Avertir le modérateur

12/09/2009

Quandj’entends « sale Blanc », je dresse l’oreille car c’est de moi que l’on parle

Les motifs d’indignation sont nombreux en cette saison et ils ne viennent pas seulement d’Orly ou de Seignosse.

C'est du Zimbabwe que Robert Mugabe le scandaleux président du pays s’est rappelé à notre souvenir en déclarant devant les jeunes de son parti « Nous n’avons pas invité ces sales blancs » au sujet des Britannique et des Américains

Ce propos raciste n’est hélas pas son premier, mais il intervient à la veille de la visite d’une délégation européenne dirigée par Karel De Gucht, le commissaire européen qui doit rencontrer Mugabe et son ex-opposant Morgan Tsvangirai. Tsvangirai est devenu Premier ministre après un accord de partage du pouvoir conclu sous la pression internationale à la suite de la parodie d’élection d’il y a un an.

Il faut repousser au loin les propos racistes d’où qu’ils viennent.
En paraphraser Martin Luther King, quand j’entends "sale Blanc", je dresse l’oreille car c’est de moi que l’on parle.

12:49 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : mugabe, tsvangirai, propos racistes, zimbabwe, blancs, noirs | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/06/2008

Zimbabwe : Dernier acte d’intimidation du boucher de Harare ?

Certes il en faut plus pour arrêter Robert Mugabe le tyran sanguinaire de Harare, mais sa réélection est illégale de fait et il donne l’occasion à la communauté internationale de se débarrasser de lui.

En effet selon le droit zimbabwéen, l'élection organisée vendredi dernier au Zimbabwe est illégale car le second tour de la présidentielle n’a pas été organisé dans les 21 jours après la publication des résultats du premier tour.

Souhaitons que ce second tour truqué soit le dernier acte d’intimidation d’un dictateur qui provoque l’exaspération du monde.
Il serait indigne de la communauté internationale que rien ne soit tenté malgré la position ambiguë de l’Afrique du Sud qui s’entête à laisser croire qu’une médiation est toujours possible.

On attend  de l’Union européenne, et des Etats-Unis notamment, des sanctions non pas contre le Zimbabwe, mais contre Mugabe et ses proches.

Ce n’est en effet pas le peuple zimbabwéen qui a besoin de l'aide alimentaire et de médicaments qu’il faudrait punir par ricochet.
Tout doit être fait pour que le leader de l’opposition, le vainqueur réel de l'élection présidentielle, Morgan Tsvangiraï, soit rétabli dans ses droits.
Les moyens de pression des Nations unies ne manquent pas. En les utilisant tous, il sera difficile à Mugabe de tenir entre une opposition interne déterminée et une communauté internationale intransigeante.

09:52 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zimbabwe, mugabe, élection présidentielle | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/04/2008

Zimbabwe : Un dictateur chassé

Le Zimbabwe vit vraisemblablement les dernières heures du régime dictatorial de Robert Mugabe.

Le Zim (comme l’appellent affectueusement les amateurs du pays qui héberge une partie des célèbres Chutes Victoria) commence à y croire.
L’incroyable espoir avait commencé après 36 h d’attente à la suite des élections municipales, législatives et présidentielle qui se sont déroulées samedi dernier : la statue du Commandeur vacillait sur son socle.

La commission électorale avait en effet fini par lâcher que les premiers résultats étaient défavorables au pouvoir en place et en premier lieu à l’autocrate Robert Mugabe réputé pour ses propos contres les blancs et les homosexuels, et auquel sont attribuées des phrases haineuses comme « L’homosexualité est une tare blanche qui ne s’applique pas aux Africains ».

L’opposition zimbabwéenne semble avoir une avance irrattrapable pour ce qui concerne les municipales et les législatives. En l’absence d’indication officielle sur la présidentielle, on peut raisonnablement estimer que les résultats de la présidentielle ne sont pas non plus favorables au sortant qui brigue un ...6ème mandat.

Toutefois, les dernières informations laissent penser qu’après 28 ans de règne féroce, le dictateur zimbabwéen se fasse à l’idée de devoir partir.

Il était temps et la communauté internationale doit maintenant exiger la publication immédiate des résultats pour éviter une situation à la kényane : le retard dans la publication des résultats de l'élection présidentielle a eu pour conséquences des accusations de fraude et des émeutes.

Même s’il faut se garder de tout enthousiasme démesuré, il est heureux pour le Zimbabwe, pour la démocratie, que ce soit le début de la fin pour Robert Mugabe.

Il est heureux de constater qu’en Afrique et ailleurs, le peuple arrive à trouver le moyen de se débarrasser des tyrans.

07:55 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Zimbabwe, Mugabe, dictateur | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu