Avertir le modérateur

26/03/2008

Obama parle aussi aux français

Barack Obama a prononcé la semaine dernière à Philadelphie, un très beau discours sur la persistance des préjugés liés aux couleurs de la peau.

Il a trouvé des mots extraordinaires pour s’adresser à tous ses concitoyens noirs et blancs auxquels il a proposé de dépasser la couleur de peau pour travailler à un avenir meilleur pour leurs enfants et leur pays.

J’ai été ému par ce discours que vous pouvez visionner ici:

 

 


Depuis, j’ai vu de très nombreuses reprises de ce discours, j’ai entendu les commentateurs s’en emparer, l’analyser, le décortiquer j’en ai vu de très belles traductions.

Et pourtant peu de personnes, très peu font le lien entre la situation décrite par Barack Obama aux Etats-Unis et la situation des noirs et des blancs en France.

Barack Obama décrit hélas, une situation que nous connaissons bien en France, pour la vivre au quotidien. Tout cela me fait subitement penser à l’année 2005, il y a 3 ans déjà, l’année de la création du CRAN, lorsque le cyclone Katrina ravageait la nouvelle Orléans aux Etats-Unis laissant sur le carreau, des milliers de personnes.

Les observateurs français étaient, unanimes sur les victimes : des noirs et des pauvres.

Et pourtant au même moment en France il y avait des morts dans les incendies d’hôtels sociaux à Paris. Trois incendies en quatre mois, des dizaines de morts, des dizaines d’enfants.

« Ils étaient noirs et ça, ça compte», a noté justement le scientifique Albert Jacquard. A part ce dernier, et Martin Hirsch alors président d’Emmaüs France, il ne s’est trouvé aucune autorité de référence pour faire remarquer que toutes les personnes mortes étaient noires.

Ce « détail » qui n’a pas été relevé par les commentateurs jetait peut-être une lumière trop crue sur la réalité des discriminations dans notre pays.

Les mêmes observateurs qui voient les difficultés des blancs et des noirs à vivre en fraternité aux Etats-Unis, refusent toujours aujourd'hui de voir cela en France.

L’amertume qui menaçait de m’envahir s’est vite transformée en tristesse.

Je suis triste car les années passent et les choses si changent peu, malgré les considérables efforts de quelques-uns.
Je suis triste car le gouvernement actuel trouve toujours une bonne raison pour ne pas agir en profondeur sur la question des discriminations en France.
Je suis triste car l’opposition regarde ailleurs au lieu de s’emparer du sujet.
Je suis triste que le mot « fraternité » ne soit plus qu’un mot sans sens.
Je suis triste que
es grandes voix qui pourraient s’élever se taisent.
Bientôt ce sera le 10 mai 2008, la commémoration du 160ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage.

Les populations noires de France et leurs amis défileront de la République à la Batille, non pas pour se plaindre, mais pour dire qu’il y a encore des chaînes à faire tomber au sein de notre belle République, et ce sera ici, en France, pas aux Etats-Unis.

Peut-être beaucoup comprendront-ils enfin que ces chaînes toujours présentes dans certaines têtes disent aussi d’autres enchaînements, d’autres misères, celles des sans-logis, des chômeurs, celles de tous ceux qui souhaitent eux aussi que la fraternité ne soit pas qu’un mot...vain.

07:50 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Obama, France, couleur discriminations | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu