Avertir le modérateur

16/06/2008

Vers un abandon du plan "espoir banlieues" ?

Initialement prévu ce 16 juin 2008, le Conseil interministériel de la ville (CIV) vient d’être reporté sans fixer de date pour une autre réunion…ce n’est pas très bon signe d’autant qu’un premier Conseil interministériel sur la mise en place du Plan "espoir banlieues" qui devait déjà se réunir le 30 avril avait été repoussé au 16 juin.

Ce nouveau report fait craindre un abandon pur et simple du plan déclaré comme "priorité du quinquennat" et dont l'originalité repose justement dans sa dimension "interministérielle".

Le 8 février 2008, Nicolas Sarkozy avait lui-même consacré le CIV comme la structure de suivi des résultats du plan "espoir banlieues", en ces termes :
"Je demande donc, aujourd’hui, aux ministres responsables de politiques touchant la vie des habitants des quartiers de me présenter, chacun, un programme sur 3 ans de mobilisation de leurs services sur les quartiers qui sont vraiment en difficulté. Chacun devra présenter des objectifs ambitieux de réduction des écarts entre ces quartiers et l’ensemble du territoire.

Le Conseil Interministériel des Villes deviendra, sous l’autorité du Premier ministre, le lieu de décision et de suivi des résultats obtenus."

Faut-il rappeler que les déclarations d’intention, aussi louables soient-elles, ne sauraient remplacer les actes ? C’est bien aux actes que le progrès social, et le sérieux d'un gouvernement, se mesurent.

La politique en faveur des quartiers en difficulté est-elle toujours une priorité de l'actuel gouvernement ?

Demandons donc au président de la République de permettre, dans les plus brefs délais, la tenue du CIV, pour confirmer son engagement, ainsi que celui de l'ensemble du Gouvernement, en faveur du Plan "espoir banlieues".

08:54 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : plan banlieues, civ, plan espoir banlieues, amara, sarkozy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/06/2008

Le ministère de la propagande étatique de retour?

Patrick Poivre d’Arvor prend acte de la décision de TF1 de le remercier, mais il se rebiffe pour faire comprendre les raisons profondes de son éviction.
Si ces raisons étaient confirmées, elles nous feraient revenir au vieux temps de l’ORTF ou même du ministère de la propagande étatique.

En effet, PPDA laisse entendre qu’il aurait été remercié pour irrévérence…et il a regretté dans un communiqué diffusé hier jeudi, son éviction. Dans son communiqué, il dénonce la "brutalité" de cette décision qu’il a apprise par les journaux et qui lui a été confirmée "fébrilement" mais sans la "moindre explication sérieuse"

La rumeur disait que PPDA était, sur la sellette depuis que le 20 juin 2007 il avait demandé au président de la République , à propos de sa participation au sommet du G8 2007, s’il ne s’était pas senti comme un petit garçon au milieu des autres chefs d’Etat et de gouvernement.

Le chef de l’Etat avait semblé piqué au vif

- PPDA : « On vous a vu très à votre aise avec les différents chefs d’Etat et de gouvernements  presque même un peu excité comme un petit garçon qui est en train de rentrer dans la cour des grands, est ce que c’est l’impression que vous avez eu quand vous les avez vus les uns les autres ?
- Nicolas Sarkozy « C’est très aimable de présenter les choses comme ça…petit garçon, franchement à 52 ans, monsieur Poivre d’Arvor, c’est parce que vous avez quelques mois de plus que moi que vous me voyez si jeune »  
- PPDA «  Non mais vous aviez l’air content…, ce n’était pas du tout un reproche…, mais on sentait que vous étiez…  »,
- Nicolas Sarkozy « oui, et c’était même un compliment… » « … depuis et vous auriez dû le préciser, ce commentateur belge … s’est excusé… » 

Et nous sommes en France en 2008 et non plus au temps de l’ORTF

Ci-dessous le lien vers la vidéo de l’interview. Pour ceux qui veulent aller vite, le passage en question est à la minute 42’45

08:10 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sarkozy, ppda, 20h, tf1, irrévérence, insolence, ortf | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/06/2008

Sarkozy et ses sept mercenaires

On connaissait les visiteurs du soir. Il va falloir s’habituer aux visiteurs du matin, du jeudi matin précisément.
Depuis quelques semaines dans le secret de l’Elysée, le président de la République réunit chaque jeudi...sans le premier ministre, sept ministres et secrétaires d’Etat. Ces sept hommes et femme sont déjà surnommés les « sept mercenaires »


- Brice Hortefeux (Immigration, intégration, identité nationale et développement solidaire),
- Xavier Bertrand (Travail et relations sociales)
- Xavier Darcos (Education nationale)
- Eric Woerth (Budget)
- Laurent Wauquiez (Emploi)
- Luc Chatel (Industrie et consommation)
- Nadine Morano (Famille)

Réunion de ministres à 10h à l’Elysée, cela ne vous rappelle rien ? Est-ce un conseil des ministres bis ? Est-ce une garde rapprochée ? Pourquoi ces sept-là ?

Il me souvient qu’il existe en France un Gouvernement qui se réunit chaque mercredi à l’Elysée et publie un compte-rendu officiel de ses travaux.

Il me souvient que l’action du Gouvernement est coordonnée par un chef qu’on appelle Pemier ministre et dont la fonction consiste à déterminer et conduire la politique générale de la France...

08:32 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sarkozy, premier ministre, conseil des ministres | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/05/2008

Juncker se paie Sarkozy et la présidence française de l’Union européenne se complique

Le président de la République Nicolas Sarkozy ne s’entend plus avec son premier ministre François Fillon. C’est un secret de polichinelle.

Voilà maintenant que les choses se gâtent ouvertement au niveau de l’Europe.

Lors d'une conférence à Bruxelles hier, Jean-Claude Juncker (premier ministre du Luxembourg et président de l’Eurogroupe, qui réunit les ministres des Finances des treize pays de la zone euro) s’est payé la tête du président de la République , a qui il a reproché avec sarcasme de ne pas avoir encore demandé un siège unique pour les pays de la zone euro au FMI alors qu’il l’avait promis pendant sa campagne.

Jean-Claude Juncker a rappelé que le président Sarkozy pendant sa campagne électorale « avait dit qu'il faudrait une représentation unique au FMI ». Il lui reste quatre années « pour revenir sur ce point. Je l'encourage vivement à le faire rapidement », a déclaré Jean-Claude Juncker.

Tout cela n’est pas banal.

La présidence française de l’Union européenne (du 1er juillet au 31 décembre 2008) risque d’être compliquée

08:50 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : juncker, sarkozy, fillon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/04/2008

Les droits de l'homme à géométrie variable de Nicolas Sarkozy

Lors de son voyage en Tunisie, le président de la République a créé la (mauvaise) surprise sur la question des droits de l'homme en déclarant que «l’espace des libertés progresse» en Tunisie.
Même le président tunisien Ben Ali ne s'attendait pas à une telle absence de fermeté de la France sur cette question.

On pourrait écrire longuement sur les contrats signés en reniant sa parole.

Il vaut peut-être mieux interroger Nicolas Sarkozy lui-même et  j’ai retrouvé une phrase de Nicolas Sarkozy à l'époque où, candidat à l'élection présidentielle il présentait son projet.
"Je ne passerai jamais sous silence les atteintes aux droits de l’homme au nom de nos intérêts économiques. Je défendrai les droits de l’homme partout où ils sont méconnus ou menacés et je les mettrai au service de la défense des droits des femmes."

Cette phrase extraite des propositions du projet de M. Sarkozy, est visible (pour combien de temps encore?) ici: http://www.u-m-p.org/propositions/index.php?id=05_droits_...

11:17 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sarkozy, droits de l'homme, tunisie, ben ali | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/04/2008

Fausses et vraies erreurs de M. Sarkozy

Lors de son intervention jeudi de cette semaine, Nicolas Sarkozy a reconnu des erreurs...de son entourage, de son équipe et plus rarement les siennes.
Une « erreur de communication totale » sur le paquet fiscal.

Erreur de ne pas avoir sanctionné les ministres responsables des couacs qu’il ne conteste pas.
Erreur enfin, sur ses décisions qui ne seraient pas toujours bonnes parce qu’il y en aurait trop à prendre à la fois ! « J’essaie de corriger mes erreurs, bien sûr que j’en ai fait ; naturellement ; qui peut dire, alors que j’ai une décision à prendre toutes les 10 minutes, que je prends toujours la bonne décision ? ».

Non seulement il a reconnu des erreurs mais il a commis au cours de cette émission, des erreurs qu’il pourra reconnaître lors de son prochain passage télévisé.

Il a « confondu » la régularisation des travailleurs sans papiers et la naturalisation. S’agissait-il d’une confusion de sa part ou d’une assimilation délibérée ?

Toujours sur la question des travailleurs sans-papiers le président de la République a pointé « l’hypocrisie » des patrons de travailleurs sans-papiers.

Hypocrisie? C’est une dénonciation un peu facile, car non seulement cette affirmation ne repose sur rien, mais la vraie hypocrisie aurait été pour ces patrons de ne pas déclarer leurs salariés sans-papiers et de les employer au noir.

18:30 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Erreurs, Sarkozy, patrons, sans-papiers | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/03/2008

Remaniement technique ? Mon œil !

On annonçait un remaniement technique, c’est en réalité à un remaniement très politique que nous venons d’assister.

- Christian Blanc, Secrétaire d’Etat au développement de la région capitale.
- Hubert Falco, Secrétaire d’Etat à l’Aménagement du territoire.
- Anne-Marie Idrac, Secrétaire d’Etat au Commerce extérieur.
- Yves Jégo, Secrétaire d’Etat à l’Outre-mer.
- Alain Joyandet, Secrétaire d’Etat à la Coopération et la Francophonie.
- Nadine Morano, Secrétaire d’Etat à la Famille.

Un recadrage même et un retour à la plus pure tradition politique, sans les précautions éthiques que constituent la parité et la diversité.
La parité ? Vous n’y pensez tout de même pas !

La diversité ? Pas maintenant SVP!

Ah ! Parité et diversité semblent ne plus faire bon ménage avec la politique lorsque le temps se gâte. C’est bien dommage.

 

Même la rupture a été oubliée. Cela aurait eu de l’allure, de montrer que la parité et la diversité sont des convictions solides et qu'elles n'ont rien de la légèreté des confettis de début de mandat.

17:18 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : Remaniement, diversité, parité, gouvernement, rupture, Fillon, Sarkozy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu