Avertir le modérateur

17/04/2008

Aimé Césaire: Nègre, universel et révolté

Le grand poète et homme politique Aimé Césaire, vient de s’en aller à 94 ans.
Aurais-je dû utiliser le mot noir?
Noir? Il préférait nègre ! Il adorait ce mot qui bravait l’aliénation culturelle et disait avec force à la fois l’identité assumée et la conscience d’être noir.
Nègre il se disait, nègre il restera pour la postérité. Nègre certainement, mais un nègre sublime, un nègre universel.

>> Voici un entretien inédit que j'ai eu la chance de faire avec lui en juillet 2006 (l'enregistrement s'est fait sur microcassette ce qui explique les problèmes de qualité audio du document). Il y parle de la négritude, du racisme français et du CRAN:


podcast


Cette identité que lui seul savait nommer « nègre », n’était pour lui, nullement contradictoire avec une visée universelle; bien au contraire. En liant avec génie le « nègre » à l’universel, il a réussi à raccrocher les Noirs à cet universel dont il a longtemps été accepté que ces populations puissent être exclues.

Universaliste certes mais sans concession. Il a audacieusement tourné lé dos au climat assimilationniste  très répandu à l’époque de son arrivée à Paris en 1931. Loin de céder à l’humeur ambiante il a plutôt cherché à promouvoir l’Afrique et sa culture, qu’il estimait dévalorisées par le colonialisme sous ses formes.

C’est ainsi qu’il décida en septembre 1934, avec d’autres étudiants dont le Guyanais Léon Gontran Damas, le Guadeloupéen Guy Tirolien, les Sénégalais Léopold Sédar Senghor et Birago Diop, de créer le journal "L'Etudiant noir".
Noirs mais sans distinction idiote y compris dans la création du mot « négritude » dont on lui attribue la paternité, mais que lui - oh! élégance - préférait partager à travers le concept de création collective. La négritude, il définissait ce mouvement comme de la résistance au racisme…
Les intellectuels noirs de tous les mondes, rassemblés, mais sans ressentiment, et surtout avec les intellectuels blancs pour, ensemble, combattre l’oppression. Au rang de ces intellectuels figurait notamment Jean-Paul Sartre qui définissait la négritude comme « la négation de la négation de l'homme noir".

« Comment se porte le racisme français? » nous a lancé Aimé Césaire lorsque, quelques mois après la création du CRAN nous sommes allés lui en parler dans le bureau qu’il avait conservé dans l’ancienne mairie de Fort-de-France.
De l’alliance entre les noirs d’Afrique, des Antilles et d’ailleurs il nous a dit « C’est difficile, et délicat, mais c’est essentiel.»
Du CRAN il a dit « C’est une très bonne chose mais il ne faut pas croire que c’est facile ! En tout cas pour nous antillais c’est important »

Aimé Césaire était nègre, universel, mais aussi révolté.
Même très affaibli, il retrouvait de l’énergie pour raconter sans se départir de son célèbre humour, le caractère si « particulier » de ce racisme à la française.
Révolté il le redevenait lorsqu’il racontait, que marchant un jour dans une rue parisienne dans les années 30, il a été apostrophé par un quidam qui lui a lancé un : « Hé petit  nègre ! » il avait répondu : « Très bien! Bravo, mais le nègre t’emm… ! »

Révolté il l’était également jusqu’au dernier souffle contre le colonialisme.

C’est ma fierté personnelle, juste après lui avoir rendu visite, d’avoir eu le courage de contester les définitions des mots « colonisation » et « coloniser » inchangées dans le dictionnaire le Petit Robert depuis 1967, date de la première édition de ce dictionnaire!
C’est justice pour Aimé Césaire que les Editions le Petit Robert aient décidé un an après cette contestation, de compléter la définition du mot colonisation en y intégrant une de ces citations « colonisation = chosification ». Cette fulgurance est tirée du “ Discours sur le colonialisme ”*, Présence Africaine, 1955 et 2004.

Si le ciel existe, je veux bien parier que le premier qui là haut, osera dire à M. Césaire « Hé petit  nègre ! » s’entendra répondre un cinglant : « Le nègre t’emm… ! »


*« J’ai dit – et c’est très différent – que l’Europe colonisatrice est déloyale à légitimer a posteriori l’action colonisatrice par les évidents progrès matériels réalisés dans certains domaines sous le régime colonial, attendu que la mutation brusque est chose toujours possible, en histoire comme ailleurs ; que nul ne sait à quel stade de développement matériel eussent été les même pays sans l’intervention européenne (…) A mon tour de poser une équation : colonisation = chosification. J’entends la tempête. On me parle de progrès, de vies élevées aux dessus d’elles-mêmes. Moi je parle de sociétés vidées d’elles-mêmes, des cultures piétinées, d’institutions minées, de terres confisquées, de religions assassinées, d’institutions minées, de magnificences artistiques anéanties,  d’extraordinaires possibilités supprimées…. »

Aimé Césaire, “ Discours sur le colonialisme ”, Présence Africaine, 1955 et 2004.

12:45 Écrit par Patrick | Lien permanent | Commentaires (38) | Tags : Césaire, universel, universalisme, poète, noir, nègre | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Si le Grand Nègre que fut Césaire surpassait par l'intellect des centaines de millions de petits Blancs dont je fais partie, je ne peux m'empêcher de penser que tous les Justes ne furent pas noirs et que la reconnaissance de la supériorité d'une civilisation humaine à un moment donné de l'histoire ne peut-être blâmable... En effet, souligner la valeur de celle des Grecs, des Romains, des Perses ou des Arabes n'induit aucun racisme à l'égard des autres civilisations qui leur étaient contemporaines. Aimé Césaire, l'apôtre de la négritude, eût mieux fait de blâmer un système politique et économique que de faire le procès du Blanc... Il aura surtout réussi à dresser le Noir stupide contre le Blanc stupide : voilà sa faillite. Il manquait du "christ" dans Césaire !

Écrit par : Gérard | 17/04/2008

que la lumière soit faite réellement sur l'etat de santé de pepe Césaire.ce mr vit en moi ,et il est comme un père pour moi.alors je souhaite vivement que la vérité ecclate pour de bon.hommage à toi pépé.

Écrit par : kouakou obilaley | 17/04/2008

que la lumière soit faite réellement sur l'etat de santé de pepe Césaire.ce mr vit en moi ,et il est comme un père pour moi.alors je souhaite vivement que la vérité ecclate pour de bon.hommage à toi pépé.

Écrit par : kouakou obilaley | 17/04/2008

c'est lui faire insulte que vouloir l'enterrer loin des siens loin de sa martinique Par ailleurs des millions d'etre humains meurent chaque jours des suites du colonianisme nouveau et personne ne dit rien pour eux ils faut leurs rendre hommage et le plus serieux serait de laisser césaire aux antillais et aux peuples d'afrique noire et pas uniquements aux martiniquais .

Écrit par : baudrier | 17/04/2008

Triste nouvelle pour tous ceux qui aiment la bonne poèsie et la critique intelectuelle, sincère et pronfonde contre l racisme français et mondiale

Toutes les condolences du BResil

Écrit par : Alesson | 17/04/2008

Le commentaire de Gérard m'échappe un peu. Césaire est mort et on s'essuie les pieds dessus? Non je crois rever!
Depuis quand Césaire largement au dessus de la médiocrité ambiante a dresser des noirs contre des blancs, mêmes stupides? Non je crois rever!
Alors maintenant dénoncer la lacheté des massacres du colonialisme relève de la révolte contre les "blancs"? Elle est belle la France des droits de l'homme selectifs!
Césaire est l'un des rares a avoir montré le lien entre le fait qu'un début de barbarie a l'externe, lachement toléré par un peuple arrogant se sentant supérieur envers d'autres peuples se traduit par une internalisation de la BARBARIE!
Il n'y a rien de blanc ou de noir que je sache. Ah oui j'oubliais. Moi je suis Sénégalais et je suis fier de fréquenter qui je veux car mes ancetres par l'appat du gain ne massacraient pas des peuples innocents par esprit de supériorité.
De plus Césaire est mort, mais son oeuvre est universel. La barbarie a la Hortefeux par rapport aux étrangers surtout noirs, se retournera contre la France. C'est pareil pour le Soudan et sa rebellion, les US et Guantanamo, Israel et Gaza, La Russie, La chine, Le Sri Lanka, L'Ouganda, etc. La Barbarie s'est mondialisée sous des formes multiples malheureuisement.
Il n'y a pas de faillit ede Césaire car on verra qu'il a rasion et que l'internalisation de cette Barbarie projetée sur des peuples sans défenses se traduira par la dislocation d'Etat réputés forts et leurs faillites. On verra!
Voila en tout cas un poete, un intellectuel engagé largement au dessus de la masse qui nous quitte. Son esprit demeurera.
Une grande perte pour nous tous! Repose en Paix, Monsieur Césaire.
De la part d'un sénégalais admiratif!

Écrit par : Serigne | 17/04/2008

Toutes mes condoléances à la famille des Caraïbéens ...

Écrit par : Chris.Lau | 17/04/2008

Toutes nos condoléances à la famille. Ce grand poète fondateur du journal l'étudiant noir a su au cours des années gardé la même sincérité et le même courageux. sans compter son erreur d'avoir reçu Sarko il aura marqué et restera dans les mémoires de tous. Dors en paix.

Écrit par : Don | 17/04/2008

Il est certain qu'Aimé Césaire fut un immense poète, comme l'était son ami Léopold Sédar Senghor. Mais, malhe'ureusement, tous les deux ont été des traitres et des collaborationnistes à la solde de l'Etat français. Un peuple ne bouffe pas de la poésie, mais de la dignité et de l'indépendance. Aujourd'hui, tous les Antillais sont assistés, du bébé au vieillard. En effet, ils vivent tous du RMI, qui est un véritable esclavage moderne. La mort, quant elle, elle viendra toujours.

Aimé Césaire(Martinique), Léopold Sédar Senghor(Sénégal), Houphouët Boigny (Côte d'Ivoire) ont tous été des traîtres à la solde de l'Etat français. A cause de la traîtrise de certains dirigeants africains, comme Senghor et Houphouët, la France a prolongé sa colonisation en Afriqjue. A cause de la traîtrise de ces Nègres, appelés "Pères de l'Indépendance", qui regarde, de près ou de loin, le tableau au monde présenté par l'Afrique, ne doit point rêver: l´Afrique est le continent le plus arriéré de tous; c'est le continent de tous les maux qui minent l´humanité, et les Africains, ceux qui font justement honte à l´humanité. L´Afrique, c´est le continent par excellence de la corruption, des maladies, du vol, du gaspillage, de la dictature, du mépris des droits de l´Homme, du népotisme, de la gabegie, de la torture, de l´arbitraire, de l´absence de Démocratie; L´Afrique, c´est le continent où l´esclavage reste encore pratiquée, le continent où la femme reste encore brimée, le continent où la femme reste un objet au service du maître qui est son mari en l´occurrence; L´Afrique, c´est le continent qui est incapable de se débrouiller tout seul, incapable de maîtriser les paramètres de son économie, incapable d´assurer l´éducation de sa population; l´Afrique, c´est le continent qui est incapable de soigner sa population, incapable de nourrir sa population...

Oui, Césair et Senghor furent d'immenses poètes. Mais, malheureusement, en tant que traîtres et collaborateurs, ils ont vendu leurs peuples aux impérialistes français. Avec le franc CFA, une monnaie coloniale, aucun Etat ou groupe d'Etats ne peut développer l'Afrique. Le Sénégal de Senghor est le pays le plus assisté au monde. Il faut savoir qu'un peuple assisté n'est pas un peuple, mais une simple association d'individus, qui fait partie intégrante du pays assistant. Il faut savoir aussi qu'il n'a jamais existé, dans l'histoire de l'humanité, une démarche de colonisation ou du néocolonialisme qui ne soit déroulé sans effets pervers. Il est illusoire de croire que le développement durable d'un peuple pourrait procéder d'une démarche exogène. La stratégie de la déresponsabilisation est le summum du paternalisme. Déresponsabiliser un peuple, c'est lui ôter son esprit. Or, le développement est avant tout une démarche de l'esprit. Donc, le développement économique du continent africain passe forcément par le responsabilisation des Africaines et des Africains.

Pour terminer, je répondrais par cette question : quel pays la France peut ériger en exemple de développement ou de réussite, dans son long passé de colonisateur et de prévaricateur ? Strictement aucun ! Car, tous les anciens ou nouveaux vasseaux de la France sont maudits et voués à entrer dans le sous-développement, s'ils ne sont pas englués dans des conflits sans fin : guerres civiles, génocides, assassinats politiques...

La mort viendra toujours
Le peuple vivra toujours

Écrit par : Diaspo | 17/04/2008

Il défendait la cause noir, donc forcement avec des élements de racisme,
le racisme n'est pas un gène du blanc, dans chaques époques de notre histoire il y eu les vainqueurs et les autres, la roue tournera....

Écrit par : rome | 17/04/2008

On ne peut que saluer la mémoire d’Aimé Césaire, homme politique et grand poète français.

On peut être en désaccord avec les idées politiques défendues par Aimé Césaire, ou du moins certaines d’entre elles, et admirer l’écrivain et le poète, figure emblématique d’un homme de la plus grande France au service de sa cité pendant plus d’un demi-siècle.

Il est curieux de voir l’empressement que manifestent certains, de tout côté, à vouloir le panthéoniser.

Il ne nous souvient pas d’avoir entendu ceux-là qui parlent haut, maintenant qu’il est mort, réclamer qu’il fût membre de l’Académie française, alors que telle aurait dû être la reconnaissance qu’il méritait de son vivant.

Et il ne ce serait pas seulement agi de l’honorer : l’Académie française aurait pu profiter de sa science inventive de notre langue, consubstantielle à son chant vigoureux de négritude revendiquée.

Il est regrettable et dommageable d’avoir laissé passer cette opportunité, alors que la langue française se défait dans le magma mondialiste.

Écrit par : TAUPIN THIERRY | 17/04/2008

Cet homme est un modèle pour beaucoups. Je suis antillais donc "NOIR"

Il est facile pour certains de critiquer ces "NEGRES" alors qu'ils n'ont jamais été confrontés de près ou de loin à cette TARE qu'est le RACISME engendré par des gens de même nature, de même origine voir de même famille qu'eux.

Ne jugez pas ces hommes qui ont contribués à une évolution de la mentalité de beaucoups car si pour certains l'AFRIQUE de nos jours est un problème, il y de cela 1 siècle elle à fait la fortune de plusieurs pays qui ont utilisés toutes les ressources trouvées (hommes,femmes,enfants,bois,terres,or,pierres précieuces et bien d'autres...) pour s'enrichir et quitter cette terre colonialisée sans vie et gorgé du sang de ceux qui ont été réduits en esclaves.

Ne jugeons pas ces hommes qui ont contribués de près ou de loin à nos éducations respectives même certains en 2008 refusent de croire qu'un NEGRE ou un NEGRO ait pu influer sur l'EDUCATION NATIONALE et faire de lui l'être qu'il est aujourd'hui.

Car que l'on m'insulte de NEGRE montre ma différence de couleur de peau mais mon évolution d'esprit. Et le NEGRE vous emm....

Écrit par : nègre antillais | 17/04/2008

Parler sans cesse du racisme de l'homme blanc, outre l'ineptie flagrante que cela représente, c'est d'un racisme patent ! Mais c'est très bien, continuez, continuez, continuez...

Écrit par : gonzalle | 17/04/2008

je cite : l'homme occidental venu en Afrique"pour s'enrichir et quitter cette terre colonialisée sans vie et gorgé du sang de ceux qui ont été réduits en esclaves"

Ouaaaah ! j'en reste sans voix ! Il y a effectivement de plus grandes différences que je ne l'imaginais !

Écrit par : clement | 17/04/2008

Attendez un peu. Les Français ont certainement été les moins pires des colons. Ce sont eux (Faidherbe (que les Sénégalais appelaient Borom N'Dar), Galliéni, Brazza (le peuple de Makoko l'appelait Rocamambo), Lavigerie, Binger, Olivier, Treich-Laplène, Monteil, etc. etc.), ce sont eux qui ont pacifié cet immense territoire.

A cette époque, cette partie de l'Afrique noire occidentale était partagée entre des terres plus ou moins grandes appartenant à de grands chefs (Rois, Sultans, grands Marabouts et Almamis) qui se faisaient la guerre, dévastant le territoire ennemi, pillant les villages, tuant les hommes et prenant les autres comme esclaves. Certaines tribus étaient encore anthropophages. Le trafic de "l'ivoire noir" s'était considérablement développé. L'islam faisait plus de 400 000 esclaves par an, des noirs venus du centre de l'Afrique que des rabatteurs prêts à tout "traitaient" vers les marchés de la côte orientale. Le Khédive d'Egypte justifiait l'esclavage des Nègres par la disparition progressive des exclaves blancs des rives de la Méditerranée. C'était, disait-il, un "mal nécessaire".
L'esclavage se pratiquait entre groupes éthniques voisins. D'abord comme butin de guerre, l'esclave était ensuite devenu une monnaie d'échange pour certains Rois du Soudan d'alors. Avec les esclaves, ils pouvaient se payer des soldats, des armes, des chevaux. Tous les exploorateurs ont confirmé les tortures et les mauvais traitements : les esclaves pouvaient être enterrés vivants ou jetés sur des bûchers. Certains Rois leur coupaient les mains pour en faire des musiciens car le son était plus doux lorsqu'ils tapaient sur les tambours avec des moignons.

Les Français ont ouvert ce qu'ils appelaient des "villages de liberté" où ils recueillaient les fugitifs. Brazza les rachetait et leur proposait de travailler pour lui moyennant salaire, ce qui s'est vite su de village en village. Ce sont les Français déjà cités qui ont pacifié cet immense territoire en pactisant avec les Rois, et non pas en faisant la guerre. Ils arrivaient dans le village et demandaient à parler au Roi au nom du Roi de France. Ils proposaient d'ouvrir des comptoirs le long des fleuves (Sénégal, Niger ...) pour faire du commerce avec les populations locales : les Français apportaient des tissus, des outils, des armes, et les Africains de la gomme, de l'or et de l'ivoire. Et ils se portaient mutuellement assistance en cas d'attaque. Le Roi Africain était libre ou non d'accepter. Ce sont évidemment avec les Sultans ou Almamis que les Français eurent le plus de difficultés car ils étaient musulmans et avaient besoin de nombreux esclaves pour être riches.

L'Américain Stanley, qui oeuvrait pour la Belgique, ne pratiquait pas comme les Français. Il utilisait des centaines d'esclaves, démolissait le paysage en faisant sauter à la dynamite les monts qui le gênaient. Mais il n'était pas aidé par les peuples locaux comme l'étaient les Français et ce sont finalement les Français sont arrivés les premiers dans le sud (Dahomey, Côte d'Ivoire), et Stanley a dû se replier plus au sud.

Toutes les recherches universitaires ont montré que, loin de s'enrichir, la France s'est ruinée dans son empire, et que ses possessions lui ont coûté bien plus que ce qu'elles lui ont rapporté. Et c'est encore vrai aujourd'hui. S'ils ont colonisé, c'est parce que ces Français aimaient les espaces lointains, qu'ils voulaient toujours aller plus loin au delà de l'horizon, qu'ils aimaient l'aventure et le risque.

Écrit par : Noroît | 17/04/2008

Mes condoléances à tous les siens et à tous ceux qui l'aimaient.Un grand homme nous a quitté, c'est une belle étoile qui vient de s'éteindre aujourd'hui...

Écrit par : chémicaréson | 17/04/2008

La vérité quelques aristocrates européens ont ruinées leur semblables pour explorer
l'Afrique, comme aujourd'hui nos gouvernements avec les DOM TOM.

Écrit par : rome | 17/04/2008

Euh, Euh, Noirot. Je veux juste les références des travaux universitaires prouvant que la France s'est ruinée avec la Colonisation.
Je repasse dans quelques heures. Ca me fera de la lecture critique. J'adore la recherche.
Merci par avance pour les références.

Écrit par : Serigne | 17/04/2008

Waaw Noirot, vous y êtes allé fort là!!

Mes condoléances à tous les partisans de la liberté et l'égalité pour TOUS, et non pour juste une catégorie de gens distinctifs par la couleur.

Je respecte beaucoup cet homme.
Pour les dénigreurs de l'homme noir, je vous dis que l'Afrique a trop souffert pour guerir de ses blessure de suite. Il en faut encore du temps.
Regardez la Chine, anciennement proie de l'occident, aujourd'hui elle prend "sa revanche".
Un jour ce sera le tour de l'Afrique; Gardons espoir, et continuons le travail.

Écrit par : Mamadou | 17/04/2008

Mes condoléances à tous les partisans de la liberté et l'égalité pour TOUS, et non pour juste une catégorie de gens distinctifs par la couleur.
Je ne dénigre aucun membre d'une minorité , je constate simplement que les français sont
arrogants qu'ils soient blancs, noirs, asiatiques, qu'ils se méritent

Écrit par : ZÉLIE | 17/04/2008

Les poètes vivent éternellement dans leurs oeuvres : ils sont immortels ...

Écrit par : blogtransfer | 17/04/2008

Le terme de 'nègre' signifie pour moi 'homme exploité', nous sommes des milliards de nègres. Paix à son âme et à ceux qui l'ont écoutée.

Écrit par : Moutier Albert | 17/04/2008

"Le p'tit nègre" comme il aimait nous à quitté et les antillais pleurent sa mort,
certains veulent qu'il rentre au panthéon, mais pour quoi faire ? en son vivant
il n'a pas eu la reconnaissance du peuple français, en le faisant par exemple rentré a
l'academie française. Maintenant qu'il nous à quitté qu'il reste près de ses paires, sur
sa terre natale qu'est la martinique.

Moi qui ai grandi aux antilles, à aucun moment de ma scolarité je n'ai entendu parler de ses
poèmes et de ses livres, et comme le dit si bien les politiciens "c'était un grand poète" alors pourquoi n'y a t-il pas de lecture de ses écrits dans nos écoles ? comme tous grands poètes...


Je suis un nègre et fier de l'etre.

Écrit par : gwadakiller | 18/04/2008

combien il y a eu de types de colonialisme, d'invasion, d'esclavage noir et blanc, homme à femme, adulte à enfant dasn l'histoire mondiale ???

quand allons vraiment nous grandir ??

nous avons tous soufferts d'une façon ou d'une autre
ressasser sans cesse les erreurs du passé , c'est les laisser nous dominer encore et encore
et nous détruire à petit feu

allons de l'avant

bon repos à Aimé Césaire

Écrit par : AZOTH | 18/04/2008

Au Panthéon j'aurais vu Frantz Fanon... Césaire non... Parce que le Panthéon ne devrait accueillir que les Hommes de l'Universel. Écoutez Frantz Fanon : "Je ne veux pas chanter le passé aux dépens de mon présent et de mon avenir. Je ne veux pas être esclave de l'esclavage. Je ne veux qu'une chose : que cesse à jamais l'asservissement de l'homme par l'homme, c'est-à-dire de moi par un autre. Qu'il me soit permis de découvrir et de vouloir l'homme où qu'il se trouve " Il n'y a pas de mission nègre ; Il n'y a pas de fardeau blanc" et " Non, je n'ai pas le droit de venir et de crier ma haine au blanc." Je n'ai pas le droit de murmurer ma reconnaissance au blanc . Il y a ma vie prise au lasso de l'existence . Il y a ma liberté qui me renvoie à moi-même. Non, je n'ai pas le droit d'être un noir." .......
Cultiver sa couleur, sa race, sa religion c'est exclure, c'est retrancher, c'est une polyculture mortelle.
Toute la différence entre une analyse psychanalytique de l 'Homme ( noir ou blanc ) et celle "littéraire,romantique ou communautaire" de Césaire !
Fanon est mon frère en Humanité , pas Aimé 16R !

Écrit par : Gérard | 18/04/2008

Un baobab est tombé!
Il est parti celui-là meme qui milita pour la valorisation de l'homme opprimé.
Aimé Césaire nous lègue un vaste héritage culturel et littéraire qui ne dévaluera jamais.
Que son ame repose en paix.

Écrit par : Innocent Bulambembe | 18/04/2008

qu'il soit loué.

Écrit par : kolela | 18/04/2008

Bonjour

Un grand merci pour Aimé pour toutes oeuvres en Martinique.

Écrit par : PAILLARD | 19/04/2008

La vie de la mémoire est nécessaire tant que subsistera le racisme et ses avatars (y compris l'anti-blanc si l'on veut ou les massacres intra-communautaires).
Et pour cela il faut que soit rappelé à chaque instant les grands et grandes figures de la lutte pour l'égalité et le respect.
Aimé Césaire ne s'appartient plus, comme ne s'appartenait déjà plus Victor Schoelcher et comme ne s'appartiendra plus Nelson Mandela pour n'en citer que trois.
En France la France honore ses Grands Hommes et ses Grandes Femmes par la consécration du Panthéon et le baptême de ses rues et de ses établissemenst scolaires ou universitaires, il faudrait que le peuple martiniquais nous confie son Grand Homme pour marquer notre reconnaissance envers lui et la noblesse de sa cause ... et aussi parce que cela ferait râler les racistes qui nous empoisonnent encore.

Écrit par : Parienty | 19/04/2008

Aimé CESAIRE au Panthéon: oui et pourquoi?

- la portée universelle de son combat pour la dignité humaine
- une vie consacrée à la poésie et la politique
- son combat contre le racisme, la discrimination et l'exclusion (voilà un visionnaire pour la France)
- un des plus grands poètes du monde francophones, illustrateur incomparable de l'apport des langues et des cultures à l'histoire universelle
- dramaturge, poète, essayiste, romancier et homme politique

De part son ouvre, CESAIRE n'appartient pas qu'à la Martinique mais à l'humanité entière; et pour ce faire, comme grand humaniste français, sa place est au Panthéon avec les grands de la France.

Paix à son âme et puisse la terre lui être légère.

Tite GATABAZI
Juriste - Politologue
80, Rue Henri Barbusse
92110 Clichy

06 27 55 53 99

Écrit par : GATABAZI | 19/04/2008

c'est fait

Écrit par : GATABAZI | 19/04/2008

laissons AC parmis les siens et que s'arrête l'hypocrisie des politiques qui n'en ont pas voulu à l'académie Française et qui voudraient le mettre au Panthéon pour de basses raisons politiciennes et électorales
S'il a parlé de négritude et l'a revendiqué comme sa propre identité c'est que tel était son ressenti en ce bas monde, les africains LES VRAIS seraient bien inspirés de réfléchir à son message plutôt que de singer les blancs
PAVE

Écrit par : PAVE | 20/04/2008

A lire certains commentaires je crois comprendre que "nègre" n'est plus une insulte, donc on peut à nouveau parler français et parler des "nègres" au lieu des "blacks"? on peut bien sûr s'en tenir à "noir", qui n'est pas plus insultant que "blanc" mais précisément il semble que ce soit mal pris et que c'est "black" le mot juste. Dommage que Césaire n'ait pas été admis à l'Académie de son vivant, il aurait certainement éclairci ce point obscur du vocabulaire.
Ce qui m'étonne tout de même c'est cette idée de réunion ou d'alliance de tous les peuples "noirs" (Africains, Antillais, Afro-américains, etc ). Tout le monde trouve ça très bien et pas raciste du tout. Alors quelles seraient alors les réactions à l'dée d'une "réunion" ou alliance des peuples dits "blancs"? (ou de ce qu'il en reste). Ce serait du racisme ? La planète est destinée à se métisser inexorablement, alors ces histoires de négritude, blanchitude, jaunitude, ça n'offre plus guère d'intérêt, contentons-nous d'être terriens, ce ne serait pas si mal.

Écrit par : rico | 20/04/2008

Le grand césaire est mort mais il nous invite à etres vigilants , d'ailleurs la colonisation n'a jamais cesse en martinique et meme si nous roulons de grosses voitures, cesaire avait bien compris que le génocide par substitution et l'aliénation mentale dont nous sommes victimes en ce moment et depuis quelques années va empirer. D'ailleurs à quand va t'on faire reciter une poesie de cesaire a tous les enfants de france comme on sait si bien le faire pour les autres. ne sommes nous pas le peuples qui avons subi le plus long genocide de l'histoire et ne sommes nous pas non plus les plus grandes victimes du racisme. Nous savons par definition et pour l'avoir toujours vecu que la colonisation ne servent que les colons et tous est bon dans le monde du mensonge et de l'hypocrisie pour parvenir a nous faire croire le contraire. l'esclavage n'a t-il pas été positif pour les esclaves selon les pensées de certain. Je sais maintenant que la verité est le plus grand de tous les mensonges

Écrit par : ramon | 21/04/2008

Pour répondre à Serigne, la thèse de l'historien Jacques Marseille sur l'économie de la colonisation de 1880 à 1960 démontre que la France loin de s'enrichir a perdu de l'argent. Dans les années 50 le journaliste Cartier écrivait d'ailleurs "mieux vaut la Corrèze que le Zambèze", autrement dit, plutôt que d'investir dans un empire qui ne rapporte rienn investissons en métropole. Il y a d'ailleurs une question que je souhaiterais poser:
le Royaume-Uni a eu un empire bien plus vaste que la France, a pratiqué l'esclavage à une plus vaste échelle, a investi le moins possible dans ses colonies et aujourd'hui se glorifie de son passé et du Commonwealth; la France ne cesse de se faire attaquer sur son passé alors qu'elle a ...aboli l'esclavage en AOF (vers 1903)... Expliquez moi cela (j'ai mon avis mais j'aimerais avoir d'abord celui des contempteurs de la France)

Écrit par : Will | 21/04/2008

"Si le Grand Nègre que fut Césaire surpassait par l'intellect des centaines de millions de petits Blancs dont je fais partie, je ne peux m'empêcher de penser que tous les Justes ne furent pas noirs et que la reconnaissance de la supériorité d'une civilisation humaine à un moment donné de l'histoire ne peut-être blâmable... En effet, souligner la valeur de celle des Grecs, des Romains, des Perses ou des Arabes n'induit aucun racisme à l'égard des autres civilisations qui leur étaient contemporaines. Aimé Césaire, l'apôtre de la négritude, eût mieux fait de blâmer un système politique et économique que de faire le procès du Blanc... Il aura surtout réussi à dresser le Noir stupide contre le Blanc stupide : voilà sa faillite. Il manquait du "christ" dans Césaire ! "
Réponse à Gérard :

L'oeuvre de Césaire, n'avait pas pour but de monter les uns "Nègres", contre les autres "Blancs", dans le contexte économique et socio politique où sont nés ses écrits Il a travaillé et pour faire connaître à tous "ceux qui lisent et s'informent", curieux de comprendre pourquoi il y a eu tant de souffrance à cause d'un dénis de la différence et de la mise en valeur de la supériorité d'une "RACE". Apprennez monsieur à lire, à comprendre, à voir, à reconnaître... c'est là l'oeuvre d'Aimé Césaire. Cela vous aidera peut être à comprendre qu'aucune loi, aucune règle... non rien ne peut permettre ou justifier le traietment d'un groupe ethnique par un autre tel que ça l'a été pendant tant d'années.
Ne venez pas parler de Christ et de religion là où des hommes se sont cruent ou se croient supérieur à l'Homme...
Soyez tolérant et vivez la vie justement sans abus, sans haine, sans méchanceté... et avec "le respect des différences".

Écrit par : Ralph | 21/04/2008

poooo fout' sé blan an kouyon zot toujou ni an bagay pou ridi po contredi moun' mi an prèv en pliss di barbari zot'
à méditer...

Écrit par : l'homme Dok | 22/04/2008

le pauvre aimé cesaire je vouler lui envoyer a lui tout ce qui son mort envoyer lui se message aimer je vroudrai te voir a plus moi aussi je vien de la martinique

Écrit par : alicia | 30/04/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu