Avertir le modérateur

03/05/2008

Des menaces contre le vigile qui a porté plainte contre un membre du ministère Horfefeux

M. Gautier Béranger, Secrétaire général adjoint et responsable de la communication du secrétariat général du ministère de Brice Hortefeux est l’objet d’une plainte pour « diffamation et injure à caractère racial ».

La plainte a été déposée par M. Pierre-Damien Kitenge, vigile dans un supermarché, qui est chargé des vérifications d'usage lorsque les achats dépassent un certain montant à la caisse.

Selon M. Pierre-Damien Kitenge, M. Gautier Béranger lui aurait déclaré au moment du contrôle : "Monsieur, vous n'avez pas le droit de toucher mes papiers, sale noir, je vous connais, vous êtes sans papiers et vous faîtes du trafic de papiers. Vous ne savez pas qui je suis, vous pouvez faire une croix sur votre carrière".

Ces insultes sont symboliques des discriminations et des vexations quotidiennes que doivent endurer certains citoyens et résidents français du fait de leur apparence physique et, en particulier, de la couleur de leur peau.

Cette affaire est encore plus choquante car elle implique un haut fonctionnaire travaillant pour le ministère de l'Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire.

Dans une démocratie normale, M. Gautier Béranger aurait démissionné et aurait présenté des excuses.

Mais que croyez-vous qu’il arrivât ? Dans ce combat du pot de fer contre le pot de terre, M. Kitenge rapporte que le pot de fer tenterait d’user de sa position de pouvoir pour faire taire les témoins de la scène qui étaient prêt à témoigner contre le pot de fer.
En attendant, M. Kitenge laisse entendre qu'il est l'objet de pressions y compris de la part de son employeur, pour abandonner ses poursuites.
En attendant, plusieurs personnes ont déjà rapidement (trop rapidement peut-être), témoigné pour le pot de fer....

Aux graves accusations actuelles portées contre M. Béranger, faudrait-il désormais en ajouter d'autres ?

08:18 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : hortefeux, gautier béranger | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Bonjour,
Il reste innocent ce fonctionnaire jusqu'à preuve du contraire et jugement de son cas. Vous faites, M. Lozès comme si vous aviez assisté à la scène. Sachez donc raison gardée. Je fais confiance à la police et à la justice de notre pays qui menera une instruction impartiale et juste. Il faut ni sanctionner M. Béranger, ni virer M. Kitenge. Il faut voir les caméras et savoir dans quel cironstance M. Béranger a fait part de sa qualité. Les caméras diront tout. Si il était calme comme il l'a dit ou si il était enervé. Mais, moi même j'ai été enervé par ces contrôles à la limite de la légalité. Les magasins nous imposent des contrôles d'identité qui sont choquants. Mais les vigils ne sont que des executants de cette politique illégale, c'est dit, voilà tout.
Mais jusqu'à preuve du contraire, il y'a la présomption d'innocence...
Bien cordialement,
Abdou

Écrit par : Abdou | 03/05/2008

A Abdou,

Je partage votre opinion sur la présomption d'innocence.
Comme vous, je fais confiance à la justice et la police de notre pays.

Cordialement
P. Lozès

Écrit par : Patrick Lozès | 03/05/2008

Bonjour,

Merci pour la réponse mesurée et je retire donc une partie de mon propos,

Bien cordialement,

Abdou

Écrit par : Abdou | 03/05/2008

Primo : le vigile et donc les responsables du magasins outrepassent leur droit en emportant des papiers d'identité hors de la vue d'un client pour contrôle. Tout ce que la magasin peut faire c'est noter le nom et le n° de la CI du client avec son accord et sous ses yeux et vérifier le cas échéant auprès de sa banque que son compte est correctement approvisionné. Le magasin peut certes refuser la vente si le client se dérobe à cette vérification de son compte (et non pas de son identité, rôle dévolu uniquement aux autorités policières nationales) mais ne peut en aucun cas le retenir et encore moins confisquer ses papiers même pour un court instant.
Secundo : difficile de croire que le haut fonctionnaire, même excédé par cet abus de pouvoir caractérisé d'un vigile qui de toute évidence méconnait le droit le plus élémentaire, se soit laissé aller en public à un tel langage de charretier, quand bien même il aurait un arrière fond de racisme.
Et ceux qui accusent mécaniquement Gautier Béranger - alors qu'ils n'étaient pas présents - et que de toute évidence le vigile Kitenge s'était mis au départ dans son tort en s'appropriant les papiers du haut fonctionnaire pour un contrôle hors de ses compétences, feraient bien de réfléchir aux véritables raisons qui ont poussé le vigile à porter plainte pour racisme et vraisemblablement à en rajouter une couche pour se justifier après coup de son comportement peu commercial et arbitraire envers un client de bonne foi... Car encore une fois on imagine mal un haut fonctionnaire en train de lui donner dans un premier temps du : "Monsieur vous n'avez pas le droit de prendre mes papiers", pour le taxer l'instant d'après de "sale noir", avec menaces de renvoi à la clé... Même sur le plan de la psychologie élémentaire des êtres cette version du vigile consignée sur le procès verbal de plainte ne tient pas une minute.

Écrit par : Axelle D | 04/05/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu