Avertir le modérateur

09/10/2010

Sarkozy chez le pape ? Un geste insuffisant

La ficelle est un peu grosse, mais le président de la République Nicolas Sarkozy s’est rendu hier au Vatican pour y rencontrer le pape Benoît XVI afin dit-on d’apaiser les tensions avec les catholiques et renouer avec cet électorat qui apprécie peu le virage ultra-sécuritaire du gouvernement, ainsi que les mesures prises cet été à l’encontre des Roms en particulier et des minorités en général.

Nicolas Sarkozy et le pape Benoît XVI.jpgOn se souvient que le 22 août, le souverain pontife avait publiquement pris position sur la polémique autour le démantèlement des camps illégaux et les expulsions de Roms qui battait son plein en France.

Benoît XVI avait rappelé dans un message en français, la nécessité de "savoir accueillir les légitimes diversités humaines".

La laïcité, ce n’est pas le refus de la reconnaissance de l’existence des religions, et les responsables politiques doivent éviter se servir de la religion à des fins politiques.

Il me semble surtout que cette opération de séduction appuyée manquera son objectif si pour l’essentiel la politique actuelle de l’exécutif demeure la même. De ce point de vue, le rappel par le président de sa "détermination" en matière d’immigration (il a bien sûr ajouté "illégale" pour ne pas faire jaser) ne peut que confirmer les pires craintes sur les intentions réelles du gouvernement actuel en matière diversité.
Le déplacement du président de la République au Vatican sera un geste insuffisant, car c’est sur la politique du bouc-émissaire actuellement menée par le gouvernement qu’il faudrait revenir, et cela, rien ne le laisse présager à ce jour.

13:54 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, benoit xvi, pape, rome, vatican? roms, minorités | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/09/2010

Les associations font plier Hortefeux sur la circulaire anti-Roms

Réagissant à la polémique autour de la circulaire du 5 août qui visait explicitement un groupe de population en tant que tel, le ministre de l'intérieur Brice Hortefeux a annoncé qu'il avait "tenu à signer personnellement" une nouvelle circulaire afin de "lever tout malentendu sur une éventuelle stigmatisation".
Une formule bien alambiquée pour ce qui est et restera un recul obtenu grâce à la mobilisation de quelques associations totalement déterminées à saisir les tribunaux notamment administratifs.

Le CRAN qui avait exigé du gouvernement le retrait immédiat de la « circulaire anti-Roms » (et qui avait pour obtenir ce retrait, entamé des recours, en même temps que d’autres associations), est satisfait de ce recul du gouvernement.
Notre fédération suspend ses recours
(devant le Conseil d'Etat ainsi que ses initiatives en vue d'une action pénale pour discrimination raciale).

Brice Hortefeux.jpgCertes le gouvernement bat en retraite, mais il faut s’étonner de cette nouvelle gesticulation de l'exécutif, qui ne règlera en rien les problèmes de sécurité qui touchent en priorité les plus faibles au rang desquels se trouvent les minorités visibles de France. Opposer l'ensemble des minorités à la sécurité est donc une aberration.

Il n’est pas digne que le président de la République et le Gouvernement se lancent dans une logique d'hostilité affichée envers les minorités visibles, en ciblant ouvertement les Roms, les gens du voyage et bientôt dans les textes de loi, les « français d'origine étrangère »

Dans la mesure où le gouvernement se montre insensible aux prises de positions morales, les associations doivent continuer à répondre à l'aventure institutionnelle de l'exécutif par les recours juridiques, par la mobilisation citoyenne et par l’activation de leurs réseaux internationaux pour obtenir des prises de position de la part des grandes institutions internationales sur la situation des minorités en France.

06:02 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hortefetux, roms, association, cran, conseil d'etat, recours, circulaire, anti-roms, sarkozy | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/09/2010

La "circulaire anti-Roms" discriminatoire et illégale doit être retirée immédiatement

Après le discours du président de la République qui à Grenoble le 30 juillet dernier, stigmatisait les Roms, les gens du voyage et les « français d’origine étrangère », une circulaire datée du 5 août et émise par le ministère de l’intérieur, donne aux préfets des consignes pour cibler des personnes en raison de leur appartenance.

Cette circulaire signée par Michel Bart, le directeur de cabinet du ministre de l'intérieur, rappelle que le président de la République Nicolas Sarkozy a fixé des objectifs précis: "300 campements ou implantations illicites devront avoir été évacués d'ici trois mois, en priorité ceux des Roms".

Dans cette circulaire le ministère de l’intérieur demande expressément aux préfets  d’engager  "une démarche systématique de démantèlement des camps illicites, en priorité ceux de Roms"

Le ministère de l’intérieur demande également aux préfets de zone "la réalisation minimale d'une opération importante par semaine (évacuation / démantèlement / reconduite), concernant prioritairement les Roms"

Préfet.jpgCette circulaire contrevient en tout point aux lois interdisant la discrimination. Le gouvernement cible en effet des personnes en tant que telles et non des individus qui seraient incriminés pour des faits.

Ces consignes discriminatoires données aux préfets sont indignes. Le gouvernement doit retirer immédiatement cette « circulaire anti-Roms » sous peine de voir pleuvoir les recours d’associations devant les ordres de juridiction administrative et judiciaire pour obtenir ce retrait.

En ciblant ainsi un groupe de population en raison de son appartenance, le gouvernement est pris dans un engrenage qui menace à terme toutes les minorités.

Qui serait désormais étonné qu’une prochaine circulaire cible les « Français d’origine étrangère » qui ont eux aussi été stigmatisés dans le discours du 30 juillet et qui sont visés par le projet législatif d’extension de la déchéance de la nationalité française qui sera examiné au Parlement à partir du 27 septembre ?

09:10 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : circulaire, roms, préfets, ministère, intérieur, sarkozy, justice, juridiction | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/09/2010

En quoi est-il moins grave de tuer un policier quand on est français de longue date, M. le président ?

Expliquez-nous M. le président, en quoi il serait moins grave de tuer un policier, quand on est français de naissance

M. le président de la République, vous souhaitez voir adoptée dans les meilleurs délais, la possibilité de retirer la nationalité française, dans un délai de 10 ans après l'accession à la nationalité française, à ceux qui portent atteinte à la vie d'une personne dépositaire d'une autorité publique, en particulier les policiers et les gendarmes.

Comme vous Monsieur le président je suis né de parents qui étaient français avant ma naissance, je n’ai donc rien à craindre de vos mesures. Il me semble même que mon père, qui a combattu l'occupant, était français avant le votre, mais cela ne me donne aucun mérite supplémentaire et pire, je ne veux pas faire de telles distinctions entre les français.

Je suis comme beaucoup de nos concitoyens, attaché à la sécurité, mais j’ai beau me creuser la tête, je ne vois pas en quoi il serait moins grave de tuer un policier, quand est français "de longue date", que quand est français depuis moins de 10 ans. Et pourquoi 10 ans d’ailleurs ?

Drapeau français.jpgJe souhaite que vous nous expliquiez,  M. le président de la République en quoi il serait moins grave de tuer un policier lorsque l‘on est français depuis 10 ans et un jour, que lorsque l’on est français depuis 10 ans tout juste ?

Et tant que nous y sommes, expliquez-nous M. le président, pourquoi il faudrait s’arrêter aux coupables ? Pourquoi  ne pas faire de différence, selon que la victime serait française depuis plus de 10 ans ou française depuis moins de 10 ans ?

Expliquez-nous, Monsieur le président, expliquez-nous, car j’ai le plus grand mal à comprendre.

Je suis triste, triste bien sûr que vous engagiez officiellement la France dans cette voie détestable, mais je suis tout aussi triste que cette mesure, inquiétante pour notre socle de valeurs communes, ne soulève pas de plus grandes réactions parmi nos concitoyens.

Pourquoi les grandes voix morales de notre pays se taisent-elles ?

J’ai du mal à imaginer que nos concitoyens ne se rebelleront pas d’une manière ou d’une autre, j’ai du mal à penser que la majorité dont on dit qu’elle serait silencieuse et dont je fais souvent partie, le restera et qu’elle va regarder ailleurs, tourner la tête, alors que l’on touche à l’essentiel.

Je pensais qu’il y avait, en France, des valeurs auxquelles on ne touchait pas. Je le pensais, et je veux continuer à le penser.

Le climat en France en cette rentrée est bien désagréable et bien attristant en vérité, M. le président.

05:44 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : déchéance, sarkozy, france, nationalité, république, égalité, fraternité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

06/09/2010

Déchéance de la nationalité : une double peine inutile et dangereuse

Nicolas Sarkozy s'est prononcé aujourd'hui sur le contenu des mesures de déchéance de la nationalité qui devraient être intégrées au Projet de loi immigration, intégration, nationalité qui sera examiné par le parlement à partir du 27 septembre 2010.

S’il faut se féliciter du rejet des propositions visant à punir la "polygamie de fait" ou l’excision (pratiques condamnables) par la déchéance de la nationalité, il est à déplorer que Nicolas Sarkozy entende déchoir de la nationalité les Français "d’origine étrangère" qui porteraient atteinte à la vie d'une personne dépositaire d'une autorité publique.

Il est tout aussi grave de tuer un policier, quelle que soit son origine. Ces crimes sont, par ailleurs, déjà punis de lourdes peine. Par cette nouvelle disposition, Nicolas Sarkozy crée, donc, une double peine.

Nicolas sarkozy à Grenoble (Crédit photo Reuters).jpgLe gouvernement prend paradoxalement le risque d'ôter tout caractère dissuasif à la déchéance de la nationalité, qui était une mesure forte, en raison de son caractère exceptionnel.
En banalisant la déchéance de la nationalité, le gouvernement prend à la fois le risque du populisme et de l'inefficacité en matière criminelle.

Enfin, et surtout, ces mesures créeraient de fait, une catégorie de sous-citoyens, les Français « d’origine étrangère ». Ils envoient un message sans ambiguïtés aux Français naturalisés, en leur indiquant qu'ils ne font pas partie de la communauté nationale.

En créant cette sous-catégorie de la nationalité, en créant une nationalité de plein droit et une nationalité conditionnelle, Nicolas Sarkozy et son gouvernement divisent les Français et renforcent le communautarisme.

15:21 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : déchéance, sarkozy, polygamie, populisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/09/2010

Le FN conteste la candidature en 2012 d’Eva Joly « française d’origine étrangère» Merci Sarkozy

On pensait que le président de la République Nicolas Sarkozy avait ouvert la boîte de Pandore le 30 juillet dernier en faisant le tri inédit entre les français selon qu’ils étaient français de naissance ou non.

Eva Joly.jpgOn en a eu la confirmation dimanche dernier lors de l’université d’été du Front national.
Jean-Marie Le Pen y a déclaré à l’égard d’Eva Joly qui est bien partie pour être la candidate des Verts à  l’élection présidentielle en 2012 « On ne se présente pas à la présidence de la République d’un pays avec lequel on n’a pas de lien direct, même pas celui de la naissance

Peut-être faut-il rappeler à certains, l’existence d’un recueil de textes, la Constitution, qui indique que les citoyens français sont égaux sans distinction d’origine.

Peut-être faut-il dire aussi que le FN récolte les fruits de ce qui a été semé par le président de la République.

08:00 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, eva joly, front national, le pen | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/08/2010

Le tour de vis ultra sécuritaire continue de rassembler contre Sarkozy…en France également

Les critiques contre le président de la République Nicolas Sarkozy se multiplient.
Après les condamnations de l’Eglise, après les critiques de la presse étrangère, les attaques virulentes contre le tour de vis ultra sécuritaire du président de la République reprennent de plus belle en France.

L’été finissant, les responsables politiques de droite ou de gauche retrouvent la parole et se relaient depuis quelques heures pour le « Sarkozy-bashing » ainsi que pour la critique féroce de la politique envers les minorités qui a cours depuis le discours de Nicolas Sarkozy le 30 juillet à Grenoble.
Interrogé ce mardi matin sur Europe 1 à propos du climat sécuritaire qui règne en France, François Hollande a qualifié ce Climat de « délétère et dangereux ».
François Hollande s’est inquiété du « malaise créé par le discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy »
Revenant sur les multiples expulsions de Roms l’ancien premier ministre Dominique de Villepin a pour sa part qualifié ces expulsions de «faute morale, faute collective commise en notre nom à tous, contre la République et contre la France. Il y a aujourd’hui sur notre drapeau une tache de honte» a-t-il ajouté dans une tribune au Monde parue hier 23 août.

Toujours dans le Monde, l’ancien premier ministre socialiste Lionel Jospin s’en est pris lui, à la politique de lutte contre l'insécurité du chef de l'Etat et a dénoncé « l'idée perverse d'une sanction collective »
Lionel Jospin tire la sonnette d’alarme en pointant que  « le pouvoir n'a pas tiré les leçons des émeutes urbaines de 2005. Il a continué à négliger les quartiers difficiles. Il s'est enfermé dans une stratégie de tension »

Rachida Dati, François Bayrou, Manuel Valls, Ségolène Royal, et même Christine Boutin ont chacun à sa manière, également pris part au concert des critiques.

Devise de la République française.jpgLe monde associatif s’organise aussi pour la grande manifestation contre la « politique du pilori ».
Cette manifestation se déroulera dans toute la France le samedi 4 septembre à 14h.

A Paris, elle prendra la forme d’un grand rassemblement citoyen à 14h Place de la République.

Cette date du 4 septembre n’a pas été choisie au hasard. Elle correspond 140e anniversaire de la proclamation de la République (la 3ème République exactement, qui  est le premier régime à s'imposer sur une longue durée en France depuis la révolution de 1789. En effet la 1ère et la 2ème République ont été suivies par des empires ou des monarchies)

Ce sont les valeurs de cette République, ce sont les principes de cette République que le président de la…République qui devrait en être le garant, a affaibli lorsqu’à Grenoble, il a jeté à la vindicte populaire des groupes de citoyens, et lorsqu’il a proposé de faire un distinguo antirépublicain entre les français selon qu’ils seraient ou non d’"origine étrangère"

Rendez-vous donc le 4 septembre prochain à 14h

11:19 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grenoble, sarkozy, hollande, villepin, jospin, roms, eglise, sécurité, sécuritaire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/08/2010

Critiques envers la politique sécuritaire de Sakozy: Et maintenant le pape!

Le président de la République Nicolas Sarkozy semble faire un carton plein dans les critiques qu’il suscite depuis son offensive sécuritaire. Un carton plein mondial même.
Benoît XVI.jpgDernier en date, le pape Benoît XVI a très clairement désapprouvé les expulsions de Roms.
Hier dimanche devant des pèlerins français, alors que le président Sarkozy et son gouvernement ont déjà chassé plus de 200 Roms vers la Roumanie et la Bulgarie, le pape a demandé aux pèlerins d’accueillir des hommes de toutes les diversités humaines.

Le souverain pontife a déclaré «Les textes liturgiques de ce jour nous redisent que tous les hommes sont appelés au salut. C'est aussi une invitation à savoir accueillir les légitimes diversités humaines, à la suite de Jésus venu rassembler les hommes de toute nation et de toute langue»

Qui sera le prochain sur la liste ?

07:15 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, benoît xvi, roms, diversité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/08/2010

Nicolas Sarkozy transforme la France en Amérique des années Bush

La France veut "garantir les libertés publiques" et préserver le droit à la sécurité qui est le "premier des droits de l'Homme", a déclaré le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes, Pierre Lellouche, en réponse aux critiques faites hier et avant-hier à Genève par les experts du Comité pour l'élimination de la discrimination raciale de l'ONU (CERD) qui dénonçait "une recrudescence" des actes racistes en France.

"Les polémiques entretenues ici ou là au sujet de décisions prises par le gouvernement français n’ont pas lieu d’être" a fini par lâcher le ministre.
C’est un peu court ! Se justifier en pointant du doigt les associations de défense des minorités et des droits de l’homme ? On a connu défense plus robuste et plus convaincante.

Nicolas Sarkozy (Blog PL).jpgJ’aime la France et je ne peux pas me satisfaire de la voir humiliée pour sa politique envers les minorités et les droits de l’homme.
J’avais l’habitude de voir la France dans le camp des pays cités en exemple plutôt que dans le camp des pays cloués au pilori pour une absence de protection des personnes victimes de discrimination...
Si relayer ces critiques c'est « 
entretenir des polémiques (qui n’ont pas lieu d’être) au sujet de décisions prises par le gouvernement français », alors persistons. Les critiques adressées à la France par le comité de l’ONU, et qui font écho aux critiques tout aussi virulentes d’un comité du Conseil de l'Europe le 15 juin dernier ou encore par la presse internationale sont totalement fondées.
La seule bonne nouvelle de la séance du CERD est l’annonce par la délégation française d’un plan national contre le racisme que le gouvernement doit engager à la rentrée.
Ce  plan provoque d'ailleurs la suspicion car on se demande s’il ne s’agit pas d’une diversion pour calmer les experts de l’ONU.

La réponse de M. Lellouche fait penser aux déclarations de l’administration de George W. Bush lorsqu'elle était sous le feu des critiques internationales tout comme les critiques récurrentes des institutions internationales et de la presse étrangère envers la France rappellent furieusement ce précédent américain.

Le président Sarkozy transforme petit à petit la France en Amérique des années Bush.
Avec George W. Bush, la réputation des Etats-Unis dans le monde était au plus bas. Leur diplomatie était en lambeaux. Et il avait fallu un Obama pour redorer l'image des Etats-Unis.
Peut-être faudrait-il un Obama français pour restaurer l’image et la réputation de la France après les années Sarkozy ?

Nicolas Sarkozy qui s’était fait le chantre de la diversité amène aujourd’hui la question de la diversité dans une impasse.
Par ses déclarations sur les Roms et les français dit "
d’origine étrangère", Nicolas Sarkozy rassemble son camp dans la perspective de la présidentielle de 2012 et « clive » le débat politique en se repositionnant à droite, voire à la droite de sa majorité.
Ce n’est pas sans risque. Avons-nous vraiment besoin d’un président de la République qui serait le chaînon manquant entre un Eric Zemmour avec ses déclarations sur les délinquants Noirs ou arabes et le Front national ?

Avec son « 
A droite, toute », Nicolas Sarkozy montre surtout qu’il a du mal à rassembler le pays.
Nicolas Sarkozy, c’est un peu le Raymond Domenech de la politique française. Il a du mal à faire jouer collectivement les français.
Il a du mal à nous faire faire de grandes choses ensemble.

08:48 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, bush, obama, france, amériques etats-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/07/2010

Bientôt des sous-citoyens en France ?

Hier vendredi 30 juillet 2010 à Grenoble, le président de la République Nicolas Sarkozy a tenu des propos que l’on n’avait pas l’habitude d’entendre dans la bouche d’un chef de l’Etat !

Nicolas Sarkozy le 31 12 2009.jpgNicolas  Sarkozy a lié sans aucune ambigüité délinquance et immigration et il a prôné que la nationalité française soit retirée à certains délinquants "d’origine étrangère".

Le président de la République a ainsi créé deux catégories de Français. Il prend le risque de diviser notre pays, à un moment où celui-ci traverse une crise grave, qui devrait appeler à la mobilisation de tous.

Nous ne pouvons pas accepter que se crée, dans notre pays, une catégorie de sous-citoyens.

11:45 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, immigration, délinquance, sous-citoyens | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu