Avertir le modérateur

27/06/2009

Référendum à la Martinique : Une réponse politicienne aux grèves

Le président de la République Nicolas Sarkozy a proposé hier 26 juin à Fort-de-France, l’organisation d’un référendum sur un éventuel statut d’autonomie pour l’île de la Martinique.
Le Président de la République envoie un message subliminal à l’opinion publique métroplitaine, flatte les élus martiniquais et s’adresse, sans le dire, au LKP.
Ce référendum s’apparente plus à une opération politicienne qu’à la réponse aux questions soulevées par nos compatriotes des départements d’Outre-mer (DOM).
Les Antilles qui ont connu cet hiver des manifestations et des grèves d’une ampleur inédite, se sont avant tout, soulevées contre la vie chère et contre un ordre social d'inspiration coloniale, dans lequel les logiques de relégation sociale et de « couleur de peau » se superposent, comme si, décidément, le passé colonial avait du mal à passer.

La question posée n’est pas celle de l’autonomie mais celle des discriminations indirectes, des discriminations directes, du déficit de continuité territoriale.
Répondre à ces demandes légitimes par un référendum « pour ou contre la France » ou « pour ou contre Nicolas Sarkozy » c’est éluder la question.
Le président de la République botte en touche.
Les conséquences de cette gestion de la crise qui semble faire l'économie d'une réflexion d'ensemble sur les raisons profondes de l'embrasement aux Antilles, sont inquiétantes.

Sarkozy aux Antilles.jpgCe qui est demandé à Nicolas Sarkozy c’est d’oeuvrer à la cohésion nationale pour que nos compatriotes antillais ne soient pas les oubliés de la promotion de la diversité et de l'égalité des chances.

La demande d'une plus grande justice sociale et économique formulée par les habitants des DOM rencontre la demande de toutes les minorités visibles en France.
Ces minorités ne demandent pas l’autonomie mais la justice !
Les évènements de Guadeloupe et de Martinique sont des signes avant-coureurs de ce qui pourrait arriver un jour en métropole, dans les quartiers défavorisés, où se superposent également des logiques de relégation sociale et de "couleur de peau".

Il est temps que président de la République et le gouvernement incluent désormais la question de l’Outre-mer français dans la question globale de la diversité en France afin que, comme le disait Aimé Césaire, nos concitoyens des DOM soient considérés comme des Français à part entière et non pas comme des français entièrement à part.

19:28 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : arkozy, antilles, référendum, lkp, autonomie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/02/2009

Guadeloupe: créer des emplois, c’est mieux que des subventions...de 2 ans !

Après un lourd et très long silence, Nicolas Sarkozy, a reçu les élus de l'Outre-mer hier 19 février et a détaillé ses mesures pour répondre à la "désespérance" des Départements d’Outre-Mer.

La reprise par le président de la République de notre proposition de « Grenelle » de l’Outre-mer est satisfaisante mais les subventions annoncées par le gouvernement pour une période de 2 ans ne règleront pas grand chose !

Que se passera-t-il ensuite ?


Je dénonce les mesures inefficaces prises par le gouvernement, qui font l'impasse sur les causes profondes de la situation économique désastreuse dans les DOM.

La hausse des salaires était, certes, indispensable, mais cette "mesurette" n'est pas à la hauteur du drame quotidien vécu par les habitants des DOM, qui en sont réduits à une économie de la subsistance, bien éloignée des principes de notre République.

La baise du prix de la téléphonie et de l'accès Internet Outre-mer sont, par ailleurs, très insuffisants.

La demande d'une plus grande justice sociale et économique formulée par les habitants des DOM rencontre la demande de toutes les minorités visibles en France.
Ces minorités ne demandent pas la charité mais la justice !

C’est aux problèmes de fond de la Guadeloupe et de l'outre-mer en général c’est à dire le développement économique et social qu’il faut répondre.

Je rappelle qu'aux quatre dernières places du classement Eurostat des régions d'Europe où le taux de chômage est le plus élevé*, on trouve, hélas, quatre...départements d'Outre-mer français...

Est-il acceptable que le chômage des jeunes de 15 à 24 ans soit de 56 % à la Guadeloupe, de 50 % à la Réunion ou de 48% à la Martinique ?
Est-il normal que dans ces régions, la viande et le yaourt soient importés de la métropole alors qu'ils devraient être produits sur place ?


Pour répondre à la situation économique des minorités visibles de France, dans les DOM et en métropole, le gouvernement pourrait mettre en place une Agence de la diversité économique. Cette agence aurait notamment pour vocation, sous la tutelle du ministère de l'économie et en lien avec le ministre en charge de la mise en œuvre du plan la relance, de favoriser la création de PME et de TPE dans l'Outre-mer et au sein des populations discriminées en métropole.

Les subventions ce n'est qu'un début...créer des emplois et penser l'avenir serait tellement mieux !

* Source : Eurostat, 2009

08:24 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guadeloupe, subventions temporaires, crise, antilles, outremer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/02/2009

Un plan d’"action affirmative" pour la Guadeloupe

Le LKP a attiré l’attention nationale et internationale sur une situation de discriminations et d’inégalités très anciennes à la Guadeloupe. Ce n’est pas rien.
Le Chef de l’Etat devrait recevoir aujourd’hui 19 février les élus de l’Outre-mer et répondre enfin à la "désespérance guadeloupéenne"
Le Gouvernement devrait finir par céder sur la revendication des 200 Euros d'augmentation sur les bas salaires

Quelles pourraient être les solutions de long terme à la crise guadeloupéenne ?
Les solutions que le CRAN propose pour les minorités visibles de France sont bien sûr applicables aux Antilles.
Nous demandons la mise en place d’une « affirmative action » à la française pour compenser les discriminations, et ce en ayant pour horizon, l’égalité républicaine.
C’est une politique qui s’adresse aux minorités alors que les noirs et les indiens sont majoritaires aux Antilles me direz-vous ?
La minorité n’est pas une notion démographique. C’est une notion politique. Une notion de pouvoir. Et de ce point de vue, les noirs et les indiens sont très minoritaires aux Antilles et dans l’Outre-mer français en général.

Appliqué aux Antilles, cela passerait d’abord par un débat national sur l’esclavage et ses conséquences actuelles.
Viendrait ensuite un plan de lutte contre les discriminations (notamment dans le domaine économique), un plan pour la diversité et pour l’égalité des chances en faveur de la « majorité visible » antillaise en somme.
Ainsi, nos concitoyens de l’Outre-mer ne seraient pas les oubliés de la promotion de la diversité et de l’égalité des chances.

Après Yves Jégo, ce devrait être au tour de Yazid Sabeg, Christine Lagarde et Patrick Devedjian de se rendre aux Antilles pour promouvoir la diversité économique…
 

08:27 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : guadeloupe, action positive, répartition des richesses, crise, antilles | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/06/2008

Création d'un conseil scientifique « chlordécone » : Pourquoi écarter les associations ?

L’InVS et l'Inserm (respectivement institut de veille sanitaire et institut national de la santé et de la recherche médicale) ont annoncé avant-hier 12 juin 2008, la création d’un Conseil scientifique « chlordécone », dans le cadre du Plan d'action chlordécone 2008-2010 aux Antilles françaises.
Ce conseil scientifique a « pour objectif de proposer des axes de recherches complémentaires, le renforcement de la veille sanitaire et d'améliorer la surveillance de l'impact des pesticides ».

En outre, il « procédera à une analyse approfondie des connaissances scientifiques, auditionnera de nombreux acteurs et experts et effectuera une mission aux Antilles dans le courant de l'automne ». Les premières conclusions de ses travaux sont attendues pour le premier trimestre 2009.
La création de ce Conseil scientifique est à saluer mais pourquoi les associations en ont-elles été exclues? 
Il est souhaitable que les associations puissent en faire partie, avec un statut particulier s’il le fallait...
Il est également souhaitable que le conseil élargisse son action aux autres pesticides suspectés.

Un premier rapport publié par le professeur Belpomme en septembre 2007 avait conclu que les Antilles françaises étaient aujourd'hui « la deuxième région du monde la plus touchée par le cancer de la prostate ». Le professeur Belpomme avait parlé d' « un véritable empoisonnement » en Martinique et en Guadeloupe.

En cause, l'utilisation de plusieurs pesticides dont le chlordécone, un pesticide interdit aux Etats-Unis depuis 1976 et en France métropolitaine depuis 1990, mais qui ne fut interdit aux Antilles que deux ans plus tard, en 1993...
Ce produit toxique a été utilisé en quantités industrielles dans la culture bananière. Il s'est accumulé dans la chaîne alimentaire, et reste présent dans le sol, produisant des malformations congénitales, des cancers et toutes sortes de problèmes sanitaires d’une gravité extrême.

Avec le Cran, nous avions réclamé dès la publication du rapport Belpomme, en septembre 2007 :
- La mise en place d'un Plan de dépistage général des pathologies
- La mise en place d'une Campagne de sensibilisation
- La mise en place d'une Commission d'enquête indépendante.

En octobre 2007, le Ministre d’État Jean-Louis-Borloo m’avait confié (je suis pharmacien et diplômé en toxicologie), une mission d’études portant notamment, sur la pollution en Martinique.
En décembre 2007, j’ai informé Jean-Louis Borloo de mon refus de continuer plus avant la mission, parce que je considérais que les moyens d’établir un rapport indépendant sur la question du chlordécone n’étaient pas réunis, concernant ce qu’il faut bien qualifier de catastrophe écologique majeure en Martinique et en Guadeloupe...

09:13 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chlordécone, pesticides, antilles, guadeloupe, martinique, conseil scientifique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu