Avertir le modérateur

22/09/2011

Pourquoi je veux que la France renoue avec sa diversité

Ce 22 septembre 2011,  jour anniversaire de la proclamation de l'an I de la Première République, je déclarerai officiellement ma candidature à l’élection présidentielle 2012 à 19h à la Bellevilloise (19-21, rue Boyer Paris 20ème).

 

J'ai publié ce matin sur le Monde.fr un article intitulé "Pourquoi je veux que la France renoue avec sa diversité"

Cet article est reproduit ci-dessous.

Je suis Français. Je suis né au Bénin, le 13 janvier 1965. Je suis noir. Et je suis candidat à l'élection présidentielle.

Je me présente à l'élection présidentielle parce qu'aimant profondément mon pays, je ne peux me résoudre à voir notre contrat social vidé de son sens par le défaitisme et les divisions.

Je tiens autant que beaucoup de mes compatriotes à notre héritage commun, à l'esprit frondeur de Jeanne d'Arc, à l'intelligence de Pascal, à l'esprit des Lumières, au courage de Victor Schœlcher, aux acquis du Front populaire ou à la grandeur d'un De Gaulle.

Mais je sais aussi, pour être souvent considéré comme un fils "adoptif" de la France, que notre patrie ne traite pas encore, en 2011, ses enfants indifféremment. Que nos principes de liberté, d'égalité et de fraternité sont plus que jamais à géométrie variable selon que l'on soit né riche ou pauvre, Français de "souche" ou de sang mêlé.

Notre République, "une et indivisible", requiert un effort permanent de combinaison de contraires apparents : ordre et progrès, liberté et intégration, unité et diversité. Je suis persuadé que la remise en cause systématique et assumée au plus haut niveau de cette alchimie fondatrice est grandement responsable de la perte de confiance et de repères qui saisit nos concitoyens.

Je veux contribuer à remettre à l'endroit ce qui fait le sel de notre vivre ensemble, de notre dynamisme et de notre singularité dans le monde. Je veux rappeler avec force l'un des fondements de notre identité nationale : la diversité de la France n'est pas une menace. Elle en est le moteur. Et elle est plus que jamais, dans la mondialisation, sa plus grande chance.

La France est devenue un pays riche parce qu'elle a accueilli en son sein toutes les énergies convergeant vers un projet commun.

Il n'est plus tolérable que nos institutions demeurent aveugles à cette diversité qui fait notre richesse. Je pense à tous ces "invisibles", à ces oubliés de la République, à ces minorités paradoxalement qualifiées de "visibles", à ces communautés qui voudraient s'ouvrir mais que l'on enferme, à ces jeunes de banlieue dont l'envie de vivre ne peut se satisfaire que des rares interstices laissés par un Etat absent.

Rien ne sert de chercher du pétrole dans nos sous-sols : il y a là notre plus large réservoir d'énergies et de talents inexploités.

Ce constat irriguera les propositions que j'émettrai tout au long de la campagne. Je veux en présenter ici les deux principaux piliers. Et avancer d'ores et déjà deux premières propositions concrètes.

Tout d'abord, il est urgent de relever les institutions fondamentales de notre modèle républicain, de les remettre en phase avec la réalité d'une société dont elles se sont coupées. Je pense ici en priorité à l'éducation. Il n'est plus admissible, en 2011, que des écoles, des collèges ou des lycées entiers ne soient composés en quasi intégralité que d'élèves soit blancs soit de couleur. Et que les différences ethniques et sociales recoupent celles de la qualité des enseignements et des moyens. Puisque la ségrégation raciale et sociale est aussi géographique, je propose ainsi le déploiement d'un service public national de transport scolaire organisé pour promouvoir la mixité au sein des établissements.

Le second pilier de ma campagne est économique. Il met la priorité sur les viviers de ressources inexploitées que représente cette France "invisible". D'après un sondage de l'institut CSA de 2009, 49 % des Français issus des minorités visibles disent avoir envisagé de créer leur entreprise. Ce chiffre grimpe à 59 % chez les moins de 30 ans.

Je propose la création d'un fonds d'investissement et d'une Agence nationale pour le développement des activités économiques des talents émergents, qui s'adresserait en priorité aux jeunes aux revenus modestes, exclus du monde du travail, ayant un projet entrepreneurial.

Quelques associations et fondations œuvrent avec succès en ce sens en France, mais à petite échelle. Mon modèle est celui de la MBDA, la Minority Business Developement Agency, fondée aux Etats-Unis par Richard Nixon en 1969. Le succès de cette politique a été phénoménal. Elle a permis la création de près de 5 millions d'entreprises, soit plus de 20 % des entreprises du pays, pour un chiffre d'affaires de 495 milliards de dollars, en croissance de 343 % sur dix ans.

Il s'agit ni plus ni moins de libérer des énergies que notre pays s'évertue à étouffer parce que certains se refusent à le voir tel qu'il est. Avec ses atouts, ses contraintes et toutes ses richesses.

Cela a toujours été le sens de mon engagement. Tout d'abord en politique, il y a dix ans, par adhésion aux valeurs centristes. Puis en fondant le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) en 2005, avec un même objectif. Je n'ai peut-être pas toujours été compris dans un univers médiatique où l'on aime coller des étiquettes, mais j'ai toujours agi par souci de faire avancer, à mon humble échelle, la société française.

Je la vois aujourd'hui, sous la férule d'une droite à la dérive, se figer. Or une mobilité sociale qui se bloque, c'est une société qui décline, qui ne va plus de l'avant. C'est un pays qui bride son potentiel de créativité et refuse le droit de l'aimer à ceux qui désirent s'élever en son sein. Et je refuse de voir l'amour de la France confisqué par ceux qui en réclament le monopole.

Souvenons-nous que "ce qui constitue une Nation", comme le disait Ernest Renan, "ce n'est pas de parler la même langue, ou d'appartenir à un groupe ethnographique commun", mais c'est "d'avoir fait ensemble de grandes choses dans le passé et de vouloir en faire encore dans l'avenir". Je serai au rendez-vous de 2012 pour que nous ne l'oubliions pas.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu