Avertir le modérateur

01/11/2009

Identité nationale ou "francisation" obligatoire des "nouveaux arrivants" ?

Je suis favorable au débat sur l'identité nationale, mais sous quelques conditions (Cf notes précédentes).
Cependant en l'absence d'indications claires sur le déroulement de ce débat qui doit commencer le 2 novembre, on se perd en suppositions.

Je voudrais par exemple connaître les dispositions prises par le gouvernement pour que ce débat ne se transforme pas en injonction à la francisation pour les "mauvais citoyens" que seraient les nouveaux arrivants.

Drapeau français.jpgJe préfère m'assurer que ce débat sur l'identité nationale ne deviendra pas un "tribunal" où une partie des citoyens serait jugée par une autre partie.
Le débat qui commence concerne toute la société française sans exception, et ne doit pas devenir le lieu de la définition d'une citoyenneté à plusieurs vitesses…
la charge de l’action pour se fondre dans une identité française prédéfinie reposerait asymétriquement sur les personnes tenues pour originairement étrangères. Nous nous éloignerions dangereusement du principe d’égalité.

Il n'y a pas de notion d'antériorité dans le concept de citoyenneté. Il n'y pas de français plus français que les autres!

Il n'y a pas en France de "Français de souche" qui auraient des droits supérieurs ou un devoir de "francisation" envers les "nouveaux citoyens".

En France, tous les citoyens ont les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Saisissons, tous ensemble cette occasion pour définir ensemble non pas la France d'hier, mais la France de demain.

07:38 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : identité nationale, immigration, diversité, citoyenneté | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/02/2009

Français entièrement à part ou français à part entière ?

Nul ne sait de quoi l’avenir sera fait, mais on peut penser que le gouvernement ne sortira pas à son avantage de la crise antillaise.
On se dirige à grand pas vers l’impasse. Evitera-t-on la crise politique ?

Après plus de 22 jours de grève générale, la détermination à la Guadeloupe ne faiblit pas. La Martinique quant à elle, est entrée dans sa 2ème semaine de grève.
Fait-on grève pendant plus de 2 semaines de gaité de cœur ?
Il faut donc admettre que les revendications antillaises sont fortes et leurs causes profondes, liées notamment à un système social d’inspiration coloniale que le monde entier regarde maintenant avec étonnement.

Le gouvernement semble "jouer la montre" et donne la mauvaise impression d’introduire une notion de distance dans le concept de citoyenneté.
Imagine-t-on 2 départements de métropole bloqués par une grève générale pendant aussi longtemps sans que le président de la République ne s’exprime ?

L’Etat prend grand risque en pariant sur le pourrissement de la crise aux Antilles.
Ce faisant, il prend surtout le risque de renforcer le sentiment déjà très présent aux Antilles que nos compatriotes antillais sont de fait, considérés comme des français de seconde zone, c'est-à-dire des français entièrement à part, pour reprendre l’expression d’Aimé Césaire.

09:44 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : guadeloupe, martinique, grève générale, citoyenneté | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu