Kouchner le 9 mars 2010.

05/06/2010

Hortefeux condamné pour injure raciale ne peut pas faire comme si rien ne s'était passé

Brice Hortefeux le ministre de l’Intérieur des Collectivités territoriales et de l’Outremer a été condamné en première instance hier vendredi 4 juin par le tribunal correctionnel de Paris pour injure raciale. Le ministre devra s’acquitter d’une amende de 750 euros.

En septembre dernier, M. Hortefeux avait déclaré parlant d’un jeune militant UMP présenté comme arabe « Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes»

Ces propos avaient déclenché un tollé bien compréhensible.
Il faut se féliciter que la justice ait reconnu le caractère raciste des propos tenus par le ministre.
Il est important pour les valeurs de ce pays, que le Tribunal ait jugé en première instance que la phrase du ministre était «outrageante » et qu’elle stigmatisait des personnes «présentées négativement du seul fait de leur origine».

Brice Hortefeux.jpgBrice Hortefeux a annoncé qu’il faisait appel de la décision de justice qui n’est donc pas définitive.
La condamnation en première instance d’un ministre en exercice n’est pas banale. Elle est même grave.
Dans une République "exemplaire", il est inquiétant qu’un ministre qui plus est, le ministre de l’Intérieur censé lutter contre le racisme, soit condamné pour injure raciale.

Le  ministre de l’Intérieur et ancien ministre de l’Immigration ne doit pas faire comme si rien ne s’était passé.

Brice Hortefeux doit maintenant répondre aux questions légitimes soulevées par sa phrase jugée en première instance comme injure raciale et prendre très rapidement des initiatives fortes contre le racisme et les discriminations.
Brice Hortefeux doit donner des preuves de sa détermination à lutter contre le racisme et les discriminations.

10:20 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hortefeux, injure raciale, condamnation, justice, tribunal | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/04/2010

e dérapage de Brice Hortefeux serait une injure raciale, mais ne serait pas condamné

Les propos tenus par Brice Hortefeux le ministre de l’Intérieur en septembre dernier lors de l'université d'été 2009 de l'UMP, à Seignosse dans les Landes refont parleu d'eux.

Brice Hortefeux.jpgM. Hortefeux avait déclaré, posant pour une photo avec un jeune militant "d'origine maghrébine" qui était présenté par l’assistance comme buveur de bière et mangeur de cochon: « Il ne correspond pas du tout au prototype. Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes ». Une intense polémique s'était développée.

Le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) et de deux autres associations ont porté devant les tribinaux l'affaire aui a été examinée hier 16 avril devant la 17e chambre correctionnelle à Paris.

Le procureur adjoint a convenu que la première phrase visée par les associations ("Il ne correspond pas au prototype") était "choquante, éminemment critiquable ".
La seconde phrase ("Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes ") est pour le parquet "un propos outrageant, méprisant"

Si "le délit d'injure raciale" semble constitué, le caractère public des propos, ne le lui est pas !

Le tribunal a...curieusement (!) estimé que les faits n’avaient pas été commis en public et que les propos du Ministre n’étaient pas destinés à être entendus par tous.
La preuve que M. Hortefeux se savait pas enregistré n'ayant pas été apportée lors des débats, on se dirige sans doute vers une requalification des faits en "injure raciale" qui relève de l’infraction et non du délit.
L’affaire a été mise en délibéré et le jugement devrait être rendu le 4 juin.

15:58 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hortefeux, dérapage, injure raciale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/03/2010

Une tour de contrôle pour lutter contre le racisme

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Bernard Kouchner et le ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales, Brice Hortefeux, m’avaient confié en octobre dernier, une mission conjointe de réflexion sur la lutte contre le racisme et le communautarisme en France. J’avais demandé au sociologue Michel Wieviorka de m’accompagner dans cette mission, ce qu’il avait accepté à ma grande joie.

Nous avons réuni une commission qui a auditionné plusieurs dizaines de personnalités.

Remise du rapport contre le racisme et le communautarisme (2).jpgLe rapport de mission comporte 50 propositions que nous avons Michel Wieviorka et moi remis aux ministres hier mardi 9 mars.
Dans ce rapport, nous proposons de créer un Observatoire national du racisme, qui est une véritable tour de contrôle contre le racisme en France.
Au cours des vingt dernières années, plusieurs observatoires ont été créés : un Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes ; un Observatoire de l’homophobie ;  un Observatoire de l’antisémitisme ; un Observatoire national sur la formation, la recherche et l’innovation sur le handicap. Mais il n’existe pas d’observatoire du racisme en France. Notre rapport propose donc de combler cette lacune, afin de lutter efficacement contre le racisme, sous toutes ses formes, et quelles que soient les populations, ou groupes de populations, concernées. L’observatoire permet de donner une vue d’ensemble de tous les phénomènes sociaux liés au racisme, sans aucune lacune : la discrimination, bien sûr, mais aussi l’agression et la stigmatisation. Il constitue un instrument indispensable pour les politiques publiques en matière de lutte contre le racisme.

L’Observatoire national du racisme reposera sur trois niveaux :
- Des études réalisées et/ou commandées par l’Observatoire sur le racisme en France et son évolution.
- Un rapport annuel qui porte sur le racisme et sur le traitement du racisme : à l’école, au travail, dans la rue, dans les transports en commun, dans les rapports avec l’administration, ou encore dans les médias. Ce rapport permet de connaître la répartition par âge, sexe, régions, pays d’origine ou CSP, des victimes, et d’analyser ces données d’une manière quantitative et qualitative.
- Des recommandations qui sont communiquées au public en annexe du rapport annuel, lors d’une conférence de presse annuelle, et qui sont adressées aux principaux responsables politiques, tant au niveau local qu’au niveau national, ainsi qu’aux entreprises et aux associations, ou tout autre organisme pouvant en tirer un bénéfice quelconque.

Le rapport propose que l’Observatoire national du racisme soit rattaché au Comité interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

L’Observatoire national du racisme complète les dispositifs existants, sans se substituer à eux, ni empiéter sur leurs prérogatives. Il coopère avec ses partenaires, comme la HALDE.

L’Observatoire fait le lien entre la réalité sociale et la dimension politique. L’un des axes de L’Observatoire national du racisme concerne la question préoccupante du racisme sur internet. Nous proposons, enfin, que des représentants des entreprises soient associés aux travaux de L’Observatoire national du racisme, afin d’instaurer un lieu d’échange entre le secteur privé et les pouvoirs publics sur le thème de la lutte contre le racisme, et de mesurer les progrès réalisés.

08:57 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hortefeux, kouchner, wieviorka, mission, observatoire, racisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/02/2010

Fin des difficultés pour le renouvellement des pièces d’identité des français nés à l’étranger ?

La loi ne reconnait qu’une seule catégorie de Français, sont tous égaux devant la loi.
Mais selon que vous êtes Français né en France ou Français né de parents étrangers, vous vous ne pourrez pas renouveler vos pièces d’identité de la même manière.
Depuis quelques mois, les Français nés a à l’étranger et les Français dont les parents sont nés à l’étranger, éprouvent les plus grandes difficultés à renouveler leur carte d’identité ou leur passeport.

Certaines préfectures multiplient en effet les demandes de « preuves » de possession de la nationalité y compris les plus invraisemblables.

Brice Hortefeux.jpgActuellement l’arbitraire règne tellement aux guichets de certaines préfectures qu’il a pu être exigé de Français, de produire, en plus de l’ancienne pièce d’identité, les actes de naissance des parents, des grands parents, les certificats de mariage des parents et des grands parents, le certificat de mariage, le livret de famille, la carte d’électeur, les anciens passeports, des preuves de domicile, la carte d’identité du père, la carte d’électeur...  Une liste qui semble sans fin.

La mobilisation croissante contre ce déni d'égalité, a payé puisque le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a annoncé dans le Journal du Dimanche de ce jour, vouloir mettre fin à cette « parenthèses peu glorieuse » et surtout humiliante.

Brice Hortefeux dit avoir donné des « instructions très claires et très fermes aux préfets »

Le ministre de l’intérieur ajoute que « désormais, la carte d’identité plastifiée ou le passeport électronique suffiront à prouver la nationalité française », à moins, bien sûr, d’une falsification grossière.

Reste à savoir  si ces instructions seront concrètement mises en œuvre et surtout quand  elles le seront

17:22 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hortefeux, carte, identité, passeport, préfet, préfecture, égalité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/11/2009

Une mission confiée par le Quai d'Orsay et par la Place Beauvau

Bernard Kouchner le ministre des Affaires Etrangères & Européennes et Brice Hortefeux le Ministre de l’Intérieur & de l’Outre-mer, m'ont confié à une mission conjointe de réflexion sur la lutte contre le racisme et le communautarisme en France.

J'ai demandé au sociologue Michel Wieviorka, président du Conseil scientifique du CRAN, de m'assister dans cette mission, ce que Michel Wieviorka a accepté.

La mission qui m'a été confiée m'amènera à examiner tous les moyens de "combattre efficacement" le racisme et le communautarisme en France et bien sûr à examiner plusieurs questions ^parmi lesquelles celles-ci :

La communauté ne doit-elle pas s'arrêter là où commence la République?
L'idéal républicain de liberté, d'égalité et de fraternité peut-il progresser si la communauté ne reconnaît que ses propres règles?

Les discriminations qui sont une violation de l'idéal républicain n'encouragent-elles pas le repli ?
Ces discriminations ne doivent-elles pas être combattues pour faire reculer le risque communautariste?

Servir son pays est un grand honneur et je me suis très rapidement mis au travail.
Une commission est en cours de constitution. Elle mènera  des auditions dans un calendrier restreint.
Mon objectif est de proposer quelques mesures très concrètes dans le rapport qui sera remis aux ministres concernés, dans un délai de deux mois.

Place Beauvau.jpgQuai d'Orsay.jpg

06:15 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mission, quai d'orsay, place beauvau, kouchner, hortefeux | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/10/2009

Ex-préfet accusé de racisme : Il va falloir de la patience

On s’attendait à en savoir rapidement plus dans le dossier des plaintes déposées contre l’ex-préfet Paul Girot de Langlade, soupçonné d'avoir tenu des propos racistes fin juillet à l'aéroport d'Orly.

Si la Brigade de répression de la délinquance contre la personne a bien rendu un rapport le mois dernier, il va  tout de même falloir nous armer de patience car Jean-Jacques Bosc le procureur de Créteil a demandé un complément d'enquête.

Paul Girot de Langlade.jpgLe 14 août dernier, le parquet de Créteil avait ouvert une enquête pour "injures publiques à caractère racial" visant Paul Girot de Langlade, après la plainte d'un agent de sûreté de l'aéroport d'Orly.
Au cours d'un contrôle à l'aéroport d'Orly, Paul Girot de Langlade aurait déclaré: "On se croirait en Afrique", "il n'y a que des Noirs ici".
Un agent de sûreté d’origine antillaise avait déposé plainte pour injures racistes. Deux autres agents de sûreté avaient, eux aussi, déposé des plaintes pour le même motif.

Paul Girot de Langlade avait alors été suspendu de sa mission de coordonnateur local pour La Réunion des états généraux de l'Outre-mer par le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu