Avertir le modérateur

11/10/2009

Le soutien contre-productif de Finkielkraut à Polanski

Maître Hervé Temime l'avocat de Roman Polanski a rendu visite à son client vendredi dernier et il a déclaré qu'il l'vait trouvé "très abattu".
Roman Polanski est "touché" par les soutiens qu'il reçoit, mais conscient que certains sont "contre-productifs" a rappelé l'avocat.
Contre-productifs? Il pensait peut-être à Alain Finkielkraut.

On connaît Alain Finkielkraut, et ses positions sulfureuses sur les minorités en général et sur les Noirs en particulier. Il avait déclaré en 2005 au journal Haaretz, en parlant de l'équipe de France de football "L'équipe nationale est aujourd'hui 'black-black-black', ce qui en fait la risée de toute l'Europe".

Alain Finkielkraut s'est encore distingué vendredi dernier, justement, en apportant un étonnant soutien à Roman Polanski qui a été arrêté en Suisse pour répondre devant la Justice américaine de l'accusation de relations sexuelles illégales avec une fille de 13 ans.

Alain Finkelkraut a déclaré "Polanksi n'est pas pédophile. Sa victime, la plaignante, qui a retiré sa plainte, qui n'a jamais voulu de procès public, qui a obtenu réparation, n'était pas une fillette, une petite fille, une enfant, au moment des faits."

19:11 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : polanski, finkielkraut, black, temime | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Il serait sain de rappeler que les verdict ne sont pas rendus par l'opinion publique, mais un tribunal selon une procédure contradictoire où le droit de la défense est respecté. C'est le seul moyen pour une personne d'être quitte définitivement avec la société. Personne ne peut donc condamner ni gracier Polanski et les soutiens comme les lynchages n'ont pas d'intérêt. (sauf de défouler leurs auteurs). Dans sa plaidoirie Finkelkraut a commis cependant deux erreurs :
le ministère public a en charge la défense du corps social, il est donc tout à fait légitime à instruire le crime même si la victime a retiré sa plainte (quand la victime est décédée, elle ne peut d'ailleurs pas poursuivre elle-même). Le retrait de plainte n'a donc pas d'effet sur l'action de la justice en court. Seule la prescription pourrait jouer, mais les règles sont différentes aux US et en France. (De plus le viol sera reconnu un jour (lointain sans doute) comme crime contre l'humanité et de fait imprescriptible. L'autre erreur, c'est que l'on juge un homme pour ce qu'il a fait et non ce qu'il est (qu'il soit ou non pédophile ne change rien au crime d'un viol sur mineure). La justice suppose en effet que le coupable est amendable et n'est pas jouet d'un fatum lui imposant comme seul avenir la récidive.
Ces deux erreurs sont suffisamment graves pour ne pas ramener comme un cheveu sur la soupe un amalgame avec la couleur des maillots d'une équipe de foot. AF montre seulement qu'il n'est pas à une approximation près. Les all black c'est du quinze et non du 11.

Écrit par : otok tone | 11/10/2009

@otok tone :

"Personne ne peut donc condamner ni gracier Polanski et les soutiens comme les lynchages n'ont pas d'intérêt."

Sauf que Polanski a DEJA été jugé et condamné par la Justice américaine. C'est un criminel en fuite qui ne bénéficie donc plus de la présomption d'innocence.
Polanski est un pédophile avéré et les soutiens dont il bénéficie (de Finkielkraut à Mitterrand) sont abjects.
Mitterrand le soutient car il croit à un système de castes dans lequel "l'élite médiatique" n'a pas les mêmes obligations que le commun des mortels.
Pour Finkielkraut c'est autre chose. Probablement un soutien communautaire. Finkielkraut est un faux-jeton qui passe son temps à fustiger le communautarisme sauf quand il s'agit de sa propre communauté.

Écrit par : azerty | 12/10/2009

"Polanski est un pédophile avéré" c'est ce qu'on appelle de la diffamation monsieur et c'est vous qui pouvez avoir des ennuis à accuser quelqu'un dont vous ne connaissez visiblement pas le dossier en dehors des ragots de presse à scandale

Écrit par : menfin | 12/10/2009

@menfin :

Il ne s'agit pas de diffamation car Polanski a déjà été JUGE ET CONDAMNE pour le viol d'une mineure de 13 ans.
Outre le fait qu'il soit un pédophile avéré, il est en plus un lâche qui a fuit la justice de son pays.
C'est toi qui ne connais rien à cette affaire. Je te conseille donc de te renseigner un peu avant de raconter tes aneries de "diffamation".

Écrit par : azerty | 12/10/2009

Polanski est incarcéré 47 jours pour passer des expertises psychiatriques, puis il est libéré sous caution. Il a plaidé coupable pour la relation sexuelle avec un mineur en échange de l'abandon des charges plus graves de viol, de sodomie et de fourniture d'alcool et de drogue à mineur, en accord avec le juge. Mais avant l'audience devant fixer la peine, alors qu'il est libre sous caution, Polanski part pour la France dont il possède la nationalité depuis plus d'un an . Comme d'autres États, la France refuse généralement l'extradition de ses citoyens. Sous le coup d'un mandat d'arrêt américain lancé en 1978, il ne revient jamais sur le sol américain. Certains ont estimé qu'il aurait pu être jugé en France mais la porte-parole du procureur de Los Angeles fait observer que ce n'est pas possible dans la mesure ou Polanski a déjà été reconnu coupable des faits par la justice californienne, se heurtant ainsi au principe non bis in idem.

Écrit par : azerty | 12/10/2009

Je pose une question aux défenseurs du diable. Et s'il s'agissait de leur propre fille ? comment auraient-ils réagi ? Bon une autre question ou plutôt une hypothèse à méditer longuement. Supposons qu'une victime du terrorisme pardonne à l'auteur de l'acte ? Quelle aurait-été la réaction des nobles défenseurs de la culture et des hommes de pensée ? Ainsi, est-il probable qu'à l'avenir le précédent Polanski fasse jurisprudence ?

A mon avis, le rôle de la justice est de dissuader plus que de réprimer. Combien même la pauvre fille violée, sodomisée, ravalée, trompée, abusée pardonnerait à ce voyou mondain, il n'en demeure pas moins que le délinquant snobard soit châtié. Nul n'étant au dessus de la loi, ce n'est le show business qui saurait faire déroger à ce principe. C'est mon opinion sur le sujet, j'ai 2 filles et rien qu'en pensant qu'elles peuvent être la proie de tels prédateurs me pousse à ignorer tout sentiment de compassion, de pardon ou de manseétude pire ça m'autorise à devenir un monstre dans le sens inverse.

Pourrait-on pardonner à Dutroux ? Même si ses victimes lui pardonneraient ces infâmies ?

Écrit par : pénalemenparlan | 12/10/2009

Azerty. L'histoire est un peu différente de votre version. M Polanski a plaidé coupable, - c'est la procédure américaine, mais le verdict n'a pas été prononcé, et pour cause il ne s'est pas présenté à l'audience (et il n'y a pas eu de condamnation en son absence). On ne peut pas affirmer qu'il a été "jugé et condamné". C'est donc un prévenu en fuite qui doit répondre à la convocation du juge qui fixera la sentence, et non un condamné en fuite qui doit purger la peine qui a été prononcée. Laissons donc le juge faire son travail.
Le seconde affirmation relève d'une conception de la justice qui généralement n'a plus cours, du moins dans les pays qui se disent respectueux des droits de l'homme. Comme je l'ai déjà écrit, un homme est jugé pour ce qu'il a fait, jamais pour ce qu'il serait. En clair, avoir une relation sexuelle avec un enfant est un crime. Personne ne peut affirmer que cela transforme la personne en pédophile. En outre dans le cas de M Polanski, les tests effectués par la justice américaine ne révèlent pas cette de tendance de comportement. Le qualificatif de prédateur est extrait de la même veine avec l'idée bien plus inquiétante que nous serions dans une jungle où il est nécessaire de tuer pour ne pas périr. L'affaire Dutroux a surtout révélé les incroyables complicités dont certaines pratiques pédophiles étaient entourées. Le rempart contre de telles dérives n'est pas dans le phantasme de vengeance, mais dans un supplément de démocratie et de transparence de nos institutions.
NB. Il semble que M Polanski né a Paris est français de par le droit du sol.

Écrit par : otok tone | 12/10/2009

"En clair, avoir une relation sexuelle avec un enfant est un crime. Personne ne peut affirmer que cela transforme la personne en pédophile."

Définition du mot :
pédophile

Adjectif singulier invariant en genre
qui manifeste une attirance sexuelle pour les enfants

Nom masculin singulier
personne qui manifeste une attirance sexuelle pour les enfants

Je ne vois où est le problème pour qualifier monsieur Polanski de pédophile... Il ne l'a pas violé contre son gré à lui, il a voulu (et a) posséder sexuellement une enfant de 13 ans qu'il a en plus rendue ivre avant. Ces faits sont reconnus, au nom de quoi cet homme devrait échapper à la justice.
Ah et bravo à la France pour avoir protégé un violeur pédophile pendant tant d'années.

Écrit par : poppy | 13/10/2009

C'est drôle tout ce barouf à propos d'un monsieur qui a quitté un pays où il était fameux et reconnu justement parce que le procès a créé un onde de choc et que lui même a dû faire face à la gravité de son acte.

Il a reconnu "relations sexuelles avec mineure" alors que c'était un viol sur mineur : c'est pourquoi il a dû se barrer : cela n'a bien sûr pas fait l'affaire de tout le monde.

Passer autant de temps sur le mot "pédophilie" est ridicule.

Les Dutroux sont relativement rares, et la plupart des viols sont commis surtout sur cet âge qui se situe entre l'enfance et l'adolescence. On ne va pas inventer un mot pour le plaisir de Finkielkraut.

Finkielkraut semble ne vouloir reconnaître le viol que si le violeur défigure et roue de coups la victime.

Si Finkielkraut avait un fils de 13 ans qui se faisait attaquer par des ado de 18, le mot "enfant" lui viendrait immédiatement pour décrire son fils.

Écrit par : BOF333 | 14/10/2009

Polanski, héro d’un mauvais film
source courrier international


"L'arrestation du réalisateur franco-polonais Roman Polanski à Zurich, où il devait recevoir un prix pour l'ensemble de son œuvre lors du Festival du film de Zurich, suscite de l'émoi dans le monde du cinéma, mais fait aussi quelques vagues dans le secteur politique. Les autorités suisses ont agi, disent-elles, à la demande des Etats-Unis, où le cinéaste est recherché pour des "relations sexuelles illégales" avec une adolescente de 13 ans – des faits qui remontent à 1977. L'intéressée, une mère de famille aujourd'hui agée de 45 ans, demande elle-même l'abandon des poursuites.

Faut-il poursuivre Polanski – auquel tous les grands noms de cinéma ou presque, des deux côtés de l'Atlantique, apportent leur soutien – pour une affaire vieille de trente ans ? Laffaire divise l'Europe et l'Amérique - où la presse approuve dans son ensemble le demande d'extradition du réalisateur. The Daily Telegraph, quotidien britannique plutôt conservateur, apporte une réponse apaisante : "Le crime de Polanski contre Samantha Gailey était totalement condamnable, mais les années 1970 étaient une autre époque, et son comportement n'était pas aberrant au regard des normes qui prévalaient alors" dans ce milieu, estime le journal. "Si tous les rockers britanniques ayant séduit une mineure lors d'une tournée en Amérique avaient été arrêtés, notre secteur musical aurait été décimé", ajoute-t-il."

Pour ma part, Je ne fais qu'émettre les avis qui circulent sur la toile.
Il connaissait en tout cas se qu'il risquait puisque pendant 30 ans, il a refuser de se rendre au Etats Unis.

Sinon, j'attends la décision de justice. Je pense que toute personne quel que soit son statut ou ses origines doit répondre de ses actes. La justice décidera s'il y a prescription ou pas. C'est une affaire supplémentaire après les révélations de François Mitterrand et de daniel Cohn Bendit traduisant un mode de vie qui a changé. ce qui était légal avant ( ou du moins toléré avant) ne l'est plus.

Écrit par : citoyenactif | 19/10/2009

Je ne comprends pas la position de certains élitistes (un lobby est en cours de construction) qui soutiennent Polansky. Je leur pose la question ; accepteriez vous que polansky viole votre fille de 13 ans ?
Ce Monsieur est avant tout et après tout un citoyen qui a commis un délit et il doit répondre à cela. Il n'est pas et ne doit pas être mieux que vous et moi. Sinon on va tous s'organiser en LOBBY de toute sorte pour se déféndre et faire pression sur la loi même si on vole une banque... soyons sérieux.
Au sujet de Finkielkraut, son avis n'a aucune valeur pour moi, l'avis d'un faux philosophe et d'un faux intello de service très médiatisé par son lobby ne m'interesse pas... ce Mr s'est toujours contredit cela en fonction de la mission que le Lobby lui a donné.... Donc je préfère parler d'autres choses.

Écrit par : Dom | 20/10/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu