Avertir le modérateur

05/10/2009

Cagnotte contre absentéisme: Hirsch ouvre un autre débat sur le décrochage scolaire

C'est aujourd'hui que débute la mise à disposition d"une cagnotte de 2000 mille euros dans trois lycées professionnels de l'Académie de Créteil, en banlieue parisienne, pour lutter contre l'absentéisme scolaire.

Cette cagnotte pourra monter jusqu'à 10.000 euros, si tous les élèves viennent en cours.
Cette mesure soulève un tollé compréhensible, mais il me semble qu'il vaut mieux ce remède que le mal qu'il combat.
Payer les enfants pour aller à l'école? Quelle drôle d'idée... sauf que ce n'est pas du tout de cela qu'il s'agit.

La vérité ? Cet argent qui choque tant servira uniquement à financer un voyage pour les lycéens ou, parfois le code de la route.
Oui, il vaut mieux sauver un gamin par des méthodes qui dérangent mais qui ne mettent aucunement en cause nos valeurs, que de le laisser sombrer en se contentant de débattre sans fin.

Martin Hirsch.jpgL'argent ne doit pas avoir droit de cité dans les écoles nous dit-on?
Mais c’est déjà le cas sans que beaucoup ne s’en soucient : Les écoles de France sont-elles toutes dotées des mêmes moyens? Certainement pas !
Les "coopératives scolaires" qui existent déjà dans de nombreuses écoles, surtout dans les beaux quartiers, ne permettent-elles pas déjà à certaines écoles voire à certaines maternelles d'organiser des sorties et des voyages ou d'améliorer le quotidien ?

L’absentéisme scolaire est un fléau ravageur qui obère l'avenir des enfants dans certaines banlieues.
L'année dernière cet absentéisme a touché pas moins de 440 000 élèves. Pour ces 440 000 enfants, il est urgent d'agir.

Dans son combat, Martin Hirsch trouve l'appui du ministre de l'Education nationale Luc Chatel, dont j'ai plusieurs fois pointé des propos "limites" pour ne pas reconnaître cette fois son courage et sa lucidité.

Le juge suprême de ce débat? Ce sera le résultat de l'expérimentation.
Oui donc à cette expérimentation qui s'inscrit dans le débat plus large encore de la "rupture" ou de la nécessaire modernisation de la société française.

08:35 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : hirsch, cagnotte, absentéisme, chatel, echec scolaire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Moi, je reste mitigé face à ce problème.
Je ne pense pas qu'il y est une position bonne et une mauvaise!

Écrit par : Calendrier | 05/10/2009

Des étudiants rament pour se payer l'université et maintenant on va nous pomper notre argent pour récompenser ceux qui ne respectent pas la loi et pour qu'ils daignent aller poser leurs fesses à l'école ??!! Non mais je rêve là! On touche le fond.
Il y aurait 440 000 absentéistes... ca ne serait pas plus simple et efficace de supprimer les allocations de ceux-là pour récompenser les assidus et travailleurs ???? Ah oui, j'oubliais le politiquement correct et la peur des cités...

Écrit par : lara | 05/10/2009

Impossible de mettre en doute la bonne volonté de Martin Hirsch, il veut faire avancer les choses.

Mais, n'est-ce pas une fausse bonne idée?

Comment cela sera-t-il gérable, encore une fois, qui contrôle et quoi?

Le risque, n'est-il pas de mettre les efforts du plus grand nombre des

élèves (ceux dont on ne parle jamais du mérite), à la merci d'un tout

petit nombre?

Il, suffirait d'une toute petite coalition d'abrutis au sein d'un établissement sur une période donnée, pour anéantir l'ensemble des efforts accomplis par la majorité.

La fluctuation des montants alloués c'est la porte ouverte sur l'aléatoire. Une telle mesure à mon sens, produira encore plus d'inégalités qu'elle ne résoudra de problèmes.

Ne serait-il pas possible d'envisager le problème de façon différente, par exemple,

en proposant une nouvelle manière de s'instruire à ces 440 000 absentéistes.

Dans un univers scolaire où serait pris en compte leurs compétences respectives,

où l'on validerait leurs acquis "d'expériences" de la vie, une expérience éducatrice

où l'élève est placé au centre, où il serait positivé avant d'être responsabilisé.

La suppressions des allocations, n'est pas non plus une solution car, elle pénalise toute la famille, sur le comportement d'un seul. Je ne vois aucune raison de pénaliser des parents qui bien souvent sont ceux qui occupent les travaux les plus ingrats. De plus les tentations auxquelles sont soumis les jeunes d'aujourd'hui ne se comparent à rien de ce qui existait par le passé, nos jugements à l'emporte-pièce ne sont donc fondés que sur des aprioris, bons ou mauvais.

Toutes celles et ceux qui sont favorables à cette disposition, seraient incapables de dépeindre avec certitudes la journée et les comportements de leurs enfants durant cette journée.

Nous, avons été gamins, même les plus sages d'entre-nous, n'ont pas toujours
tout dit à papa et maman...

Je ne suis pas favorable à la marchandisation de l'assiduité, je refuse que l'on achète les comportements des individus, quelle qu'en fusse les raisons, autrement, demain qu'acceptera-t-on ?

Par ailleurs, il y a une ambigüité dans le message à l'intention de ces jeunes, c'est: Soit, tolérance zéro; soit, je tachète ?

Pour les plus réfractaires à ma première proposition, j'ose avancer celle-ci.

Le port d'un bracelet électronique relié à un central d'éducateurs aux physiques de culturistes et doués en arts martiaux, çà suffirait pas ?

L'ajout de tazers, devrait leur donner un avantage certain, non?

Un peu d'humour dans ce monde mercantile...

Le bracelet électronique, des TIG, les nuits en centres fermés avec étude des devoirs, un certain nombre d'absences déclencherait automatiquement le dispositif et l'élève s'en prendrait pour un trimestre, les résultats seraient libératoires.

voilà ce qu'il faut, un état à le droit d'être sévère envers ceux qui ne veulent respecter aucune de ses lois, plus encore quant il s'agit d'enfants.

Les cris d'orfraie qui accompagneraient ces mesures, ben, on s'en tape...

Mais, arrêtons avec les annonces qui laisseront croire aux Français que leurs impôts payent "les codes et vacances des branleurs basanés de banlieues", évitons.

Écrit par : lebanni | 05/10/2009

Salut, el senor zorro,


Mais, non, je nignore rien, il semblerait plutôt que ce soit vous qui méconnaissiez la situation.

Les problèmes se regardent dans leurs globalités, l'absentéisme dont il est question ici, est en parti dû aux lois qui abaissent le seuil de responsabilité pénal des mineurs.

Si, vous aviez une connaisssance du terrain, vous sauriez que passer un certain âge, la génération suivante de celle qui est affectée à la vente de drogue, est placée sur le trottoire.

Le tout petit nombre de caïds que lon connait et qui ne sont jamais dérangés, s'adaptent aux lois.

C'est là qu'il faut agir.

Ils ne sont pas irrécupérables ces jeunes, ils ne voient pas davenir pour eux, le discours sur largent facile était le même pour la prostitution, à cette époque on vendait pas de la drogue mais des femmes.

Il faut une éducation à ceux qui ont perdu tout sens, mais, c'est plus facile de faire dans la démagogie, cest pas cher et ça donne bonne conscience. J'assume d'être pour une certaine brutalité, ces jeunes ne respectent que la force, et pas simplement physique, j'imagine que vos théories sont celles issues de salons, car dans la rue, face à la réalité, vous êtes une proie.

Le véritable humour, c'est d'être là, je suis sûr que l'on se comprend...

Écrit par : el sergent garcia | 05/10/2009

La société française a décidé un jour d'instituer des services sociaux. C'est à eux qu'a été attribué la gestion d'une partie des problèmes qui induisent souvent l'absentéisme à l'école. Il faut donc composer avec eux.

Ecrit par : el senor zorro | 05.10.2009


Ben, justement, cette société on a vu où elle nous a menée, les théories de salons, les solutions de nantis, c'est à cette rationalisation et systématisation de la vie, que nous devons une vision de la famille ramenée au Taylorisme.

Qu'avons-nous fait des valeurs fondatrices de ce peuple, Liberté, Egalité, Fraternité.

Cette idée contribue à plus de bordel qu'elle n'en résoudra, sauf à vivre dans une société dans laquelle une entité décidera, qui procréera et désignera les "bons géniteurs", je veux vivre dans un monde où la famille est un socle sur lequel l'individu prend appui.

Ce sont les valeurs qui ont été abandonnées par presque tous, au profit de tentatives toujours plus hasardeuses les unes des autres, ces maudites théories absurdes et toujours qualifiées de progressistes par leurs auteurs ou ceux qui les portent.

Une famille commence toujours par, un père et une mère, rien n'aurait jamais dû remettre en cause ce simple principe élémentaire et naturel.

Mais, pour en faire passer d'autres totalement dégénérescents, on aura forcé les concepts naturels. On montre au citoyen que l'enfant de l'immigré ne s'adapte pas, on lui relate les faits divers les plus odieux, on gangrène son esprit d'une pseudo insécurité galopante, que l'on aura bien prit soin d'orchestrer et entretenir, en fermant volontairement les yeux là où la situation imposait dès le départ une sévérité exemplaire, un laxisme tellement utilisé qu'aujourd'hui, il parait normal à tous, de vivre dans un pays dirigé par des couilles molles et des incompétents.
Voleurs et menteurs de surcroît.

Nous, avons la jeunesse que nous élevons, plus aucune référence n'a cours, c'est toujours plus dans la facilité.

Il existe des différences fondamentales entre ce qui est inné et les choix qu'un individu fait.
Je respecte les choix des autres, mais certainement pas au détriment de ce qui m'apparait congénitale.

Il faut une éducation et un encadrement approprié à ces jeunes, qu'ils fassent face à des adultes capables de les remettre en place le cas échéant, s'il faut amener le goût de son sang dans la bouche de ce jeune, et alors...
Ceux, d'entre-eux qui malgré tout n'auraient pas compris et voudraient jouer les caïds, qu'ils fassent l'expérience de l'accident de travail, ne me pause aucun cas de conscience, c'est leur choix.

Pour moi, la paix sociale n'est pas monnayable, elle se construit sur de vrais valeurs, à commencer par celle de l'équité.

L'expérience dont on parle ici, n'est peut-être pas conséquente en terme financier aujourd'hui, mais demain combien faudra-t-il payer, pour voir ces "chérubins" aller en classe. Les crèches sont payantes pour les bambins, et les parents doivent se saigner pour continuer à travailler, et là, on veut les payer pour que les profs fassent les nounous.

Effectivement de qui se moque-t-on?

Écrit par : el sergent garcia | 06/10/2009

Ce n'est pas un délire il suffit de savoir lire.

Écrit par : manuel | 08/10/2009

Bonjour à tous

Le sujet c'est bien "payer les enfants pour assurer sur assiduité " non ? Bon on parle encore des banlieues et cités. Je précise toute de suite à peine de me faire traiter de tous les noms que ceux dont je vais parler sont les irréductibles, les dealers professionnels, les petits malfrats, les casseurs notoires, ceux qui se mettent en marge de la société volontairement parce que ce "job" est plus lucratif. Bref la racaille des cités et pas tout ceux qui y habitent et sont vraiment dans la merde. Juste ceux là OK ?

Aujourd'hui non seulement ils nous emmerdent mais en plus il faudra leur donner notre pognon pour qu'ils ( les pauvres) aillent en classe ? ET PUIS QUOI ENCORE ? De qui se fout on la gueule ? Et qui va juger s'ils méritent cet argent ? Les profs ? Et quand il n'y en aura plus ils casseront encore ? Etre présent ne signifie pas qu'ils seront attentifs, qu'ils apprendront, qu'ils se tiendront tranquille etc... Ils seront peut être là oui mais pour le pognon.
Ce monde de merde tourne à l'envers. Si les français avaient des couilles, ils feraient la grève des urnes. Tout le monde se félicite du droit de vote en se disant que c'est notre seule liberté de dire ce que l'on pense. Mais une fois que vous avez élu un sbire qu'est ce qui se passe ? Ben plus rien ! ils font ce qu'ils veulent sans vous demander votre avis et ensuite vous gueuler, ralez parce que ce qu'ils ont promis n'est pas tenu. Si personne une fois n'allait voter lors d'une élection importante, je pense que ça marquerait l'esprit.
Je m'éloigne du sujet mais filer de l'argent pour qu'ils soient fidèles au poste ça me trou le derrière.

Écrit par : Angélo | 09/10/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu