Avertir le modérateur

23/07/2008

Un train (constitutionnel) peut en cacher un autre

On aurait tendance à oublier que le président de la République a ouvert un autre chantier constitutionnel le 15 avril dernier.

Il a en effet confié à l’ancienne (première femme) présidente du Parlement européen, madame Simone Veil, la mission de faire des recommandations sur la question de savoir s’il faut se diriger vers une politique d’intégration qui valoriserait mieux « la diversité de la société française pour favoriser le respect effectif du principe d’égalité »
Traduction ? Respecter (enfin) la promesse de campagne du chef de l’Etat de mettre en place la très attendue action positive ou "affirmative action" à la française.

J’entends déjà les cris des tenants d’une lecture rigide de la tradition républicaine, les immobilistes de tout poil pour qui il vaut toujours mieux laisser souffrir les minorités que de vouloir faire des égaux en modifiant la Constitution dont il ne peut plus (au moins depuis la dernière modification) nous être répondu qu’elle ne saurait être modifiée.

Certains prêtent au président de la République, la volonté de la jouer exactement comme pour la modification qui vient d’être adoptée ric-rac par le Congrès à la majorité requise des 3/5ème plus une voix : Si ça passe, c’est un succès pour le président de la République et si ça casse, ce sera la faute de l’opposition.

Le président de la République aura la tâche d’autant plus facile qu’il est aujourd’hui difficile de dire avec précision, la position du parti socialiste sur cette question de "l’affirmative action" à la française

17:11 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : action positive, affirmative action, égalité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Mise en bouche intéressante M. Lozès. Qu'en est il dans les faits de cette "affirmative action"? Concrètement comment cela va t il se traduire ? Je doute qu'on puise transposer manu militari les concepts américains de discrimination positive sans se heurter à un mur (de Berlin) culturel. "Mesurettes" en perspective ?

Écrit par : kaneda | 24/07/2008

c'est pas pour tout de suite> J'avais lu un truc chez les etatsuniens concernant leur manière d'appliquer la discrimination positive sur les concours d'entrées dans la "fonction publique" : des cases à cochez genre "je suis d'origine latino", "je suis d'origine afro americain", "j'ai un handicape x" des trucs dans ce gout là. Dans l'article, le type expliquait qu'il refusait systématiquement de cocher ces cases pour être evalué à sa juste valeur indépendamment de ces criteres. Au final, rien n'impose donc de légiferer pour mettre en place de la discrimination positive. Sauf que dans l'article ci dessus, on parle de modifier la constitution pour y arriver. Est-ce qu'on a modifié la constitution pour imposer une équivalence de diplome universitaire au mère ayant elevé 3 enfants qui désirent passer un concours territorial (par exemple) ?

Écrit par : kaneda | 24/07/2008

c'est pas pour tout de suite> J'avais lu un truc chez les etatsuniens concernant leur manière d'appliquer la discrimination positive sur les concours d'entrées dans la "fonction publique" : des cases à cochez genre "je suis d'origine latino", "je suis d'origine afro americain", "j'ai un handicape x" des trucs dans ce gout là. Dans l'article, le type expliquait qu'il refusait systématiquement de cocher ces cases pour être évalué à sa juste valeur indépendamment de ces critères. Au final, rien n'impose donc de légiférer pour mettre en place de la discrimination positive. Sauf que dans l'article ci dessus, on parle de modifier la constitution pour y arriver. Est-ce qu'on a modifié la constitution pour imposer une équivalence de diplôme universitaire aux mères ayant élevés 3 enfants qui désirent passer un concours territorial (par exemple) ?

Écrit par : kaneda | 24/07/2008

L'esprit "piston" typique de la mentalité franco-française c'est ce qu'il y a de pire. Celle qui fait qu'on choisira un de ses amis plutôt qu'une personne qualifiée pour un poste x ou y. Effectivement aucune loi ne pourra contrer ce genre de mentalité (surtout quand on sait comment cette dernière est fortement présente aux plus hautes sphères de l'Etat). A opposer à la mentalité anglo saxonne qui privilégie la capacité d'action. Mais si les étasuniens y sont arrivés (Obama en est un bon exemple), pourquoi pas la France ? J'en reviens donc à ma question initiale : c'est bien beau de discourir sur du plus d'egalité mais comment insérer une discrimination positive dans le droit français sans contredire la sacrosainte égalité républicaine et surtout qui soit suffisament efficace pour faire tomber les "travers culturels francais"?

Écrit par : kaneda | 24/07/2008

Hihihi... Et le ministre en charge serait M. Bolloré ?

Écrit par : kaneda | 24/07/2008

Ahahaha....

Écrit par : kaneda | 24/07/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu