Avertir le modérateur

26/03/2012

Le Pen reste le Pen et cible les immigrants

N’espérant plus se qualifier pour la 2ème place pourtant promise depuis de longs mois, Mme Le Pen en est réduite à une effrayante fuite en avant pour conserver une hypothétique 3ème place dans la course pour l’élection présidentielle.

Lors d’un discours prononcé hier près de Nantes, dans lequel elle a pourtant prétendu, à propos des tueries de Toulouse et Montauban, ne pas vouloir«récupérer ce drame pour des raisons politiques », Mme Le Pen a réouvert son bréviaire de la haine.

Marine Le Pen (Crédit photo Reuters).jpgAvec le sens de la nuance que l’on lui connaît, elle déclaré vouloir entreprendre«une visite systématique de toutes les caves en banlieue».
Elle a également franchi un nouveau pas dans l’ignominie en liant certains français à l’insécurité et comble de l’horreur, l’immigration au terrorisme :« Combien de Mohamed Merah dans les bateaux, les avions, qui chaque jour arrivent en France remplis d'immigrés ? (...) Combien de Mohamed Merah parmi les enfants de ces immigrés non assimilés ? » a-t-elle proféré.

Chassez le naturel…
Le Front national revient à ses fondamentaux. Lorsque le Front national a pris son envol, en 1982, son discours était violemment anti immigrants. A l’époque, il a rencontré une forte résistance morale, un rejet face à ses prises de position stigmatisantes. Mais au fil des années, le racisme brutal des années 80 a évolué, et la longévité du parti d’extrême droite l’a en quelque sorte rendu familier.
On semble donc ne plus prêter attention ses dérapages successifs.

Dans le même temps, les minorités se sont affirmées dans leur appartenance nationale. L’extrême droite a été contrainte d’intégrer le fait que la majorité de ceux qu’elle appelle les « immigrés » étaient français. Elle a compris qu’elle ne pouvait plus déclarer que « les immigrés partiraient de gré ou de force », comme on l’entendait encore à une époque pas si lointaine.

Le Front national change donc son fusil d’épaule et adapte son discours : la sécurité et l’’identité française seraient désormais menacées par les nouveaux barbares…de l’intérieur. Ceux qui considéraient il y a quelques décennies certains Français comme l’ennemi de intérieur, utilisent maintenant le même langage au sujet des enfants d’immigrants. L’idée est qu’ « ils sont parmi nous, mais ils ne seront jamais comme nous. Ils n’ont pas nos valeurs et ne pourront jamais les partager, d’ailleurs ils n’ont ni la même religion, ni la même culture. Les fractures sont irréconciliables. »

Décidément, Le Pen restera toujours Le Pen.
Pauvre Front national, pauvre Mme Le Pen.

11:14 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le pen, front national, immigration, immigrénts, immigrés, nantes, toulouse, montauban | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu