Avertir le modérateur

02/10/2008

Ca swingue pour Obama dans les Etats-clés

Aux Etats-Unis le président n’est pas élu directement par les électeurs.

Le président des Etats-Unis est élu par les grands électeurs, un peu comme dans les conseils municipaux des grandes villes de France. En effet, ce ne sont pas les électeurs parisiens qui élisent le maire de Paris mais les conseillers de Paris.

Presque tous les Etats américains (48 sur 50) ont en outre adopté un système électoral dans lequel, le vainqueur en voix, emporte tous les sièges en jeu dans l’Etat.

Il existe aux Etats-Unis des bastions démocrates et des bastions républicains, c’est à dire des Etats qui votent historiquement républicain ou démocrate. Or il y a un relatif équilibre des forces entre les Etats historiquement démocrates et ceux historiquement républicains.

L’élection américaine a donc tendance à se jouer grandement dans les Etats au sein desquels le résultat n'est pas certain, les fameux "swing states" ou "Etats-bascule".

On appelle donc "swing state", un Etat dans lequel aucun des candidats n’est certain d’arriver en tête et donc de remporter tous les sièges. C’est dans trois des plus grands de ces "swing states" : la Floride, la Pennsylvanie et l’Ohio que Obama vire en tête à un mois environ de l’élection.
Les résultats des sondages conduits par l'université de Quinnipiac donnent les résultats suivants :

D’une élection l’autre et en fonction de l’évolution démographique, certains Etats peuvent devenir des "swing states" ou perdre ce statut.

Pour l’élection présidentielle de 2008, il y a une quinzaine de "swing states"

La campagne électorale on le comprend, se concentre sur ces quelques Etats décisifs pour la victoire à l’élection présidentielle américaine.

Floride : Obama passe de 49% - 43% avant le débat de vendredi dernier, à 51% - 43% après le débat
Pennsylvanie : Obama passe de 49% - 43%  avant le débat à 54% - 39% après le débat

Ohio : Obama passe de 49% - 42% avant le débat  50% - 42% pour cent.

Les sondages ne sont bien sûr qu’une photographie de l'instant et les choses peuvent encore évoluer d’ici le 4 novembre prochain, mais depuis 1960, aucun président américain n'a été élu sans gagner 2 de ces 3 plus grands "swing states"

 

 

 

 

08:11 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : swing states, obama, etats-bascule | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/09/2008

McCain débat et dévisse

Malmené dans les sondages, John McCain a suspendu sa campagne et proposait de reporter le premier duel  télévisé avec Barack Obama. 

Ce signe de désarroi a été peu souligné par les médias français mais il bien été éclairé par les médias américains qui y ont vu la suite des gaffes du candidat républicain à la Maison blanche.

Maverick (rebelle ou imprévisible) McCain a encore frappé. Vendredi jour prévu pour le premier débat présidentiel il a jusqu’au bout, fait planer le doute sur sa participation au débat : Oui, puis non, puis peut-être et finalement oui !

Le débat a quand même eu lieu dans la nuit du vendredi 26 septembre.

Dans un premier temps, la presse américaine ne parvenait pas à départager les candidats. Puis les deux premiers sondages réalisés immédiatement après le débat télévisé par CBS et CNN ont donné un net avantage à Barack Obama. 
Photo Obama et McCain.jpg
Pour CNN, 51 % des sondés pensent que M. Obama a été le meilleur, contre 38 % qui pensent que c'est McCain.

Pour CBS, Barack  Obama a non seulement été meilleur que son adversaire républicain mais il a également largement progressé sur son image : avant le débat 44 % des sondés le disaient capable d'assumer la fonction présidentielle et après le débat ils étaient 60 % à lui donner une stature présidentielle.

Il reste encore deux duels entre Barack Obama et John McCain les 7 et 15 octobre. Entre temps, ce sont les 2 candidats à la vice-présidence qui auront croisé le fer.

07:57 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : débat, mccain, obama, duel, présidentielles us | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/09/2008

Ô campagne suspend ton vol...pour permettre à McCain de se refaire

Suspendre la campagne pour l’élection présidentielle américaine? C’est l’audacieuse suggestion que vient de faire John McCain alors que la crise financière qui met à nu le programme des républicains, avantage indéniablement son concurrent démocrate.

Encore une audace ou un bluff de John McCain mais ce coup-là devrait lui coûter lui cher.

Il semble en effet illusoire de vouloir faire croire qu’il n’y a pas de différences entre les positions démocrates et républicaines pour répondre à la crise financière alors que justement le monde et surtout les électeurs américains ont besoin de comprendre les différences entre les propositions économiques de Obama et de McCain.
John McCain qui a déclaré que « les fondamentaux de l'économie sont forts » est favorable au respect quoi qu'il arrive du principe de la libre entreprise.

Quant à lui, Barack Obama qui présentera bientôt de nouvelles propositions économiques, plaide pour la classe moyenne. Pour Obama « on ne peut pas avoir un plan seulement pour Wall Street. On doit aussi aider l'homme de la rue ».

John McCain a même dans une autre tentative de fuite en avant, proposé de reporter le premier débat télévisé qui doit avoir lieu ce soir (vendredi soir aux Etats-Unis).

A quelques heures de ce premier face-à-face Obama/McCain, on ne sait toujours pas si ce débat entre aura lieu... car le candidat républicain dit préférer se « consacrer à la crise financière »....

Encore un peu et John McCain proposera peut-être de reporter l'élection présidentielle américaine prévue le 4 novembre prochain.

09:08 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : crise financière, face-à-face, obama, mccain, débat | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/09/2008

McCain palit

A 3 jours du premier débat télévisé de vendredi entre les deux candidats à la Maison Blanche, John McCain semble avoir perdu l’avantage qu’il tirait du choix surprise de son ultraconservatrice et simpliste colistière.

Momentanément revigoré par ce choix inédit maintenant jugé par ses concitoyens comme purement politicien, le candidat républicain semble à nouveau empêtré dans des affaires de gros sous.

On savait déjà qu’il possédait 7 maisons. Les américains viennent de découvrir qu’il possédait 13 voitures dont plusieurs modèles étrangers.

L’UAW le puissant syndicat américain de l'automobile (plus d’un million de membres) a en effet accusé John McCain, de ne pas dire la vérité lorsqu’il affirme n'acheter que des voitures américaines.

Ajoutez à cela la crise financière qui touche de plein fouet les plus faibles et McCain dont l’économie n’est pas le point fort, apparaît de plus en plus en plus comme un candidat éloigné des préoccupations de l’américain moyen.

Barack Obama est repassé devant John McCain dans tous les sondages effectués depuis la crise financière : CBS News, Gallup, Rasmussen, Zogby etc. Tous les sondages donnent à nouveau Barack Obama gagnant.

Et le comble c’est que le succès médiatique de Sarah Palin semble faire plus d’ombre à John McCain qu’à Barack Obama.

09:14 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : obama, mccain, palin, sondages, uaw, maisons, voitures | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/08/2008

Non, Obama n’est pas fragilisé par le coup de force russe

La Russie veut tirer un profit maximum de l’inconséquence du président géorgien qui a voulu vaincre militairement, mais sans trop en avoir les moyens, les provinces géorgiennes séparatistes de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie.

La Géorgie pro-occidentale défaite, voilà que les Russes poussent leur avantage dans le Caucase au point de défier l’occident en reconnaissant l’indépendance de l’Ossétie du sud et de l’Abkhazie.

Avec en tête l'indépendance du Kosovo qui met l’Europe et les Etats-unis en mauvaise posture pour donner des leçons, les Russes appliquent un plan probablement mûri de longue date.

Moscou dont le président Medvedev dit "ne pas craindre la perspective d'une guerre froide", continue un poker menteur qui lui sourit.

Que peut craindre Moscou  dans la conjoncture actuelle ? A vrai dire pas grand-chose.
Qui Poutine et Medvedev ont-ils en face d’eux ? A vrai dire, pas grand monde.

D’un côté une Union européenne incohérente dont les responsables défilent un à un en Russie ou en Géorgie s’affaiblissant collectivement et individuellement.
De l’autre, un George W. Bush sur le départ, une Condoleezza Rice en bout de course et à la peine, et puis des candidats à la présidentielle américaine, tournés vers une élection qui se déroulera dans 10 semaines.

Les Russes ont connu des conjonctures plus difficiles !

Alors les regards se tournent vers les candidats à la Maison blanche. Certains de prédire que cette situation de bruits de bottes avantagerait John McCain.

Pas sûr. Pas sûr du tout même!

Entre John McCain, un ancien soldat certes héroïque …avant-hier, mais aujourd'hui va-t-en-guerre au point de vouloir rester 100 ans en Irak, ou un Barack Obama qui s’est montré plus clairvoyant que lui en ne votant pas la guerre en Irak et qui connaît parfaitement le monde, il n’est pas sûr que l’avantage aille à McCain.

Ainsi, il n’est pas dit qu’une potentielle guerre froide soit un désavantage pour Barack Obama qui trouverait dans cette situation nouvelle, l’occasion de démontrer aux électeurs américains que la guerre pour la guerre que pourrait mener un président adepte de la force, ne servirait pas forcément les intérêts des Etats-Unis.

Il est même possible que les électeurs américains se rendent compte que en temps de paix comme en temps de guerre, la valeur n’attend pas le nombre des années.

07:39 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : caucase, russie, obama, mccain, ossétie, géorgie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/08/2008

Sacré Obama !

La convention démocrate s’ouvre aujourd’hui à Denver pour sacrer Barack Obama comme candidat officiel des démocrates à l’élection présidentielle américaine de 2008.

Ce dernier a choisi son colistier dans la course à la Maison blanche. Ce sera le sénateur Joe Biden. Les partisans de Hillary Clinton se cabrent un peu mais l'hypothèque Hillary Clinton comme candidate à la vice-présidente a été levée depuis longtemps. En effet pour que le choix de Mme Clinton ait eu un sens et un impact maximum, il aurait fallu l'annoncer très rapidement après la fin de la primaire démocrate. Plus le temps passait plus cette hypothèse ne tenait plus.

Joe Biden constituait le meilleur choix possible dans la mesure où les critiques de McCain sur la supposée inexpérience de Barack Obama pour le poste de commandant en chef de l'armée américaine ont essaimé dans l'opinion au point que l'avance de Barack Obama sur son rival a fondu.
Mais malgré les apparences, Barack Obama est plus solide qu’il n’y parait et les dernières variations de sondage en sa défaveur n’y changent rien.

Avec le choix de son très expérimenté colistier, avec la Convention démocrate qui s'ouvre, Obama reprend un utile ascendant sans jamais avoir été très malmené.
Entre le suspense sur le nom de son vice-président, entre l'annonce du colistier et la Convention démocrate, Barack Obama a su habilement jouer avec le calendrier pour relancer sa campagne.

La passe compliquée qu'il vient de traverser aurait pu durablement l'atteindre, mais Obama a su résister au pire moment des attaques négatives républicaines et il a su trouver la faille de la gaffe immobilière de McCain pour rompre l'étreinte: A la question combien de maisons avez-vous, John McCain a répondu à la journaliste qui l'interrogeait, " Je pense...mon équipe vous apportera la réponse...."

Obama et son équipe on eu beau jeu de railler un McCain riche au point de ne pas savoir combien de maison il possédait.

La pression va maintenant passer sur McCain jusqu'à la Convention républicaine.

Rien n'est joué et il aurait été naïf de croire que vaincre un candidat républicain à l'élection présidentielle américaine aurait été facile pour Obama. Aucun des candidats éliminés lors de la primaire républicaine n'aurait été facile à battre.

La campagne devrait rentrer dans sa phase décisive et le duo complémentaire Barack Obama-Joe Biden pourrait faire merveille…pour que Joe Biden ne justifie pas trop sa réputation de "parleur-gaffeur"

08:27 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : obama, biden, mccain, présidentielles us | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/08/2008

Obama, et les Noirs dans tout ça?

C’est par ses mots que Barack Obama a été interpellé par des Noirs lors d’une réunion publique hier !
La question de la couleur de la peau fait de nouveau irruption dans la campagne pour la présidentielle américaine.

Obama est bien meilleur que McCain sur ces questions parce qu'il apporte des réponses claires et convaincantes: ancien militant des droits civiques, il a trouvé aujourd'hui la voie qui lui semble la meilleure pour apporter à ses concitoyens, des réponses apaisées sur des questions qui font encore tension aux Etats-Unis (comme en France)

Attaqué il y a quelques jours par McCain qui lui reprochait de jouer la carte de sa couleur de peau, il a indirectement donné une vraie leçon de choses à tous ceux qui n'ont pas encore compris sa position de toujours sur le sujet: rassembler là ou certains souhaitent diviser.

La réponse est venue alors qu'un groupe de jeunes noirs déployant une banderole dans son dos pendant une réunion publique en Floride, lui a demandé " Obama que faites-vous pour la communauté noire ".
Calmement, Obama a répondu en 2 temps.

Ci-dessous, 2 vidéos qui retracent ses réponses.

Sur la première vidéo, Obama demande aux jeunes gens d'être courtois en échange de quoi il leur donnerait la parole à la fin de la réunion.

Sur la deuxième vidéo, la question du jeune homme porte sur le silence supposé de Barack Obama lors des affaires qui ont meurtri les noirs américains (la crise des subprimes, la mort de Sean Bell tué par des policiers à New York, les 6 de Jena rapidement arrêtés après une bagarre avec des blancs juste pour s'être assis sous un arbre "réservé aux blancs")

Obama répond qu'il a abordé tous ces sujets, qu'il a notamment été à l'origine d'une loi sur le contrôle au faciès dans son Etat de l'Illinois, puis il ajoute : " Mais cela ne veut pas dire que je dirai toujours ce que vous voulez entendre. Ce qui vous laisse d'option de voter pour quelqu'un d'autre ou de vous présenter vous-même "
" La seule manière de résoudre nos problèmes dans ce pays est de nous unir, Noirs, Blancs, Hispaniques, Asiatiques et Amérindiens, jeunes, vieux, handicapés, homosexuels ou hétérosexuels "

Une belle réponse. Il ne pouvait y avoir de réponse plus juste...

Sur la question noire et sur la question des discriminations en général, Obama est de moins en moins candidat et de plus en plus président !

11:43 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : obama, question noire, floride, mccain | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/07/2008

McCain attaque

Nous sommes à moins de 100 jours du 4 novembre 2008, jour de l’élection présidentielle américaine. John McCain ne se retient plus et tire à vue sur son adversaire dans la course à l'élection présidentielle américaine. Tout y passe.

John McCain a d'abord commencé par dire de Barack Obama que ce dernier " préférerait perdre une guerre si cela lui permettait de gagner une élection " puis il a utilisé l'insulte suprême à l'encontre de Obama: " socialiste !"...
Est-ce parce qu'il est de plus en plus nettement devancé dans les sondages* (7 points d’avance selon le dernier) que John McCain passe ainsi à l'offensive ?
Toujours est-il qu'il vient de sortir un clip de campagne dans lequel il présente Barack Obama comme une starlette.

C'est bien connu, les starlettes ne peuvent pas faire de bons commandants en chef!

* 51% d’intentions de vote pour Obama contre 44% pour McCain. (50% et 45% il y a un mois).
Ce sondage (réalisé du 27 au 29 juillet auprès de 1.041 personnes avec marge d’erreur de plus ou moins 3%.)
est le premier réalisé après le retour aux Etats-Unis de M. Obama après sa tournée triomphale de huit jours au Proche-Orient et en Europe.

11:32 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : obama, mccain, attaques négatives | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/07/2008

Devant Obama, Sarkozy s’avance sur l’"affirmative action"

Après une rencontre hier le 25 juillet, Barack Obama le candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine et Nicolas Sarkozy ont donné une conférence de presse commune au cours de laquelle le président de la République a été interrogé par la journaliste vedette de CNN Christiane Amanpour sur  la fierté et l’espoir que suscite au sein des populations noires de France, la montée de Barack Obama.

En guise de réponse, Nicolas Sarkozy a affirmé :  « Justement ce que l’on veut faire, c’est que l’aventure politique du sénateur Barack Obama ne soit pas simplement réservée à ce grand pays que sont les Etats-Unis. »
« Ce que les Etats-Unis ont fait [..] avec Barack Obama aujourd’hui, c’est ce que l’on veut faire ici »
« La discrimination positive, l’affirmative action, cette façon qu’ont les Etats-Unis de dire qu’à la tête d’un pays cela doit être aussi différent qu’au bas d’un pays, c’est exactement ce que je veux faire »

Prenant le président de la République au mot, le Cran lui a demandé de tenir sa parole, tout comme Nicolas Sarkozy lui-même avait demandé au président polonais Lech Kaczyncki de tenir la sienne.

Nicolas Sarkozy avait alors déclaré " Il a donné sa parole et une parole ça doit s'honorer " "Ce n'est pas une question de politique, c'est une question de morale."

Nous appelons le président de la République à respecter les déclarations faites devant Barack Obama et demandons à Nicolas Sarkozy, un plan d’action ainsi qu’un calendrier précis pour la mise en place de « l’affirmative action ».

C’est effectivement une question de morale…Oui, vous avez bien lu, de morale !

07:49 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : obama, sarkozy, morale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/07/2008

Barack Obama face au faux allié des minorités

Nicolas Sarkozy est-il l’allié des minorités françaises face aux discriminations?
Curieuse question n’est-ce pas ?

Pour qui se souvient des propos de Nicolas Sarkozy sur le « kärcher », « la racaille», pour qui connaît ses options en matière d’immigration et "d’identité nationale", pour qui connaît le silence du gouvernement actuel face aux discriminations quotidiennes subies par les minorités, pour qui connaît l’absence totale de réaction du président de la République et de son gouvernement après qu’il a été démontré notamment par la récente réalisée par CSA pour le CRAN, la réalité du contrôle au faciès qui empoisonne la vie quotidienne des minorités françaises, la réponse est évidente.

Evidente et peu flatteuse pour le chef de l’Etat qui recevra aujourd’hui Barack Obama.

Et pourtant, il y a très peu, le président de la République jouissait auprès des américains, d'une image positive sur son action en faveur des Noirs et des minorités en général. Les choses changent rapidement au fur et à mesure que les américains découvrent avec incrédulité, la réalité de la situation en France.

La nomination de Rama Yade, Fadéla Amara et Rachida Dati n’a pas été suivie par des mesures qui auraient pu changer la vie quotidienne de millions de personnes victimes de discriminations. Nicolas Sarkozy qui était, à tort, considéré comme "très actif" sur la question de l'égalité des Noirs de France et des minorités en général, devrait perdre rapidement cette aura usurpée.

Au moment où Nicolas Sarkozy reçoit celui qu’il nomme son « copain », il n’est pas inutile de rappeler que Barack Obama a débuté son discours prononcé hier à Berlin par des mots sans équivoques :
« Je sais que je ne ressemble pas aux Américains qui ont précédemment parlé dans cette grande ville »
Il n’est pas inutile de rappeler que désormais des liens directs sont établis pour que le candidat Barack Obama soit informé de la situation des minorités en France.

La fin du discours berlinois de Barack Obama est également sans équivoque :
« Accueillerons-nous les immigrés de différentes territoires, et éviterons-nous la discrimination contre ceux qui ne nous ressemblent pas ou ne se comportent pas comme nous, et garderons-nous la promesse de l'égalité et des possibles pour toutes nos populations ? »

Ce sont des mots que Nicolas Sarkozy pourrait méditer.
Et qui sait, peut-être face à Barack Obama, se posera-t-il des questions sur le rêve français inatteignable pour les Noirs de France et pour les minorités.

Peut-être le Chef de l’Etat se décidera-t-il à mettre enfin en œuvre ses promesses de campagne : les statistiques de la diversité et "l’action affirmative" à la française, seules à même de réduire les inégalités qui frappent les Noirs de France et les minorités visibles en général.

Barack Obama représente le rêve américain. Où est le rêve français ?

14:40 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : obama, sarkozy, rêve américain, rêve français | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu