Avertir le modérateur

13/05/2011

Candidat!

Je publie aux Editions du Moment, un livre « Candidat » qui répond à une urgence, et à des circonstances particulières.

Il y a aujourd’hui, une nécéssité de répondre aux questions que se posent les Français sur l’intégration et sur les questions qui touchent à l’égalité, un des fondements de notre démocratie.

 

Candidat.jpgOr personne ne répond à cette attente.
Il y a un vide de propositions sur ces thèmes dans une situation de radicalisation très forte du gouvernement, ce qui menace directement une partie de la population.

La gauche ne propose pas de programme courageux ou intéressant sur les questions touchant à l’égalité.

A droite il y a une forte déception après 2007 et la promesse de la diversité qui n’a pas été tenue et qui a représenté une fausse piste.

« L’égalité pour tous » ne doit pas laisser sur le bord du chemin, des millions de nos concitoyens.


Dans cet ouvrage je détaille plusieurs propositions parmi lesquelles le rebond de l’économie par l’intégration

09:26 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : candidat, égalité, 2012, 2007, intégration, editions du moment, diversité, propositions | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/09/2010

En quoi est-il moins grave de tuer un policier quand on est français de longue date, M. le président ?

Expliquez-nous M. le président, en quoi il serait moins grave de tuer un policier, quand on est français de naissance

M. le président de la République, vous souhaitez voir adoptée dans les meilleurs délais, la possibilité de retirer la nationalité française, dans un délai de 10 ans après l'accession à la nationalité française, à ceux qui portent atteinte à la vie d'une personne dépositaire d'une autorité publique, en particulier les policiers et les gendarmes.

Comme vous Monsieur le président je suis né de parents qui étaient français avant ma naissance, je n’ai donc rien à craindre de vos mesures. Il me semble même que mon père, qui a combattu l'occupant, était français avant le votre, mais cela ne me donne aucun mérite supplémentaire et pire, je ne veux pas faire de telles distinctions entre les français.

Je suis comme beaucoup de nos concitoyens, attaché à la sécurité, mais j’ai beau me creuser la tête, je ne vois pas en quoi il serait moins grave de tuer un policier, quand est français "de longue date", que quand est français depuis moins de 10 ans. Et pourquoi 10 ans d’ailleurs ?

Drapeau français.jpgJe souhaite que vous nous expliquiez,  M. le président de la République en quoi il serait moins grave de tuer un policier lorsque l‘on est français depuis 10 ans et un jour, que lorsque l’on est français depuis 10 ans tout juste ?

Et tant que nous y sommes, expliquez-nous M. le président, pourquoi il faudrait s’arrêter aux coupables ? Pourquoi  ne pas faire de différence, selon que la victime serait française depuis plus de 10 ans ou française depuis moins de 10 ans ?

Expliquez-nous, Monsieur le président, expliquez-nous, car j’ai le plus grand mal à comprendre.

Je suis triste, triste bien sûr que vous engagiez officiellement la France dans cette voie détestable, mais je suis tout aussi triste que cette mesure, inquiétante pour notre socle de valeurs communes, ne soulève pas de plus grandes réactions parmi nos concitoyens.

Pourquoi les grandes voix morales de notre pays se taisent-elles ?

J’ai du mal à imaginer que nos concitoyens ne se rebelleront pas d’une manière ou d’une autre, j’ai du mal à penser que la majorité dont on dit qu’elle serait silencieuse et dont je fais souvent partie, le restera et qu’elle va regarder ailleurs, tourner la tête, alors que l’on touche à l’essentiel.

Je pensais qu’il y avait, en France, des valeurs auxquelles on ne touchait pas. Je le pensais, et je veux continuer à le penser.

Le climat en France en cette rentrée est bien désagréable et bien attristant en vérité, M. le président.

05:44 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : déchéance, sarkozy, france, nationalité, république, égalité, fraternité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/02/2010

Fin des difficultés pour le renouvellement des pièces d’identité des français nés à l’étranger ?

La loi ne reconnait qu’une seule catégorie de Français, sont tous égaux devant la loi.
Mais selon que vous êtes Français né en France ou Français né de parents étrangers, vous vous ne pourrez pas renouveler vos pièces d’identité de la même manière.
Depuis quelques mois, les Français nés a à l’étranger et les Français dont les parents sont nés à l’étranger, éprouvent les plus grandes difficultés à renouveler leur carte d’identité ou leur passeport.

Certaines préfectures multiplient en effet les demandes de « preuves » de possession de la nationalité y compris les plus invraisemblables.

Brice Hortefeux.jpgActuellement l’arbitraire règne tellement aux guichets de certaines préfectures qu’il a pu être exigé de Français, de produire, en plus de l’ancienne pièce d’identité, les actes de naissance des parents, des grands parents, les certificats de mariage des parents et des grands parents, le certificat de mariage, le livret de famille, la carte d’électeur, les anciens passeports, des preuves de domicile, la carte d’identité du père, la carte d’électeur...  Une liste qui semble sans fin.

La mobilisation croissante contre ce déni d'égalité, a payé puisque le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a annoncé dans le Journal du Dimanche de ce jour, vouloir mettre fin à cette « parenthèses peu glorieuse » et surtout humiliante.

Brice Hortefeux dit avoir donné des « instructions très claires et très fermes aux préfets »

Le ministre de l’intérieur ajoute que « désormais, la carte d’identité plastifiée ou le passeport électronique suffiront à prouver la nationalité française », à moins, bien sûr, d’une falsification grossière.

Reste à savoir  si ces instructions seront concrètement mises en œuvre et surtout quand  elles le seront

17:22 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hortefeux, carte, identité, passeport, préfet, préfecture, égalité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/11/2009

La Halde? Pour certains députés c'est un machin dispendieux!

A force de questionner l'efficacité de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité), plusieurs députés ont fini par s'étonner du coût élevé de cette institution au regard de ses faibles résultats.

Logo de la Halde.jpg«La Halde affiche un train de vie choquant à l'heure où l'État est sommé de faire des économies», explique Richard Mallié un député UMP des Bouches-du-Rhône qui a déposé hier un amendement pour «geler» le budget de la Halde en 2010.
Cet amendement adopté par la commission des Finances de l'Assemblée, doit être examiné par les députés en séance plénière jeudi prochain le 12 novembre 2009.

Et Richard Mallié de s'interroger sur les «2 126 m2 de locaux pour 84 personnes dont dispose la Halde dans le IXe arrondissement de Paris, soit près de 1,5 million d'euros de loyer pour une aussi petite structure»
Le député souligne aussi que «Tandis que le nombre d'emplois temps plein de la Halde augmente de 5 % entre 2008 et 2010, les dépenses de personnel augmentent de 15 % pour la même période»

Pour ma part, je suis déçu par la Halde. Ce n'est pas le principe de la H qui est en cause mais son inefficacité.
Des chiffres?

Malgré son train de vie, ses grands "testages" et ses grandes déclarations, la Halde traitera en 2009…9000 dossiers dans un pays où plusieurs millions de personnes se disent victimes de discriminations!

Ah, je rêve d'une Halde qui serait le fer de lance de la lutte contre les discriminations et pour l'égalité. Un voeu pieux pour l'instant.

15:48 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : halde, dépenses, dispendieux, mallié, discriminations, haute autorité, égalité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/10/2009

Jean Sarkozy et l'EPAD: Un cas typique de discrimination indirecte

Pendant 15 jours et grâce à l’affaire de la candidature de Jean Sarkozy à la tête de l’EPAD, les français ont vécu le quotidien des minorités visibles !

Depuis l'annonce de la candidature du fils du chef de l'Etat, à la tête de l'EPAD (Etablissement public d’aménagement de la Défense), la gauche scandalisée, la droite gênée, les médias étrangers ou Internet ont (peut-être sans le savoir) relayé les revendications du Cran ou des militants de la diversité et de l'égalité des chances.

Tout candidat en face de Jean Sarkozy avait peu de chances de l'emporter...alors que les choses auraient été différentes si on ne savait pas que l'un des candidats était M. Sarkozy fils.

Jean Sarkozy sur France 2 (Reuters - HO).jpgAvec la candidature de Jean Sarkozy à la tête de l'EPAD, nous étions face à un cas typique de discrimination indirecte! C'est à dire des pratiques et procédures qui (de la même façon que la discrimination directe) aboutissent à des désavantages significatifs pour les membres d’un groupe, en l'occurrence ceux qui n'ont pas tel ou tel nom...

Pour le dire d'une autre manière, les choses auraient été différentes avec le CV anonyme, ou par tout autre moyen permettant de juger les candidats à la présidence de l'EPAD en fonction de leurs seules compétences et de non pas de leurs...appartenances réelles ou supposées!
Le mérite de Jean Sarkozy n'est même pas en cause. La légitimité de sa candidature non plus. Simplement les autres candidats auraient été comme transparents.

Et bien cette transparence, c'est le quotidien des minorités visibles. C'est le quotidien de ces millions d'hommes et de femmes pourtant méritantes auxquelles on préfère, le blanc, le valide, l'homme, etc...
Le tollé soulevé par la candidature de Jean Sarkozy soulignait fortement...l'inégalité des chances entre les candidats à la tête de l'EPAD.

Pour officialiser son retrait de la course à la présidence de l’EPAD, Jean Sarkozy a annoncé "Je n'accepte pas que ce soupçon de favori, de passe-droit ou de traitement de faveur puisse peser".

C'est contre ce passe-droit souvent involontaire, ce traitement de faveur qui va presque de soi, que s'élèvent les défenseurs de l'égalité.
C'est contre cette pratique de la discrimination indirecte que nous nous élevons.

Pourvu que cet épisode de lucidité collective serve la cause de la diversité, celle de la lutte contre toutes les discriminations et celle de l'égalité des chances.

08:22 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : sarkozy, epad, discrimination indirecte, égalité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/07/2009

Un plan diversité financé par l'"emprunt Sarkozy"?

Une partie du grand emprunt annoncé par Nicolas Sarkozy  devant le congrès le 22 juin dernier, pour  financer un plan diversité ?

C’est ce qui peut être déduit de la dernière intervention d’Henri Guaino, Conseiller spécial du président de la République.
Guaino.jpgDevant le journaliste Olivier Mazerolle sur BFM TV hier 5 juillet, M. Guaino a confirmé ce que tout le monde disait à mots couverts « le plan banlieue n’a pas abouti » autrement dit, le plan Espoir Banlieue lancé en juin 2008 par François Fillon est un échec et il faut le remplacer.

Depuis le discours de la diversité du 17 décembre 2008 à Palaiseau, Nicolas Sarkozy semble avoir entériné cet échec.
A Versailles, il y  a quelques jours le président de la République est allé encore plus loin, en laissant entendre qu’il fallait désormais s’occuper « des personnes » après s’être contenté de s’occuper « des bâtiments »

Le grand emprunt doit financer des « dépenses d’avenir » avait dit le président de la République à devant les parlementaires réunis en Congrès.
Henri Guaino a utilisé le même terme de « dépense d’avenir pour qualifier les efforts à faire en faveur de l’égalité dans les banlieues.

Henri Guaino a aussi reconnu que l’échec du plan banlieue était dû à des blocages au sein même de l’appareil d’Etat.
Ce qui a manqué au "Plan banlieue" c’est surtout une volonté politique forte, un ministre de plein exercice avec un budget propre et une administration.

On évoque un autre remaniement ministériel dans les jours à venir.
Tout plan de la diversité qui oublierait la leçon l'échec du plan banlieue serait voué au même résultat.

12:26 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sarkozy, diversité, plan banlieue, égalité, versailles, palaiseau | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/06/2009

Sarkozy à Versailles: Le temps de passer de la parole aux actes ?

Le président de la République s'exprimait cet après-midi pour la première fois, en tant que président de la République, devant le Congrès réuni à Versailles.

Nicolas Sarkozy a fixé comme "priorité du prochain gouvernement" de défendre l'égalité et il a déclaré:

"Où en sommes-nous avec le principe de l'égalité ?, a-t-il déclaré. Ne sommes-nous pas passés de l'égalité républicaine à l'égalitarisme ? Qui ne voit que notre modèle de l'intégration ne fonctionne plus ? Il produit de l'inégalité, du ressentiment. Pour atteindre l'égalité, il faudra savoir donner plus à ceux qui ont moins."
Ce n’est pas la première fois que Nicolas Sarkozy prononce des propos en faveur de l'action positive. Il l'avait déjà fait lors de son discours de Palaiseau, le 17 décembre 2008. Il l'avait déjà fait lors de ses nombreux discours de campagne, en 2007.

Cette promesse n'est donc pas nouvelle. Désormais, il est temps, qu'elle se traduise dans les faits.

Le président de la République a annoncé un remaniement ministériel pour mercredi prochain.

Si réellement le président de la République a compris que les minorités visibles sont une chance pour notre pays, et qu'elles constituent un levier pour sortir de la crise.
Si réellement le président de la République a compris que ces millions de concitoyens "qui ont moins" représentent une richesse inestimable, qui n’attend qu’une volonté politique pour être valorisée.

Alors pourquoi ne pas saisir l'occasion pour créer un ministère de la diversité, qui regroupera toutes les initiatives, publiques et privées, en matière de diversité?

C'est une mesure forte, qui ira beaucoup plus loin que des nominations individuelles et qui donnera, enfin, à la diversité une vraie place au gouvernement, avec une administration et un budget dédiés à son action.

Nicolas Sarkozy ferait, ainsi, entrer la France dans un âge moderne de la lutte contre les discriminations, et lui permettrait de combler son retard avec les autres pays développés.

Reste aujourd'hui à passer de la parole, fût-elle elyséenne, aux actes.

 

17:22 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sarkozy, diversité, versailles, égalité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

08/05/2009

Mesures du rapport Sabeg: un pas important vers l’égalité républicaine

Le commissaire à la diversité et à l’égalité des chances Yazid Sabeg a rendu son rapport au président de la République Nicolas Sarkozy.
Dans ce rapport, M. Sabeg ropose la mise en place d’un questionnaire anonyme, où l’identité du répondant ne sera pas recueillie.


Ces statistiques de la diversité, anonymes, volontaires, autodéclaratives et sans constitution de fichier, nous les proposons depuis 3 ans.

Cette méthode a été confortée la semaine dernière par le sondage CRAN/CSA* qui a révélé que 65% des français étaient favorables aux statistiques de la diversité, basées sur le "ressenti d'appartenance".

Je rappelle que dans sa décision n° 2007-557 DC du 15 novembre 2007, le Conseil constitutionnel avait jugé que les données fondées sur le "ressenti d'appartenance" étaient constitutionnelles.


Je suis heureux que l’action que le CRAN mène depuis 3 ans pour l’instauration des statistiques de la diversité soit enfin en passe d’être couronnée de succès.

Ce grand pas de la France pour enfin faire des minorités visibles des citoyens à part entière est satisfaisant.

C’est une victoire de la France qui s’élève à la hauteur des ses idéaux.

D’autres actions importantes sont préconisées par M. Sabeg :

- La création d'un Observatoire de la diversité et de l'égalité des chances qui serait regroupé avec l'Observatoire de la parité.

- La modification du Code du travail pour faire figurer des informations complètes sur la diversité dans le bilan social des entreprises.

- La création d'une Commission pour la diversité en politique et d'une Charte de la diversité en politique

- L’exigence de l’obtention du label diversité pour accéder aux marchés publics ou à des subventions

- Le transfert de la gestion du Label diversité au futur Observatoire de la diversité

Je soutiens ce volontarisme historique au sommet de l'Etat.
Je souhaite que le Commissaire à la diversité et à l’égalité des chances rende compte chaque trimestre, de ses avancées. Avancées sur lesquelles il sera nécessaire d’être vigilant.

* Le sondage peut être consulté dans son intégralité sur : http://www.csa-fr.com/dataset/data2009/opi20090423-les-francais-les-minorites-visibles-et-les-discriminations.pdf

08:59 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : diversité, sarkozy, sabeg, égalité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/05/2009

Le passage de l'antiracisme à la lutte contre la discrimination

Je publie dans Libération d'aujourd'hui, une tribune dans laquelle j'explique pourquoi il est urgent de passer de la lutte contre le racisme à la lutte contre la discrimination.

En effet, la polémique autour des statistiques dites "ethniques" cache un débat de fond entre les partisans de la lutte contre le racisme et ceux de la lutte contre la discrimination dont je suis.

Ce débat permet de rappeler que la lutte contre la discrimination n’est pas la lutte contre le racisme.


Le racisme est une idéologie condamnable. La discrimination constitue une situation concrète, à laquelle il faut remédier.

La lutte contre le racisme est un combat moral. La priorité est de réformer les individus, pour qu'ils cessent d'être racistes.

L’objectif de la lutte contre la discrimination est tout autre. Il s'agit d’améliorer concrètement les conditions de vie des personnes confrontées à la discrimination.

La lutte contre le racisme se déroule sur une durée extrêmement longue. On ne réforme pas les mentalités en un jour.

La lutte contre la discrimination, elle, se fait dans l'urgence. Chaque discrimination de plus  constitue un échec pour notre République.


Les outils de la lutte contre le racisme sont, avant tout, judiciaires, et au cas par cas : on dénonce, puis on sanctionne des comportements racistes. Les procès sont rares, longs, coûteux et leur efficacité est parfois à l'inverse de l'effet recherché : en donnant de la publicité à un raciste, on prend aussi le risque de banaliser le racisme.

La lutte contre la discrimination repose sur une prise en charge non pas individuelle, mais collective, du problème. Elle montre la réalité globale des discriminations, et non une réalité parcellaire. Enfin, elle focalise l'attention sur les personnes confrontées à la discrimination.


(La suite dans Libération de ce jour le 6 mai 2009)

10:07 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : antiracisme, discrimination, égalité, diversité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/03/2009

Le CRIF et le CRAN interpellent tous les citoyens

Lors du dîner annuel du CRIF qui se tenait hier 2 mars, un journaliste m’a posé une nouvelle fois la question : « Alors le CRIF, le CRAN...pas un peu communautaristes...? »

Puisqu’il faut le redire, disons-le : Aux origines de la création du CRIF ou du CRAN, il y a l’hostilité manifestée par certains envers les Noirs ou les Juifs, simplement parce qu’ils sont noirs ou juifs.
Il y a l’existence de discriminations dont certains de nos concitoyens sont victimes "simplement" parce qu’ils n’auraient pas « la bonne tête ».
C’est cela la réalité quotidienne de millions de nos compatriotes qui souhaitent "simplement" que les promesses de la République s’appliquent  totalement et à tous.

Puisqu’il faut le redire, disons-le de nouveau : Oui, le ventre est encore fécond d’où est sorti la bête immonde...
Le CRIF et le CRAN font un formidable travail de révélation des préjugés, de révélation des actes d’hostilité qui passeraient sinon sous silence.
Ces révélations montrent le chemin à parcourir pour nous élever vers les idéaux de la République. Ces révélations concernent l'ensemble de nos concitoyens. Nous sommes tous concernés par les écarts à l'égalité.

Nos organisations font également un remarquable travail pour une meilleure connaissance des juifs de France ou des noirs de France.
La marche des uns vers les autres, le vivre-ensemble sont le pain quotidien des organisations de lutte contre l’intolérance et contre les discriminations.
Je ne sache pas que l’une de nos organisations ait jamais prôné le repli vers soi, même dans les moments de recrudescence des actes d’intolérance comme nous le vivons actuellement.

Puisqu’il faut le dire disons-le encore : Le CRIF et le CRAN sont des sentinelles inlassables de la République, des vigies de nos valeurs communes.
La République est célébrée chaque année lors des manifestations organisées par le CRAN ou le CRIF.

Et puis, la création de ces organisations est un formidable hymne à l’espoir.
C’est bien parce que nous croyons des progrès possibles, que nous nous battons au sein de nos organisations.

09:46 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cran, crif, république, égalité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu