Avertir le modérateur

14/05/2012

Jules Ferry: Symbole colonialiste pour Hollande?

Pour son investiture demain 15 mai 2012, le nouveau président de la République François Hollande a décidé de célébrer la jeunesse, l'école, la laïcité et l'intégration.
Une telle initiative ne peut que forcer la sympathie. Mais voici que les choses se gâtent car le président de la République entend célébrer ces valeurs républicaines à travers un double hommage à Marie Curie et Jules Ferry.

hollande,ferry,curie,école,laïcité,colonisationA travers Marie Curie, prix Nobel de physique et de chimie, M. Hollande rendra hommage à une immigrante qui incarne l’intégration, la recherche scientifique et le progrès.

Pour ce qui concerne Jules, Ferry, le symbole se révèle plus complexe. Pourquoi lui? Faut-il y voir un double message politique? On le sait, Jules Ferry est l'auteur des lois qui ont abouti à la scolarité obligatoire et gratuite ainsi qu'à la laïcité de l’enseignement. Il est aussi l’auteur de de la lettre aux instituteurs.
Déjà des voix s’élèvent pour rappeler que ce même Jules Ferry a été un très actif partisan de l'expansion coloniale et qu’il a tenu despropos effrayants sur la mission civilisatrice des "races supérieures" sur les "races inférieures".

Dans un discours prononcé à la Chambre des députés le 28 juillet 1885, Jules Ferry déclarait : « Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. […] Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures.»

hollande,ferry,curie,école,laïcité,colonisationS'il faut condamner avec fermeté ces propos, faut-il pour autant jeter Jules Ferry aux oubliettes? Faut-il désormais ignorer le Jules Ferry de l’école laîque, gratuite et obligatoire? Non. Trois fois non !

Certes, il faut rappeler sans jamais les passer à la trappe, les stéréotypes dans lesquels nombre de nos gloires nationales se sont abîmées, mais ces dérapages de nos grands hommes indiquent que nul n’est parfait et que l’histoire est complexe tout autant que les êtres humains !

Peut-être aussi que les propos inacceptables de Jules Ferry indiquent en creux les progrès réalisés par la société française depuis l’époque où les élites pouvaient tranquillement tenter de justifier l’injustifiable.

Et puis si on rappelle ces propos peu glorieux de Jules Ferry, il serait inéquitable de passer sous silence que ce même 28 juillet 1885, Jules Ferry a été interrompu de nombreuses fois par des protestations de parlementaires.
Juste après son propos sur le devoir des "races supérieures" de civiliser les "races inférieures", deux députés Julien Louis Maigne et Adhémar Joseph Louis de Guilloutet l’ont interrompu pour lui lancer respectivement: « Oh ! Vous osez dire cela dans le pays où ont été proclamés les droits de l'homme ! » et « C'est la justification de l'esclavage et de la traite des nègres ! »

10:55 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hollande, ferry, curie, école, laïcité, colonisation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/03/2010

Jacques Marseille, un iconoclaste attachant s’en est allé

J’ai été très triste d’apprendre la disparition de mon ami Jacques Marseille, décédé hier à l’âge de 64 ans.

Auteur comblé, Jacques Marseille a mené de front plusieurs vies, chroniqueur au Point, à L’Expansion et aux Échos, professeur d’histoire économique à la Sorbonne, directeur de l’Institut d’histoire économique et sociale etc.

Débatteur hors pair,  le très médiatique Jacques n’avait pas son pareil pour attirer la caméra d’une phrase caustique qu’il terminait souvent avec un sourire en coin.

Jacques Marseille (Crédits photo AFP).jpgJacques Marseille était autant connu comme spécialiste d’histoire économique que célèbre pour ses prises de positions pour le moins iconoclastes notamment sur les Antilles ou sur la colonisation.
Jacques Marseille a ainsi été est un des premiers à affirmer que la colonisation a entravé le développement économique de la France plutôt qu’elle ne l’a favorisé.

Nous n’étions pas toujours d’accord lui et moi, mais Jacques Marseille était assez ouvert pour que cela ne soit jamais un problème entre nous.

Il m’a fait l’amitié d’éditer mon dernier ouvrage, co-signé avec notre ami commun le professeur Barnard Lecherbonnier, dans la collection A dire vrai  qu’il dirigeait chez Larousse.
J’ai ainsi pu faire un bout de chemin avec  cet homme désarmant, vif au possible, iconoclaste certes, mais tellement attachant.

 

10:38 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marseille, colonisation, outre-mer, histoire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu