Avertir le modérateur

15/09/2008

Laïcité tout court !

En recevant à l’Elysée Benoît XVI, le chef de l’Eglise catholique, le président de la République Nicolas Sarkozy a de nouveau utilisé l'expression "laïcité positive" et il a fait mention  des "racines chrétiennes de la France".

La laïcité, telle que nous la concevons depuis des siècles est la séparation de la société civile et de la société religieuse.

En 1789, l’Assemblée nationale constituante adoptait la déclaration des droits de l’homme et du citoyen  qui prévoyait que : “Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, ”.

En 1801, le Concordat instituait un système des “cultes reconnus”

En 1905, une fameuse loi opérait une séparation institutionnelle des Eglises et de l’Etat.

 

Ces évolutions montrent que la France a longtemps cherché le meilleur équilibre pour éviter la confusion entre l’espace de l’Etat et l’espace de la religion.

Non pas que les croyances personnelles ne soient pas respectables, elles le sont, mais ces évolutions ont permis aux représentants de l’Etat de demeurer les garants du ciment entre tous les citoyens, les croyants de toutes sortes et les non croyants de toutes les manières.

Je fais partie de ceux préfèreraient que les responsables de l’Etat renforcent la double indépendance entre la Religion et l’Etat.

 

Certes, la laïcité ne semble pas directement menacée par l’expression « laïcité positive », mais cette expression fait suite à d’autres moins neutres du président de la République Nicolas Sarkozy et elle tranche avec tout ce qui a été fait depuis 1905 notamment par ses prédécesseurs.

On se souvient de l’hommage rendu à l'Islam et aux sociétés qui «croient en Dieu» lors de son voyage à Ryad et du discours prononcé à Saint-Jean-de-Latran.
On se souvient de cette phrase « Dans la transmission et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur ».

Dans ces conditions, il est difficile de ne pas entendre tous ceux qui estiment que le glissement sémantique entre « laïcité » et « laïcité positive » fait craindre pour la clarté de la séparation entre la République et la religion.

 

La laïcité est un bien trop précieux pour que nous n’en soyons pas tous les gardiens intransigeants.

08:40 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : laïcité, sarkozy, benoît xvi | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Tout à fait d'accord. Le concept de laïcité est un apport important de la France à l'apaisement des consciences et devrait servir d'exemple dans le monde.
Par ailleurs, s'il fallait aller au bout des références historiques, il conviendrait de rappeler à côté des "racines chrétienne" de la France, l'influence particulièrement néfaste des religions chrétiennes et notamment du pouvoir temporel des papes sur les guerres européennes pendant les 10 derniers siècles (sans oublier l'ultime "avatar" de l'Irlande).
Ce mélange néfaste de temporel et de spirituel est sous-jacent au concept de "laïcité positive ": NS se sert du Pape auprès d'une partie de l'électorat avec une tartufferie que partage le Trés Saint Père qui profite de cette exposition médiatique pour renforcer ses ouailles.... Plus de modestie sierait pourtant davantage à la spiritualité (déjà cause du schisme protestant...)
Le Dalaï lama est lui reçu entre 2 portes, pour ne pas fâcher les chinois et parce que l'électorat boudhiste est jugé restreint (et détaché de tout désir ?....). Et puis, il n'est pas chef d'Etat, contrairement au Pape en son immense Vatican.
Au fait, pourquoi pas ne pas faire de Lhassa une cité-état-religieuse ?

Écrit par : Ema | 15/09/2008

Et que penseriez vous d'une séparation entre le religieux et l'Etat ?
Au lieu du sempiternel séparation de l'Etat et du religeux.
Le fait religieux existe, c'est un fait, même si vous n'êtes pas d'accord. Et par ailleurs, personne, du moins à ce que je sache, ne vous demande ou vous oblige à participer à quoique ce soit.
Ce fait existe, pourquoi le nier ? Pourquoi faire comme s'il n'existait pas, au moins comme fait social, si ce n'est comme force sociale ?
Dès lors qu'il existe ces groupes, à mon avis, il faut en tenir compte, reconnaître leur existence.
Pourquoi un seul discours, monolithique aurait il droit de cité, au nom de cette "laïcité", répétée sur un mode incantatoire, à l'envie, à qui mieux mieux, en criant "au loup!" ?
Moi, je parle d'un discours convenu, crispé et rigide qui n'évolue pas beaucoup depuis le 19ème siècle !
Oui, bon, l'athéisme laïcard (c'est à dessein que j'emploie ce terme péjoratif, les concernés se reconnaîtront) est le seul discours que nous aurions droit de prononcer en public donc.
Comme appelle t on cela ? Quand on veut obliger les autres à voir le monde à partir de ses seules idées, toujours les mêmes ? Ha voui, du sectarisme je crois.
Dommage, je serais partisane d'un discours plus souple; et même de plusieurs discours voyez-vous ? De discours qui viennent d'horizons divers.

Écrit par : Anis Vert | 15/09/2008

Bien, une loi, savez-vous, fusse t elle de 1905, peut s'interpréter de différentes manières !

Écrit par : Anis Vert | 15/09/2008

C'est étrange que vous plaidiez pour la diversité... Il aurait peut-être fallu que vous précisiez de quelle diversité vous parliez non ?
Voilà, j'ai fini pour cette fois-ci.
Merci à vous

Écrit par : Anis Vert | 15/09/2008

Bonjour M. Lozès,

Je suis tout à fait d'accord avec vous ! Nous devons rester vigilants et faire attention au retour du religieux auquel nous assistons.

Cette tendance d'ailleurs n'est pas spécifique à la France. C'est la même chose aux États-Unis où les positions ultra-conservatrices de Mme Palin semblent intéresser plusieurs personnes. Même chose au Québec où je vis, où d'ailleurs le concept de laïcité positive est très à la mode.

Ici, tout récemment, le cardinal Turcotte a remis sa médaille de l'Ordre du Canada car un autre homme, le Dr Morgentaler l'a reçue. La faute du Dr Morgentaler ? Avoir pratiqué des avortements illégaux à une époque où les femmes n'avait pas le droit d'avorter. Deux jours plus tard, ce même cardinal a qualifié les attouchements d'un prêtre sur une fillette de 8 ans d'"erreur de comportement". Deux systèmes de valeurs pour M. Turcotte ? Deux catégories de personne ?

Mais le pire c'est que, en référence à l'avortement, ce même cardinal a dit dans le journal "Le Soleil" : "J’ai un conseil à donner à tous ceux qui votent : quand on vote, on prend une position par rapport à une politique de parti. Il y a des questions économiques, il y a des questions d’ordre social. Je pense que cette question du respect de la vie doit aussi comporter une réflexion pour l’électeur ou l’électrice qui va choisir le parti pour lequel il doit voter. C’est pas à moi de lui dire quel est le parti qui, à mon avis, a la meilleure position, c’est à chaque électeur à choisir."

Pour éviter ce genre de dérive en France, soyons vigilants et défendons notre laïcité ! Elle est le meilleur moyen de garantir les droits des femmes et des minorités (qu'elles soients visibles, religieuses ou sexuelles). Elle est le meilleur moyen de garantir à chacun, croyant ou non croyant, la liberté de pensée.

Écrit par : Haruko | 17/09/2008

Tout à fait d'accord !! Après tout la laïcité est déjà positive en elle-même. Pas de religion dans les affaires publics et l'établissement des droits de chacun.

Par contre, à mon humble avis, la venue du pape et quelques discours sur des considérations religieuses ne pourraient remettre en cause une valeur si encrée dans notre société. Si une religion obtient plus de privilèges, les autres suivront.

Le risque n'est pas un retour de la religion dans l'état mais une laïcité à la française qui céderait sa place à une laïcité à l'anglaise. Et là bonjour les dégâts !

Écrit par : Miguil | 23/09/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu