Avertir le modérateur

19/06/2009

Manuel Valls et les "blancs" à Evry: suite et fin d'une polémique

J'ai rencontré Manuel Valls ce matin.
Nous avons longuement évoqué la polémique sur les "blancs" à Evry.

Nous avons ensuite enregistré une émission (Parlons net !) qui sera diffusée dimanche sur France Info en partenariat avec le Figaro.fr et Rue 89.
A la suite de cette émission et de notre franche discussion, nous avons décidé de mettre fin, pour ce qui nous concerne, à la polémique qui ne faiblissait pas.

Vous trouverez ci-dessous, le communiqué que nous signons tous les deux pour annoncer la tenue d'un colloque qui concerne l'ensemble de nos concitoyens pour qu'ensemble nous débattions enfin et sans tabou des statistiques de la diversité et de la cohésion nationale.

Communiqué de presse de Manuel Valls et Patrick Lozès

Paris, le 19 juin 2009

Notre pays souffre de ségrégations trop graves pour faire l'objet de vaines polémiques. Qu'elles soient territoriales, sociales ou basées sur la couleur de la peau, les discriminations minent la vie quotidienne de millions de nos concitoyens, et sont en cruel décalage avec les valeurs de notre République.

Face à ce constat, l'action des pouvoirs publics se limite souvent au rappel des grands principes et à l'affichage de bons sentiments. Au nom d'une conception désincarnée de l'égalité, on préfère ne pas voir les réalités qui dérangent. Dire qu'il manque des « blancs à Évry », ou dire qu’il manque des « noirs à Neuilly » – dire ces vérités que nos concitoyens peuvent observer tous les jours – devient impossible et expose à des critiques calomnieuses.

Nous sommes, pour notre part, convaincus qu'il est indispensable, et urgent, de nommer les discriminations, pour les combattre.

Des millions de Français sont discriminés, tous les jours, en fonction de la seule couleur de leur peau. Il faut le dire. La mixité n’est pas une réalité dans des portions entières de notre territoire. Il faut le dire.

Non seulement il faut dire cette vérité, mais des enquêtes d'opinion révèlent que nos concitoyens sont tout à fait prêts à l’entendre. Selon une enquête réalisée par l’Institut CSA, 65 % des Français, dont 84 % des moins de 30 ans, sont favorables à la mise en place de statistiques de la diversité.

Contrairement à ce que l’on pense généralement, le Conseil constitutionnel a autorisé, dans sa décision du 15 novembre 2007, « la mesure de la diversité », à condition, bien évidemment, qu’elle ne se fonde pas « sur l’ethnie ou sur la race ».

Nous proposons, donc, que la loi autorise, comme les statisticiens, les sociologues et les militants de la lutte contre les discriminations le demandent depuis des années, d'évaluer les discriminations en se fondant « sur le ressenti d'appartenance », sur une base auto-déclarative, facultative et sans constitution de fichiers, visée par la CNIL.

Interrogée sur les raisons pour lesquelles une personne se sent discriminée, il est temps qu'elle puisse répondre : « en raison de la couleur de ma peau ». Tout simplement.

Souvent décriés, les États-Unis ont montré d'une manière éclatante qu'ils avaient surmonté leurs préjugés raciaux en élisant Barack Obama. Il serait bon que chacun juge, à l'avenir, avec moins de dédain les méthodes qui ont donné ailleurs les preuves de leur efficacité.

A l'occasion de l'émission Parlons net ! enregistrée aujourd'hui par France Info en partenariat avec le Figaro.fr et Rue 89, nous avons convenu de l'organisation d’un colloque sur les statistiques de la diversité, à Évry, à l’automne prochain. Associant les responsables politiques concernés par ces questions, la communauté scientifique, ainsi que l’ensemble de nos concitoyens ce colloque sera animé par le journaliste David ABIKER.

Manuel VALLS                                                                               Patrick LOZES
Député de l'Essonne, Maire d'Évry                                                     Président du CRAN        

18/06/2009

La burqa ? Non merci

Le développement du port de la burqa (ce vêtement porté par certaines femmes et qui les couvre du haut jusqu’en bas laissant quelques fois apparaître les yeux) en France nous inquiète tous à juste titre.

Burqa.jpgSous l'impulsion du député communiste André Gérin, des parlementaires de gauche et de droite demandent la création d'une commission parlementaire sur le sujet.

Ce débat est salutaire et bienvenu.
Pour ma part, féministe convaincu, je remarque que les hommes ne portent pas la burqa qui aurait pour objectif de dissimuler les femmes au regard des hommes.
Le port de la burqa représente donc une évidente atteinte aux libertés individuelles.
Ajoutez-y les nombreuses questions de sécurité, publique et individuelle que pose un vêtement qui dissimule un être humain de la tête aux pieds et vous comprendrez pourquoi la burqa ne me semble pas acceptable dans notre contexte républicain.

Les musulmans de France dans leur immense majorité pratiquent un islam ouvert et tolérant, cependant, nous nous aveuglerions terriblement en oubliant que pour certains musulmans, la burqa est hélas un moyen d’exprimer le sentiment d'être refusé par la société française.

A y regarder de plus près, ce débat sur la burqa n’est pas éloigné de celui ouvert très bruyamment par Manuel Valls sur la société française, sur sa cohésion et les moyens qu’elle se donne pour faire reculer la  « ghettoïsation », et le repli identitaire.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu