Avertir le modérateur

28/10/2009

Qu'est-ce qu'être Français ?

« Qu'est-ce qu'être Français ? » C'est la question que le gouvernement s'apprête à nous poser dès le 2 novembre.
Les minorités visibles n'ont pas à fuir un débat qui concerne l'ensemble des Français.

Oui, donc à un débat sur l'identité nationale et sur "Qu'est-ce qu'être français ?" mais pas sans conditions.

 

Il est indispensable que le gouvernement associe à sa démarche l'ensemble des organisations qui luttent contre le racisme et les discriminations en France.


Et puis, cette organisation du débat dans les préfectures fait penser à une convocation, non?

 

« Qu'est-ce qu'être Français ? » Appelle des réponses multiples parce que la question est multiple. Examinons-en tout de même quelques volets.

 

Suis-je français ? Avec l'affaire du soldat Ounoussou Guissé, né d'un père devenu français depuis près de 50 ans, mais auquel la Justice française conteste aujourd'hui la nationalité française, on voit que même cette question en apparence simple recèle des complications.
On peut être Français par le « droit du sang »
,
servir dans les parachutistes, revenir d’Afghanistan avec de multiples décorations, et se voir renié par la nation.

Ai-je un sentiment d'appartenance à la France ?

A cette question, Ernest Renan, par ailleurs controversé, a apporté de premiers arguments en théorisant que la nation s'appuyait à la fois sur un héritage, auquel il convenait de rendre hommage, et sur la volonté de perpétuer cet héritage dans le présent.
Maurice Barrès, tout aussi controversé, a évoqué, lui, la "terre" et les "morts".


Pour d'autres, il s'agit d'un sentiment d'appartenance à une nation, à son histoire, à ses valeurs qui ont essaimé ailleurs et qui font que, où que l'on se trouve sur cette terre, on connaît notre pays, son histoire et sa culture, et on envie son rêve de liberté, qui lui vaut d’être considéré comme la patrie des droits de l'homme.

Suis-je reconnu comme français... notamment par mes concitoyens ?


Le débat qui s'ouvre ne doit pas faire l'économie de ce volet de la question car ce volet-là éclaire en partie les discriminations qui perdurent entre Français. Ce volet-là légitime la demande d'égalité portée par les minorités visibles.

Mes amis Noirs américains ont un fort sentiment d'appartenance à la nation américaine.

Ils sont américains et n'en doutent pas car et peut-être aussi... parce que leurs concitoyens les reconnaissent d'emblée comme tels.

Est-ce vraiment le cas en France? Les Français des minorités visibles sont-ils reconnues d'emblée comme des Français à part entière?


On le voit, la question "Q
u'est-ce qu'être Français ?" devra, certes, être un dialogue entre l'Etat et les Français, notamment "issus de l'immigration", mais ce devra aussi être un dialogue entre Français, entre ceux qui n'appartiennent pas aux minorités visibles et leurs concitoyens "de la diversité".

 

08:54 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : français, citoyen, barrès, renan, sentiment d'appartenance | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

"Les Français des minorités visibles sont-ils reconnues d'emblée comme des Français à part entière?"

Non pas comme Français mais comme citoyen français à part entière. De même que si j'immigrerais au sénégal (par exemple) en prenant cette nationalité je ne serais jamais reconnu comme étant un africain ou un sénégalais à part entière. Et ça serait complètement normal n'ayant pas cette origine. Ceci dit être français, sénagalais, américain ou autre ce n'est pas la même chose mais un n'est pas mieux ou pire que les autres. La France offre cette chance d'accepter tout le monde indépendamment de ses origines, alors laissons donc aux français le droit d'être français.

Che, un citoyen français issus de la diversité mais n'appartenant pas aux minorités visibles.

Écrit par : Che | 28/10/2009

C'est bien curieux dans ce pays, dès qu'il y a des difficultés économiques, ON CHERCHE A DEBATTRE SUR LES NEGRES ET LES ARABES.
Mais il y a des français blancs en Afrique depuis des générations. ILS NE FONT GUERE L'OBJET DE DEBATS RECURRENTS.

Écrit par : ROBERT CISSE | 28/10/2009

Etre français, c'est adhérer au projet commun, à l'héritage commun et ce vers quoi on veut aller.
Etre français ce n'est pas un simple bout de papier, des sans-papiers sont d'ailleurs bien plus français selon moi que d'autres, nés en France, mais crachant continuellement sur ce pays qui est le leur.
Un sans-papier qui s'installe en France pour travailler, fonder une famille et en respecter les lois, il est de fait français. il a des droits civiques. Je le vois ainsi. Etre français c'est contribuer à la France.

Écrit par : Fran | 28/10/2009

Etre Français c'est avoir une carte d'identité national. Fin.

Écrit par : Noir Jaune | 28/10/2009

J'ai perdu la mienne, je ne suis plus français, flûte...
S'arrêter à la CNI c'est rendre inutile tout débat.

Écrit par : Gatsby | 28/10/2009

"Un sans-papier qui s'installe en France pour travailler, fonder une famille et en respecter les lois, il est de fait français. il a des droits civiques."

non cela en fait un citoyen (de la France). Etre français ce n'est pas une idéologie, c'est une identité. On ne devient pas français (contrairement à devenir citoyen de la France); on l'est ou on ne l'est pas. Le problème ici est que l'on essaie de transposer le modèle anglo-saxon (USA, Canada, Australie) où dans ces cas tout le monde peut-être américain, canadien, australien puisque ce ne sont pas des peuples à proprement dit mais des communautés forgée par diverses vagues d'immigration. Pour l'exemple c'est comme si un américain vivant sur le sol américain depuis dès génération se proclamait pour cette raison être amérindien.

Écrit par : Che | 28/10/2009

@Che
La France aussi s'est constituée par vagues d'immigration successives, depuis la nuit des temps. Sans compter sa participation active à l'esclavage. Tous les pays sont le résultat de gigantesques brassages. La France aussi.
Pour information, un citoyen de la France est un Français. La naturalisation est déjà assez difficile comme ça, on ne va pas en plus créer deux catégories de citoyens au sein de la nationalité française.
Pourquoi diviser la communauté nationale, et l'affaiblir, en période de crise ? Alors qu'on devrait la rassembler et la mettre au travail ? Pour permettre à l'UMP de ne pas prendre une déculottée aux régionales, à cause du FN ou du bloc identitaire ? Le jeu en vaut-il la chandelle ? C'est une vision bien singulière de l'amour de son pays, qu'un amour qui l'affaiblit, pour préserver des intérêts particuliers.

Écrit par : Gaston | 28/10/2009

être français ce n'est pas qu'un simple bout de papier ou carte d'idendité. Et la naturalisation ne permet pas tout... La france ce n'est pas les USA ou la GB. Il y a une culture, et une très longue histoire. Les états unis sont des états neufs, sans aucune histoire. De plus, les partis d'extrême droite font de bons scores, l'immigration ne doit pas pousser le pays vers des partis extrêmes. Il y a un réel danger pour la démocratie. Il faut faire très attention à ne pas aller trop loin, avec certains comportements provocateurs (sifflement de la marseillaise, port de tee shirt aux couleurs africaines, insultes, émeutes, trafic de drogues etc....)....La carte d'identité nationale ne permet pas tout, bien au contraire.....

Écrit par : paillot | 28/10/2009

@paillot
La Grande Bretagne aussi a une très longue histoire. Les Etats-Unis également, en comprenant, comme vous le disiez fort justement, les Amérindiens. Tous ces pays ont une longue histoire. L'Inde, qui a aujourd'hui adopté la discrimination positive en faveur des minorités, a une longue histoire. Le Brésil, idem.
Que l'extrême-droite fasse un bon score en France, c'est un problème. Mais il ne concerne pas les Français des minorités visibles qui doivent avoir les mêmes droits que les autres, et en particulier le droit de ne subir aucune discrimination à l'emploi, au stage, au logement, au crédit, aux loisirs... Si on supprimait ces discriminations, on ajouterait un dynamisme économique fantastique pour notre pays, que les discriminations ne cessent d'affaiblir. Il est là, le problème majeur de notre pays.

Écrit par : Gaston | 28/10/2009

@paillot
La carte d'identité permet la même chose à tout le monde, et interdit la même chose à tout le monde. Point. Il n'y a qu'une seule catégorie juridique de Français. Comme le dit Gaston, on cherche à affaiblir notre pays en le divisant.

Écrit par : Lauriane | 28/10/2009

Moi il y a une question que j'aimerai poser à tout le monde : est ce que quelqu'un peut me dire quel est l'evenement qui a créé cette scission au sein de notre population ?

Je n'ai que 31 ans et je peux vous assurer que ce type de débat n'existait pas avant. J'ai toujours vecu en banlieue parisienne et meme pendant 24 ans à Bobigny (93) qui est loin d'être le paradis mais bizarrement tout le monde vivait bien avec tout le monde. Il y avait une vraie entraide entre les gens. Tout le monde connaissait tout le monde. Les gens se respectaient. Les enfants respectaient les adultes. Les enfants passaient toutes leurs vacances a jouer dehors tous ensemble et ce, quelque soit les origines et appartenances diverses. Maintenant, tout cela n'existe plus ou quasiment plus. Tout n'est que dégradation, irrévérence, ignorance, ... Il y a des groupes qui se créent en fonction de leur appartenance même parmi les adolescents. Avant je ne dis pas qu'on etait fier d'etre français. Nous etions français, point barre. On ne se posait pas la question de fierte ou pas. Nous étions juste contents d'être la tous ensemble, à partager de bons moments. Maintenant tout n'est que division et ce quelque soit le prétexte. Le racisme apparait au grand jour, sans pudeur. Les blancs ceci, les noirs cela, les arabes tatati tatata, ... Ca commence à etre un peu lourd !!! Ya pas un politique qui ose crier cela tout fort et pourtant on va droit dans le mur !!!

Pourriez vous m'eclairer la dessus ?

Écrit par : Patricemaccampbell | 28/10/2009

J'ai posé la question à un ami étranger et il m'a répondu : "être français c'est être raleur, donneur de leçons à la terre entière et se croire supérieur aux autres".
Un peu négatif mais au fond tellement vrai non?

Écrit par : Emma | 28/10/2009

@Gaston
""La France aussi s'est constituée par vagues d'immigration successives, depuis la nuit des temps. Tous les pays sont le résultat de gigantesques brassages."

Que l'identité française évolue et/ou que les descendants d'un immigrant puissent se fondre, se brasser avec et adopter celle-ci et devenir français est non seulement un fait normal mais je dirais même plus souhaitable. Et comme vous le soulignez la France fait sa part depuis la nuit des temps. Pour continuer cette réussite il faut deux conditions; que la France sache promouvoir et défendre une identité commune et que les nouveaux arrivant s'y conforme.

"La naturalisation est déjà assez difficile comme ça, on ne va pas en plus créer deux catégories de citoyens au sein de la nationalité française."

Ne vous inquiétez pas, il n'y a qu'une catégorie de citoyen en France malgré les différences d'origine. Un Français n'est pas plus citoyen que moi ou un autre citoyen d'origine étrangère. Voila pourquoi je n'ai pas de problème avec le concept d'identité française puisque je ne vois pas le fait d'être français comme étant un critère de qualité supérieur. Simplement je crois qu'il est important et nécessaire que la France puisse protéger et faire adopter une identité française commune à tous ces citoyens.

Pour moi reconnaître l'identité française ce n'est pas divisé la communauté nationale, c'est au contraire l'unifier en lui donnant un sens de cohésion. Bien que je n'aurai jamais d'origine française donner un sens à l'identité française permettra de mieux comprendre et partager cette amour et intérêt de la France avec les français.

Écrit par : Che | 28/10/2009

Moi je suis français.
Mes parents étaient d'origine française.
Mes grands-parents idem.
Et pourtant...
Toute ma famille est de Lorraine ; terre qui fut la dernière à être française (les martiniquais furent déclarés français avant nous par exemple). Je me sens donc français, surtout à l'étranger, mais culturellement, je me sens d'abord lorrain. Et je ne cite ici qu'un exemple d'appartenance sans nationalisme revendiqué derrière le propos. Si on pose la question aux bretons ou aux basques ou aux corses de l'identité nationale, les réponses seront sûrement dérangeantes... Je crois que nous avons tous d'abord une double identité : une culturelle, une nationale. Voyons ce monde sans ses frontières et vous comprendrez mieux mon propos.
Etre français suppose surement des concessions, mais surement pas des jugements de valeurs. Et si notre pays et si riche culturellement, c'est bien parce que son histoire est parcourue d'apports divers et variés. Est français celui qui se sent français, à charge pour la Nation de le conforter dans son choix.

Écrit par : Bertrand | 28/10/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu