Avertir le modérateur

23/10/2009

Jean Sarkozy et l'EPAD: Un cas typique de discrimination indirecte

Pendant 15 jours et grâce à l’affaire de la candidature de Jean Sarkozy à la tête de l’EPAD, les français ont vécu le quotidien des minorités visibles !

Depuis l'annonce de la candidature du fils du chef de l'Etat, à la tête de l'EPAD (Etablissement public d’aménagement de la Défense), la gauche scandalisée, la droite gênée, les médias étrangers ou Internet ont (peut-être sans le savoir) relayé les revendications du Cran ou des militants de la diversité et de l'égalité des chances.

Tout candidat en face de Jean Sarkozy avait peu de chances de l'emporter...alors que les choses auraient été différentes si on ne savait pas que l'un des candidats était M. Sarkozy fils.

Jean Sarkozy sur France 2 (Reuters - HO).jpgAvec la candidature de Jean Sarkozy à la tête de l'EPAD, nous étions face à un cas typique de discrimination indirecte! C'est à dire des pratiques et procédures qui (de la même façon que la discrimination directe) aboutissent à des désavantages significatifs pour les membres d’un groupe, en l'occurrence ceux qui n'ont pas tel ou tel nom...

Pour le dire d'une autre manière, les choses auraient été différentes avec le CV anonyme, ou par tout autre moyen permettant de juger les candidats à la présidence de l'EPAD en fonction de leurs seules compétences et de non pas de leurs...appartenances réelles ou supposées!
Le mérite de Jean Sarkozy n'est même pas en cause. La légitimité de sa candidature non plus. Simplement les autres candidats auraient été comme transparents.

Et bien cette transparence, c'est le quotidien des minorités visibles. C'est le quotidien de ces millions d'hommes et de femmes pourtant méritantes auxquelles on préfère, le blanc, le valide, l'homme, etc...
Le tollé soulevé par la candidature de Jean Sarkozy soulignait fortement...l'inégalité des chances entre les candidats à la tête de l'EPAD.

Pour officialiser son retrait de la course à la présidence de l’EPAD, Jean Sarkozy a annoncé "Je n'accepte pas que ce soupçon de favori, de passe-droit ou de traitement de faveur puisse peser".

C'est contre ce passe-droit souvent involontaire, ce traitement de faveur qui va presque de soi, que s'élèvent les défenseurs de l'égalité.
C'est contre cette pratique de la discrimination indirecte que nous nous élevons.

Pourvu que cet épisode de lucidité collective serve la cause de la diversité, celle de la lutte contre toutes les discriminations et celle de l'égalité des chances.

08:22 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : sarkozy, epad, discrimination indirecte, égalité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

A écouter les commentaires de Mr Lefebvre porte parole de l'UMP, je ne penses pas que "cet épisode de lucidité collective", comme vous l'appelez joliment, ait atteint les parages ou sont perchées les consciences des dirigeants ...

Écrit par : Tonizzo | 23/10/2009

J'ai une bonne impression de Jean Sarkozy. C'est une jeune homme bien sous tous les rapports mais je suis désolé car à l'âge de 23 ans, on ne peut même pas prétendre gérer, sans problèmes, un débit de tabacs-journaux . Il est peut-être intelligent le jeune homme, il est aussi certainement compétent dans la vie de toujours mais est-ce que dans toute la France, il n'existerait pas des personnes matures capables de gérer une entreprise (je diais plutôt une institution) d'une telle envergure ? Quant au lien de parenté, je préfère ne pas me prononcer dessus.

Écrit par : sbyte | 23/10/2009

Pour exercer son droit de citoyenneté un citoyen devrait il attendre d'avoir 70 ans?
Devrai-je avoir obligatoirement mon BAC pour m'engager politiquement?
Ne sommes nous pas à l'époque où l'on fait figurer au programmes scolaires l'éducation à la citoyenneté ?
En lapidant ainsi un jeune vous lapidez tous les jeunes citoyens Français
A bon entendeur salut ! (Je devrai dire à bon citoyen salut)

Écrit par : marip | 23/10/2009

@ marip | 23.10.2009 ......

Salut marip... En ce qui me concerne je ne parle pas de son activité politique pour celà, je n'ai rien à dire sur le jeune homme. Je parle de son mandat d'administreur au sein de l'EPAD et encore plus le poste de PDG qu'il brigue. En effet, l'âge est requis comme critère essentiel pour le postulat à ce poste. Même les plus hauts diplôme ne suffisent pas (à mon sens bien entendu) pour exercer cette délicate et importante fonction.

Écrit par : sbyte | 23/10/2009

@ marip | 23.10.2009 ......

Salut marip... En ce qui me concerne je ne parle pas de son activité politique pour celà, je n'ai rien à dire sur le jeune homme. Je parle de son mandat d'administreur au sein de l'EPAD et encore plus le poste de PDG qu'il brigue. En effet, l'âge est requis comme critère essentiel pour le postulat à ce poste. Même les plus hauts diplômes ne suffisent pas (à mon sens bien entendu) pour exercer cette délicate et importante fonction.

Écrit par : sbyte | 23/10/2009

Je comprends l'aigreur et la jalousie de certains, mais ceux-ci devront s'habituer à ce que les fonctions administratives soient briguées par des hommes d'autres partis politiques . C'est vrai que nous sommes en France , pays des "droits de l'homme", où on pouvait, jusqu'à présent, se présenter à une fonction administrative, lorsqu'on avait fait la preuve que l'on est ni "de droite", ni fils d'un homme politique "de droite", ni"fils de personne" d'ailleurs!...mais les temps changent, et, manifestement, certains en sont irrités. Le mur de la honte ne serait-il pas encore tombé totalement en France? Courage, encore un effort! Mais, d'ores et déjà, merci à ceux qui m'ont permis de me faire un prénom. Signé: Jean

Écrit par : Jean | 23/10/2009

Je comprends l'aigreur et la jalousie de certains, mais ceux-ci devront s'habituer à ce que les fonctions administratives soient briguées par des hommes d'autres partis politiques . C'est vrai que nous sommes en France , pays des "droits de l'homme", où on pouvait, jusqu'à présent, se présenter à une fonction administrative, lorsqu'on avait fait la preuve que l'on est ni "de droite", ni fils d'un homme politique "de droite", ni"fils de personne" d'ailleurs!...mais les temps changent, et, manifestement, certains en sont irrités. Le mur de la honte ne serait-il pas encore tombé totalement en France? Courage, encore un effort! Mais, d'ores et déjà, merci à ceux qui m'ont permis de me faire un prénom. Signé: Jean

Écrit par : Jean | 23/10/2009

Ca me met hors de moi cette histoire...
On attend quoi pour montrer qu'on en a marre de ce Président ???????

Écrit par : Cilou | 23/10/2009

Vous commencez à nous casser les pieds à toujours parler du prince jean.
Arrêtez de faire sa pub.
C'est un francais en dessous de la moyenne mais qui a la prétention de vouloir diriger la France demain.
Il a été remis à sa place mais il trainera un boulet toute sa vie politique et c'est tant mieux.

Écrit par : Eloy | 24/10/2009

Sarkozy ce président élu par défaut, car en face une pauvre cloche de Royale et bien maintenant ramons et c'est pas fini hélas cent fois hélas ........

Écrit par : paoli jean | 24/10/2009

Pour moi je trouve que beaucooup de personnes ont fait une sorte de descrimination, il a le droit de se faire un prenom. Qui n'a pas eu ce genre de soucis a petite echelle pour faire embaucher un enfant, un frere ou une soeur.

Écrit par : lydia | 24/10/2009

Il semble de plus en plus que la DEMOCRATIE devient sans consistance un peu partout dans le monde. Elle n'est plus qu'un mot par lequel celui qui s'accapare les médias, tente de tout justifier. Ainsi des pratiques unanimement reconnues comme inqualifiables : bourrer des urnes, s'accrocher au pouvoir, faire du clientélisme, bafouer des engagements pré-électoraux, tailler la constitution sur mesure ou forger des preuves-bidon pour perpétuer une domination "quasi-criminelle" afin de toujours paupériser un plus grand nombre de gens au minimum ou au maximum les exterminer au nom d'intérêts occultes, préparer la progéniture pour avoir la main mise sur la manne que représente l'Etat et tous ses moyens colossaux dont le coût n'incombe qu'au citoyen. Ces pratiques presque inhumaines se font jour de plus en plus sur notre planète. Au point qu'il parait urgent de revisiter "la DEMOCRATIE" pour s'assurer que les décisions et actes des élus correspondent bien aux attentes des électeurs. (TOUTE RESSEMBLANCE AVEC DES HISTOIRES VRAIES NE SERA QUE PURES COÏNCIDENCES)

Écrit par : PAIXMAN | 25/10/2009

Le problème de la discrimination est bien réel. Mais il ne sera pas réglé parce que vous mettrez Ahmed à la place de Pierre, ou Rachel à la place de Jean. Une société égalitaire (cf la devise de notre République) est une société où TOUS ses enfants ont une VRAIE place. Changer les règles de la compétition n'aura d'intérêt que pour les nouveaux lauréats, et les nouveaux perdants auront à leur tour le fiel de la revanche. Mais vous allez me trouver utopique et rêveur. Je sais. Au temps de l'âge de pierre personne ne croyait au briquet.

Écrit par : otok tone | 25/10/2009

@ otok tone,

Donc en attendant que celà se fasse tout seul, les discriminés font quoi?
Ils attendent avec leur diplomes et leur motivation sous le bras que de bonnes âmes se decident à les considerer comme des êtres humains dignes d'interêts?

Écrit par : Othello | 26/10/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu