Avertir le modérateur

31/08/2009

Retraite des mères de famille: Le droit anti-discrimination n'est pas l'ennemi des mamans

Les compensations accordées aux mères en matière de retraite ont été récemment mises en cause et Xavier Darcos, le ministre du travail entame une série de discussions pour résoudre rapidement cette question épineuse.

Darcos discrmination Europe et France (Crédit photo Reuteurs).jpgCe dossier des retraites des mères de famille pourrait à terme avoir un impact sur la place  de championne d’Europe de la natalité que détient la France avec ses 828 400 naissances en 2008.

Un bonus pouvant aller jusqu’à deux ans de cotisation par enfant est accordé aux femmes dans le secteur privé, mais la Cour de cassation, en se basant sur la Convention européenne des droits de l'homme qui proclame l'égalité homme-femme estime que ces majorations ne pouvaient être réservées seulement aux femmes.
Et certains sautent sur cette occasion pour s’en prendre avec violence à "Bruxelles".
Il ne faudrait pas qu'à cette occasion, la Convention européenne des droits de l'homme soit injustement attaquée. En effet, on peut parfaitement avoir un droit anti-discrimination exigeant doublé d'une politique familiale incitative, comme en Suède.
L'Union européenne sert d'aiguillon à la France en matière de droit anti-discrimination européen mais ce droit n'est pas l'ennemi des mamans.
L’égalité homme-femme ne saurait nier la différence père-mère.

Les acteurs de la lutte contre les discriminations n'en veulent pas aux bébés et les partisans de l'égalité ne sont pas en guerre contre les grossesses.
Personne ne veut oublier que les salaires des femmes sont inférieurs de 30 % à ceux des hommes et que les carrières des femmes sont souvent plus discontinues que celles des hommes.
Personne non plus ne songe à ignorer qu'en 2004, les pensions de retraite des femmes étaient de 1 020 euros contre 1 630 euros pour les hommes, ni que les femmes passent toujours 2,4 fois plus de temps que les hommes au travail domestique et consacrent 3,3 fois plus à l'éducation des enfants.

Pourquoi ne pas saisir l'occasion de ce débat pour réfléchir sans passion à de nouvelles relations au sein du couple, qui n'oublieraient pas les mères adoptives par une trop grande fixation sur la grossesse, et inciteraient les pères à partager les tâches domestiques ainsi que l'éducation des enfants ?

07:05 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : retraites, mères, discrimination, pères, mamans, europe, france, retraite des mères | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Vous oubliez la plus grosse discrimation faite aux hommes ???????

Celle de la question des résidences d'enfants lors des séparations et divorces conflictuels ou la garde de l'enfant est octroyée 9 fois sur 10 à la mère alors que le père a réclamé la résidence alternée. Le rôle du père se résume pour le juge aux affaires familiales (95% de femmes) à celui d'un donneur de sperme et d' un sale cochon payeur de pension alimentaire.
Et ce avec la complicité du secrétariat d'état à la famille, et surtout du ministère de la justice et de la Halde qui ne veulent pas traiter cette question de discrimation. Au final, on pourrait éviter bien des drames dans les couples dont font les frais les enfants (suicide, violence, traumatisme des enfants....
La cour de justice Européenne a demandé expréssement que la France privilégie la résidence alternée mais le lobby féministe très puissant à l'assemblée nationale et au gouvernement s'oppose à la cour Européenne. La cour Euriopéenne avait déjà condamné la France en 2006 dans le cadre des non représentations d'enfants dans le cadre des droits de visite au parent non gardien de l'enfant (25000 plaintes pour non représentation d'enfants classées presque toutes sans suite en France chaque année.)

Et la bagarre fait rage à l'assemblée (en coulisse bien sur) entre le projet de loi de Richard Maillé visant à privilégier la résidence alternée et le projet d'Henriette Martinez visant à la supprimer (soutenu par le lobby féministe radical visant à institutionnaliser par la loi la discrimation anti pères). 50 signatures UMP quand même sur ce projet de loi dangereux anti père et anti homme d'une manière générale.

Soutenu le projet de loi MAILLE - DECOOL sur la residence alternee en signant la pétition et en intervenant auprès de vos députés.

Écrit par : pierre | 03/10/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu