Avertir le modérateur

12/11/2008

La curieuse logique du rapport Kaspi

C’est aujourd’hui 12 novembre 2008 que l’historien André Kaspi rend son rapport sur la modernisation des commémorations publiques au  secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants, Jean-Marie Bockel,

Le rapport Kaspi proposerait de ne conserver que trois commémorations nationales: le 11 Novembre, le 8 Mai et le 14 Juillet.
Pourquoi celles-là et pas d’autres ? Tant qu’à commémorer les morts du passé et du présent par une seule date pourquoi ne pas retenir la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv ?

Le rapport Kaspi se propose de faire le tri entre les mémoires et d'en désigner certaines qui seraient dignes d'être commémorées par la communauté nationale, et d'autres qui ne le seraient pas.
C’est oublier un peu vite que les commémorations produisent de l'unité nationale et de la cohésion.
Le rapport Kaspi propose de cesser de commémorer comme on le fait aujourd'hui, la rafle du Vel d'Hiv, l'abolition de l'esclavage, de cesser de rendre un hommage national aux Harkis.

Nous devrions éviter un rappel national de la responsabilité de l’Etat français dans  la déportation des Juifs ? Nous devrions oublier l'esclavage ? Nous devrions cesser de rendre hommage aux Harkis ?
Mais au nom de quoi ? Au nom de quelles valeurs ?
Nous devons nous élever ensemble contre l'abjecte concurrence des mémoires.

Pour mieux montrer la logique de ce rapport qui prétend lutter contre les particularismes, plaçons-nous dans une perspective européenne.
Monsieur Kaspi explique que trop de commémorations entraînent «  un affaiblissement de la mémoire collective et des particularismes qui vont à l'encontre de l'unité nationale »
Mais alors pourquoi dans une perspective européenne, rappeler les guerres entre la France et l’Allemagne ? Ne risque t-on pas un affaiblissement de la mémoire collective européenne et des particularismes nationaux qui vont à l'encontre de l'unité nationale européenne ?
En quoi le 11 novembre belliqueux envers nos amis allemands serait-il plus digne de rappel que la fin de l’esclavage ?

On voit que la logique qui sous-tend le rapport Kaspi est politique.

Monsieur Kaspi a produit un rapport politique...un rapport politique et polémique qui fait courir à notre pays un risque de guerre des mémoires.

07:13 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : rapport kaspi, concurrence des mémoires | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Vouloir comme certain prendre en compte la pluralité des mémoires s'apparente plus a des thèses communautaristes que de la pratique républicaine.
Le principe de citoyenneté Français s'est construit autour et par le 14 Juillet, le 8 Mai 45 et le 11 Novembre.La pluralité des citoyens d'aujourd'hui est invitée à s'associer à ces dates pour faire une communauté citoyenne.Si chacun vient avec sa propre "mémoire" ce n'est plus des "instants communs" que nous partageons qui font notre communauté nationale mais une consommation d'évènements qui ne concerne et ne mobilise que telle ou telle communauté Il y a des demandes dans ce sens a forte connotation religieuse Ait el Kebir ,Kippour etc...

Écrit par : antimythe | 12/11/2008

Je suis d'accord avec antimythe, les dates choisies "touchent" plus de personnes que des dates bien particulières... Caricaturalement, il faudrait donc une date pour les noirs, une pour les nord-africains, une pour les chinois, une pour les américains, ... qui vivent en France? On pourrait même rajouter une date pour les grands, pour les petits, pour les cheveux noirs, ... ?? A n'en point douter, ça ne ferait que renforcer le sentiment d'être tous bien différents, ce qui n'est sûrement pas l'effet recherché de "commémorations nationales"...

Écrit par : Liam | 12/11/2008

(équitablement répartis),comme si la diversité était ou doit être équitablement repartie J'espère que cette personne a était nommé préfet pour ses qualités professionnels et non pour sa couleur de peau Le contraire ne ferait qu'attiser les rivalités communautaires et la xénophobie.

Écrit par : antimythe | 12/11/2008

@antimythe

Généralement les préfets savent se faire discrets, on les voit rarement. sauf leur entourage.

Écrit par : 15:37 | 12/11/2008

Ha ? vous êtes né au Bénin ? (ex-Dahomey). Mon père aussi, à l'époque où le Bénin était encore colonie française. Mon grand-père était médecin (Santé Navale) et passait de villages en villages à l'époque.
Depuis cette époque, à présent reculée, j'espère que la situation sanitaire des populations s'est améliorée ? Enfin, c'est ce que je suppose...

Quand mon père veut renouveler ses papiers, il doit écrire à Nantes. C'est tout un bazar et il se trouve parfois des fonctionnaires pas toujours bien éclairés qui lui demandent de prouver qu'il est français (heureusement c'est rare tout de même)... No comment.
Mais, il y a qq années, lors d'un renouvellement ma carte d'identité, même question au commissariat. Interloquée, je me suis demandée si je devais faire un cours d'histoire à l'employée du commissariat ou bien quoi. D'autant plus que du coté maternel, nous sommes de la Guadeloupe. La personne du commissariat ignorait totalement que la Guadeloupe est un département français. Les choses se sont arrangées rapidement, heureusement, grâce à un des collègues de l'employée moins ignare, sinon, peut-être que j'y serai encore, avec mon air effaré au guichet du commissariat à demander le renouvellement de ma carte d'identité.

Écrit par : Nathalie | 12/11/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu